sabato

Les motos de la danseuse burlesque et mannequin pin-up Anne Loos

©Thomas Vanhaute

Cette semaine: Anne Loos ne connait plus personne en Harley Davidson.

Sur les routes de Belgique, il nous arrive de croiser des pin-ups, généralement sur des affiches au fond des garages. Anne Loos (38 ans) est l'une d'entre elles. "Je fais ce travail de pin-up et de danseuse burlesque pour montrer qu'une femme ordinaire peut être belle, forte et singulière", sourit-elle.

"Même si le tape-à-l'oeil, c'est pas mon truc: je déteste les hipsters et les poseurs. J'aime les tatouages et le rock, boire un coup, rouler plein pot et rencontrer des nouvelles têtes. Enfourcher ma moto et rouler. À 100 à l'heure. Je préfère m'acheter un nouveau train de pneus que des stilettos."

©Thomas Vanhaute

"Cette passion pour la moto, je l'ai chopée dès le berceau, je crois. Il faut dire que quand j'étais bébé, un jour ma mère m'a laissé tomber sur la tête. Une vraie mère-poule. Ma soeur aînée est aussi une vraie dame. À un moment, elle a eu une Vespa, mais elle n'en faisait rien. J'avais onze ans quand je l'ai prise pour aller faire un tour. Elle n'était pas très contente parce que c'était dangereux, mais surtout parce que c'était SA Vespa." (éclats de rire)

"Par ailleurs, j'ai grandi entourée de gars roulant en cyclomoteur ou en moto de cross. J'allais voir les courses. Dès que j'ai eu seize ans, avec l'argent gagné grâce à mon premier job de vacances, j'ai acheté une MBK Booster neuve pour l'équivalent de 1.500 euros. J'étais super fière, mais, six mois plus tard, je me suis fait renverser: sinistre total pour ma meule.

Ma mère a gardé l'argent de l'assurance: elle avait eu la peur de sa vie. Alors j'ai fait des heures sup' pour acheter une Honda Camino jaune. Elle était d'un kitsch... mais montait à 120 km/h."

©Thomas Vanhaute

"Mon premier amour aussi aimait la vitesse et on avait rejoint le milieu des pocket bikes. On a participé au championnat de Belgique. J'étais la seule femme, et c'était ma mini-moto. On a fait des courses de scooter. On a même couru sur une partie du circuit de Francorchamps. Ces bécanes étaient super rapides. Puantes et bruyantes! On dormait dans notre camionnette le long du circuit. C'est là que j'ai appris des rudiments de mécanique."

"Plus tard, j'ai acheté une Honda CB 500 et, avant même d'avoir mon permis définitif, je l'ai revendue. Et puis, plus rien: je bossais dur et j'étais coincée dans une relation soporifique. J'avais perdu mon côté rebelle. Il y a trois ans, dès la fin de cette relation, je me suis ressaisie."

Après nous avoir servi un café dans des mugs AC/DC, Anne nous emmène dans le jardin, vers deux petits garages. "Un pour la tondeuse et un pour les motos. La Suzuki Bandit 1200 (1998) est une naked bike. Esthétiquement, c'est pas le top mais moi, je la trouve assez belle. Et tout fan de moto sait que c'est une bête. Après un tour d'essai, je tremblais comme une feuille; je l'ai achetée direct. Elle est équipée d'un guidon avec des poignées Clubman et un gros phare. J'ai peint le bloc-moteur en noir."

Anne Loos
Responsable de magasin AD Delhaize, danseuse burlesque et mannequin pin-up.

Voiture de tous les jours: Mitsubishi Carisma (2001).

La première: Honda CB 500 (1990), Opel Combo années 80. La meilleure: Mercedes-Benz 200 SLK (1999).

La pire: Mini One mal tunée (2002).

Le rêve: Harley-Davidson Knucklehead années 30.

"Mon Harley Davidson Sportster 883 (1991) vient d'être terminée. Aujourd'hui, j'ai envoyé une photo à son ex-propriétaire. Il avait honte de l'avoir laissée pourrir ainsi. Après trois ans passés dans un garage humide, elle était plus moribonde qu'autre chose. En collaboration avec Chopperdude 13CC, je lui ai donné une seconde vie: Daniël De Smedt est le mécano-magicien des Harley. Cette bécane m'avait tapé dans l'oeil et je l'ai dénichée à un bon prix, mais tout était à refaire.

J'y ai passé des semaines. Elle est équipée d'un guidon Z-bar, d'un plus petit réservoir, d'une plus petite selle et d'un dossier 'sissy bar'. Le garde-boue a été raccourci et les pièces superflues ont été démontées. Elle a un style Frisco minimaliste. Le feu-stop est une tête de chaton, cadeau d'une copine. Il m'a inspiré le nom de mon compte Instagram @the_puss_y_ride, qui complète mon compte pin-up, @anna_thebomber."

"Quand je l'ai conduite pour la première fois, j'ai retrouvé mon âme d'enfant. Les motos me rendent heureuse, me donnent un vrai kick. Le son, l'odeur, les vibrations, la culture des meetings, des bières et des conversations sans fin sur les moteurs. C'est un monde de mecs mais je suis acceptée. Les moteurs, c'est ma came."



Lire également

Publicité
Publicité