La Morgan ARP4, une voiture de sport produite en seulement 50 exemplaires

La Morgan incarne l'essence même de la voiture de sport britannique classique. Stefan Streep en possède trois dans son garage, l’ARP4 étant sa préférée.

Heureusement, il ne collectionne pas les Bentley! Le garage de Stefan Streep, qui regorge de charme, est utilisé jusqu'au dernier centimètre carré. Le collectionneur y a installé un élévateur et des rails de sol mobiles, ce qui permet à ses trois Morgan d'y trouver leur place. "À l'origine, cette remise n'était rien de plus qu'un toit et une structure", raconte-t-il. "Il y a des années de cela, ma femme et moi avons coulé le béton à genoux, tard dans la nuit. Au départ, le garage était trop bas. Je l'ai surélevé à l'aide d'un cric et posé sur des blocs. Mais le résultat est solide, croyez-moi. J'ai même envisagé de garer une voiture dans le salon, mais les enfants ont protesté. Pendant la pandémie, nous avons ajouté une fenêtre donnant sur le garage. Pour moi, c'est le plus beau tableau qu’on puisse imaginer!"

Autobiographie | Stefan Streep (63 ans), carrossier

  • Voiture de tous les jours: SsangYong Actyon Sports (2018).
  • La première: Opel Kadett (+/- 1968). "Mon père ne m'avait pas permis d'acheter une Triumph Spitfire. Il a payé 800 francs (20 euros, NDLR.) pour la Kadett."
  • La meilleure: Morgan ARP4 (2015).
  • La pire: "Aucune, même si je n'étais pas satisfait de la Kadett."
  • Vendue avec regret: "Une moto Norton Commando 16H 500cc (1936)."
  • Le rêve: Morgan Aeromax. "Mais elle coûte 235 000 euros d'occasion."
Publicité

À l'âge de 25 ans, Streep a fondé sa propre entreprise de carrosserie. "À la maison, nous recevions tout, sauf de l'argent", explique-t-il. "Un an plus tard, j'ai acheté ma première Morgan 4/4, de 1969. J'ai toujours maintenu une séparation stricte entre mon entreprise et mes voitures personnelles, mais au fil du temps, certains clients m'ont demandé de travailler sur leur Morgan. Je gagne toujours ma vie en réparant des carrosseries, mais les Morgan sont source de passion dans mon travail et me motivent à ne pas prendre ma pension."

Publicité
©Thomas Vanhaute

L'archétype de la voiture de sport britannique classique, c'est ainsi qu'on peut encore le mieux décrire la Morgan. "Elles nécessitent peu d'entretien et tout peut être démonté, de sorte qu'aucune soudure n'est nécessaire. Morgan a commencé en 1909 avec les ‘3-Wheelers’, des voitures à trois roues. La 4/4, un nom de modèle signifiant ‘quatre roues et quatre cylindres’, est sortie en 1936. Plus tard, la Plus 4, avec un moteur légèrement plus puissant, et la Plus 8 (avec un huit cylindres), ont suivi. Mick Jagger et Brigitte Bardot roulaient en Morgan. Un membre du club belge entretient encore une correspondance avec Bardot."

"Ma Mercedes appartenait au roi Albert II"
Publicité
Publicité

"J'ai conservé ma première 4/4 pendant six ans, tout en en achetant d'autres entre-temps. Ensuite, lors d'une réunion en Corse, j'ai repéré une Plus 8 à vendre. Ça a été le coup de foudre et avant même de m'en rendre compte, j'avais vendu ma 4/4. Mais cette Plus 8 avait trouvé un nouveau propriétaire en à peine 15 minutes. À l'époque, elles n'étaient pas faciles à trouver. Il fallait attendre neuf ans pour obtenir un modèle neuf. Les bons de commande étaient revendus avec bénéfice. À ce moment-là, je pratiquais également la voile à un niveau élevé. Ma femme et moi avons décidé d'acheter une nouvelle Morgan lorsque nous aurions cinquante ans. Inge a toujours aimé les voitures, elle aussi. Lorsque nous nous sommes rencontrés, en 1988, elle possédait une Simca Plein Ciel et une Austin-Healey Sprite qui devait être repeinte."

©Thomas Vanhaute

Aujourd'hui, madame Streep conduit principalement la Morgan Plus 4 (2009). "Nous l'avons trouvée il y a plus de dix ans, complètement brûlée. Depuis que je l'ai restaurée, elle est plus belle que neuve. Son châssis et sa suspension avant sont identiques à ceux de 1936, avec un essieu arrière fixe et des ressorts à lames. Quand on passe dans un nid-de-poule, ça s’entend, mais ça ne fait rien!" (rires)

En 2015, il a acquis une Morgan ARP4 flambant neuve pour 88 000 euros. Il s'agit d'une série spéciale développée par la division sportive de Morgan, Aero Racing, pour célébrer le 65ᵉ anniversaire de la Plus 4. "Elle a été construite à cinquante exemplaires, dont trois ont été perdus. Le moteur 2.0 Cosworth développe 225 ch. Rien ne se passe en dessous de 3000 tours, après quoi il libère toute sa puissance et on peut monter jusqu'à 8000 tours."

Bienvenue dans le Walhalla des minibus Volkswagen de collection

La carrosserie est en bois recouvert d'aluminium. "À tort, on pense souvent que les Morgan ont un châssis en bois, mais il est toujours en fer ou en aluminium", précise Streep. "En revanche, l'habitacle et le plancher sont bel et bien en chêne. Depuis 1997, ce bois est traité, ce qui évite la pourriture. Auparavant, l'état du bois dépendait de l'utilisation et du stockage. J'en connais une de 1969 qui est encore en excellent état."

©Thomas Vanhaute

Sa Plus 8 (1990) n'affiche que 9800 kilomètres au compteur. "Je l'ai achetée en Allemagne, au terme de six mois de négociations avec le fils de l'ancien propriétaire, décédé. À l'époque, elle n'avait que 5000 kilomètres au compteur. J'en ajoute mille chaque année pour la maintenir en état de marche. Le moteur V8 3.9 de Rover - à l'origine, elle embarquait un moteur Buick – offre beaucoup de couple et assure une conduite très agréable. Les vitres Brooklands réduisent la prise au vent et confèrent à la voiture un look distinctif."

Comme il se doit pour un adepte de Morgan, Streep conduit à ciel ouvert, même par temps froid et pluvieux. "Nous sommes membres du club belge, néerlandais et anglais, et nous utilisons nos Morgan uniquement pour des road trips. Le plus mémorable nous a conduits le long des côtes écossaises. Pas une minute de pluie! Lors d'un autre voyage, au Pays de Galles, il a plu pendant seulement six minutes."(rires)

"J'ai mis des années à trouver ce Land Rover Pick-Up de 1956"

"L'achat de la Morgan ARP4 a été une expérience exceptionnelle, avec une visite de l'usine à Malvern», se souvient-il. "J'y suis allé cinq fois. C'est aussi ce qui fait la particularité de Morgan: vous connaissez les employés. Pendant la construction de votre voiture, ils vous envoient des messages. Vous pouvez même appeler le CEO si vous le souhaitez."

©Thomas Vanhaute

Jusqu'en 2013, il s'agissait de Charles Morgan, troisième génération de la dynastie. L'entreprise familiale a été vendue en 2019 au groupe italien Investindustrial, précédemment actionnaire du constructeur de motos Ducati et d'Aston Martin. La même année, Morgan a dévoilé la Plus 6. Bien qu'elle ait conservé l'apparence de la voiture de 83 ans, elle a été dotée d'un nouveau châssis et de la technologie BMW moderne. "Je l'ai conduite à plusieurs reprises et je la considère comme une véritable Morgan», déclare Streep. "L'accélération est impressionnante, mais lors de petits rallyes, l'expérience est moins intense. Si on parvient à maintenir une vitesse constante de 80 kilomètres par heure, c'est très bien. Dans le nouveau modèle, ça devient ennuyeux. Personne ne regrette son achat, mais beaucoup conservent leur ancienne Morgan."

Avec un prix de 105 000 euros, le nouveau modèle coûte 50% plus cher que l'ancien. "Elles sont encore assemblées à la main. Lorsque vous entrez dans l'usine, vous les voyez sur des établis. Ça se paie. Mais comme beaucoup, j'espère que la production ne sera pas délocalisée en Inde ou ailleurs. Après tout, certaines Ducati sont fabriquées en Thaïlande. Ce n'est peut-être pas aussi grave qu’on le pense."

Publicité