"Pour moi, Elon Musk vaut trois fois Einstein"

André De Kegel conduit une Tesla depuis 13 ans et investit dans l'entreprise d'Elon Musk. Il en possède désormais trois: le Roadster, la Model S et la Model 3.

Dans 'Battery drivers' , Sabato part à la rencontre des personnalités qui ont fait la transition vers la conduite électrique, à la recherche des détails de leur vie au volant.

En 2014, André De Kegel possédait déjà deux Tesla. Un précurseur étonnant d'autant que, dans une autre vie, il dirigeait une entreprise pétrolière, a été président de la Fédération Belge des Négociants en Combustibles (BRAFCO) et a organisé plusieurs rallyes comme Les 24 heures d’Ypres.

Publicité
Publicité

À l'orée des années 2000, lorsqu'il devient conseiller au cabinet de Marc Verwilghen, alors ministre de la Politique scientifique et de l'Énergie, tout change. "J'étais expert du pétrole, mais je devais aussi animer des réunions sur les nouvelles technologies", dit-il. "C'est ainsi que je me suis formé. En 2005, j'ai acheté une Toyota Prius, une hybride. Et quand j'ai vu le Tesla Roadster au Salon de l'Auto 2009, j'en suis immédiatement tombé amoureux. J'étais convaincu qu'elle représentait l'avenir."

En 2013, André De Kegel a acheté cette Model S 85 Performance avec son bénéfice sur l'action Tesla.
©Bob Van Mol

André De Kegel ne s'est jamais débarrassé de cette voiture. "Ma fille l'utilise désormais. Moi, je ne la conduis plus, non. C'est une voiture de sport de race pure, très sensationnel à conduire. À 70 ans, je l'ai conduite sur le circuit de Zolder, mais maintenant, j'ai un peu l'impression d'avoir mal aux articulations."

Publicité
Publicité

Il en fait l'éloge, mais critique également Tesla. "Après un moment, elle est tombée en panne. Tesla demandait 35.000 euros pour un nouveau package. Je voulais la variante améliorée, mais elle n'était pas disponible. On est entré dans de grandes discussions. Je l'ai attendue cinq ans. Pendant tout ce temps, la voiture était à l'arrêt chez Tesla. Heureusement, je n'avais pas besoin de la voiture et j'avais une place de parking gratuite. Au final, tout s'est bien passé."

Recharge gratuite à vie

Sa Model S affiche près de 240.000 kilomètres au compteur.
©Bob Van Mol

En 2013, De Kegel a acheté une Model S 85 Performance . "Grâce à mon bénéfice sur l'action Tesla" sourit-il. "J'ai acheté les actions à 50 dollars et en 2013, elles étaient montées à 200 dollars. J'ai donc retiré une bonne partie de mes bénéfices. J'ai été chanceux. Aujourd'hui, j'ai encore quelques actions, mais je ne les suis plus."

"Oui, je fais partie de ceux qui peuvent recharger leur voiture gratuitement et à vie avec les Superchargeurs Tesla."
André De Kegel

Sa Model S affiche près de 240.000 kilomètres au compteur. La carrosserie argentée est encore impeccable, mais les sièges en cuir noir sont un peu usés. "Ne regardez pas la camelote", dit-il. Il y a une casquette Tesla dans la voiture. "Oui, je fais partie de ceux qui peuvent recharger leur voiture gratuitement et à vie avec les Superchargeurs Tesla", s'amuse l'octogénaire. C'est ainsi que les pionniers de Tesla étaient récompensés jusqu'au début de l'année 2017.

"Lorsque j'ai acheté la voiture, il y avait encore relativement peu de points de charge. Grâce à l'installation Tesla, je pouvais recharger mon véhicule très rapidement à la maison, jusqu'à 80 kilomètres par heure à l'époque. Depuis, il existe des stations pouvant atteindre 1.500 kilomètres par heure. Au bout de 15 minutes, votre voiture est presque entièrement rechargée. Mais nous chargeons surtout à la maison grâce aux panneaux solaires. Par temps ensoleillé, je recharge deux voitures par jour."

La moto électrique Zero | "C'est la Tesla des deux-roues"
André De Kegel au volant de sa Model S le long du Slachthuiskaai dans le nouveau quartier Blauwe Boulevard de Hasselt.
©Bob Van Mol

Il a toutefois connu les couacs des premières Tesla. "J'ai aussi connu les fameux problèmes avec les poignées de porte, oui. Et une fois, je suis tombé en panne. La connexion de la batterie avait fondu. Cela a été réparé sous garantie. Aussi, la batterie est moins performante avec le temps. Au bout de huit ans, j'ai reçu un signal rouge. J'ai alors dû la faire renouveler. Il s'agissait des toutes premières batteries et nous ne savions pas vraiment combien de temps elles dureraient. Cela m'a coûté près de 10.000 euros. Mais j'ai probablement récupéré cette somme avec mes recharges gratuites. Et maintenant, elle peut à nouveau durer des années."

"La Model S est la Tesla parfaite."
André De Kegel

"On le sait: l'autonomie varie très fort selon les saisons. La climatisation joue aussi. Mais je parviens toujours à parcourir au moins 350 kilomètres. Au début, il m'arrivait de rouler 500 kilomètres à environ 90 kilomètres à l'heure. Mais lorsqu'il y a une Porsche à côté de moi, la bête de compétition qui sommeille en moi se manifeste. Que voulez-vous.. J'ai été marin de compétition et j'ai participé à des rallyes automobiles."

Autonome

De Kegel passe de la Model S à la Model 3.
©Bob Van Mol

La Model S est une voiture de tous les jours: pour aller au travail, faire des courses, transporter du matériel, etc. Elle est spacieuse et pratique. Je peux même y dormir ou y ranger mon vélo. C'est la Tesla parfaite".

André De Kegel roule devant les terrasses du Slachthuiskaai dans le nouveau quartier Blauwe Boulevard de Hasselt, où lui et sa femme tiennent le restaurant El Fuego. "En 2015, j'ai rencontré Mayra. Elle travaillait dans la restauration et deux ans plus tard, nous avons ouvert un restaurant à Knokke, où j'habitais. Depuis juin 2020, le restaurant se trouve ici, où Mayra a vécu pendant 20 ans. Pendant la pandémie, nous faisions souvent la navette entre Hasselt et Knokke. Aujourd'hui, je parcours encore 10.000 à 15.000 km par an. Et je conduis aussi la Tesla Model 3 2021 de Mayra."

65.000
euros
André De Kegel a déboursé 65.000 euros pour sa Tesla Model 3 2021.

C'est la Tesla numéro trois. Il ouvre la voiture rouge avec son téléphone, et ses paramètres personnels apparaissent sur le grand écran. Le toit panoramique s'étend jusqu'à l'arrière. "Nous voulions une voiture particulièrement rapide. Normalement, le délai d'attente est d'un an, mais j'ai fait en sorte que nous l'obtenions beaucoup plus rapidement. Nous avons payé 65.000 euros TTC. Sans les options, elle coûtait moins de 50.000 euros."

Conduite autonome

André De Kegel a désormais trois Tesla dans son garage.

Il nous emmène faire une deuxième virée. "Celle-ci est plus légère, plus vive et accélère encore plus vite que la mienne", explique l'homme. "C'est la version performance. Mais elle n'a pas de suspension pneumatique comme la Model S, ce qui la rend plus difficile à conduire. Avec tous les systèmes de sécurité, cette voiture voit mieux qu'un humain. En fonction de la météo, nous choisissons donc celle que nous prenons", rit-il.

"La Model 3 freine et accélère toute seule. On ne touche presque plus les pédales."
André De Kegel

"Dans la Model 3, il n'est plus nécessaire de savoir conduire. Il est possible de régler le GPS et de conduire de manière vraiment autonome, mais ce n'est pas autorisé ici. Par ailleurs, la voiture garde automatiquement ses distances, fait attention aux cyclistes, etc. Elle voit tout et réagit à tout. Avec ma voiture, je conduis souvent avec le régulateur de vitesse. La Model 3, elle, s'adapte automatiquement à la voiture qui précède. Elle freine elle-même et accélère toute seule. Mayra ne touche presque plus une pédale. Moi, je n'ose pas."

Il est possible d'installer les capteurs de toutes ces nouvelles fonctions sur la Model S, mais cela nécessite un nouveau câblage", explique André De Kegel. "C'est très coûteux. Parfois, j'aimerais avoir une nouvelle Model S, avec ces nouveaux gadgets. Mais celle-ci est toujours aussi bien. Il n'y a pas vraiment de raison de s'en débarrasser."

"Les mises à jour du système d'aide au stationnement sont gratuites. Parfois, je maudis l'affichage : qu'est-ce qui a encore changé ? Ou bien : où ont-ils encore mis ceci ou cela ?

Pour la planète

Bob De Kegel présente sa Tesla Model 3.
©Bob Van Mol

Au fond de lui, André De Kegel reste un passionné d'essence. "La semaine dernière, un ami m'a rendu visite avec une Ferrari. Le bruit du moteur m'a rendu terriblement nostalgique. Mais, quand je pense à la planète, ce sentiment disparaît. En même temps, j'aime aussi le silence".

"J'ai aussi réfléchi à d'autres solutions, comme l'hydrogène. J'ai encore des amis qui ne jurent que par ça, mais ils ne me convainquent pas. Il faut le transporter: le coût est énorme et il y aura toujours un risque, comme avec le GPL et le GNC. Je me souviens d'un accident grave dans le nord de l'Espagne avec un camion qui a provoqué l'incendie d'un camping entier. L'électricité présente moins de risques. Bien sûr, il y a aussi la question de savoir où nous trouverons les matières premières si le monde entier roule à l'électricité. Il y aura une ruée. Les Russes et les Chinois affluent en Afrique."

Publicité
Au fond de lui, André De Kegel est un passionné de moteurs à essence.

Désormais, la Tesla Model Y est la voiture la plus vendue au monde. "Tesla est devenue un mastodonte", déclare André De Kegel. "En dix ans ! Vous devriez jeter un coup d'œil à Zeebrugge: elles y arrivent par 5.000 à la fois."

En 2016, le CEO Elon Musk m'a invité à l'inauguration de la gigafactory dans l'État du Nevada. À ce moment-là, il était bien protégé. Auparavant, je l'avais rencontré à plusieurs reprises, notamment à Amsterdam. Après la fermeture de l'usine Opel d'Anvers fin 2010, je lui avais écrit. Le gouvernement flamand lui a donné 500 millions d'euros pour rendre l'usine à nouveau opérationnelle. Mais il a refusé. Il avait son propre plan, disait-il. Ensuite, il a été question du centre de Tilburg, je crois : la première grande usine d'assemblage en Europe (qui a fermé depuis, ndlr). Il y a maintenant une gigafactory près de Berlin".

"Pour moi, Musk, c'est trois fois Einstein", ajoute-t-il. "Si vous voyez ce sur quoi il travaille, il a une longueur d'avance sur les autres. Le débat sur les matières premières n'est pas en reste. Mais je ne pourrais pas vivre avec cet homme. Combien de femmes a-t-il eues? Et il n'est pas non plus très aimable avec son personnel: une erreur dans un courriel et c'est fini. Alors que j'ai déjà du mal à trouver du personnel pour le restaurant", s'exclame-t-il en riant.

Publicité
Service Sponsorisée

Lire Plus