sabato

Quel bruit feront les voitures électriques de demain?

À la recherche du son parfait de la voiture électrique. ©Inge Rylant ©Inge Rylant

Dans l’univers automobile, l’electric sound design est à la mode... De plus en plus de constructeurs, dont Tesla et Porsche, sont à la recherche du son parfait pour leurs voitures électriques. Certains font même appel à des DJ, d'autres à de grands compositeurs de musique comme Hans Zimmer, un compositeur de musique de films oscarisé à qui BMW s'est adressé.

Avec plus de vingt nouveaux modèles, la voiture électrique semble enfin percer. Seul hic: leurs moteurs électriques, trop silencieux. Pour protéger cyclistes et piétons, l’Union Européenne (UE) stipule en effet que les voitures électriques et hybrides doivent obligatoirement faire du bruit. Du bruit, d'accord... mais lequel?

"Je considère le son d’une voiture électrique comme de la musique. Il peut vous laisser indifférent, ou vous toucher."
Renzo Vitale
Concepteur de sons pour le Groupe BMW.

Aujourd'hui, le son d’une Tesla en marche arrière ressemble à celui d’un OVNI. En marche avant, son bruit est proche de celui de pneus qui roulent normalement, mais si l'on préfère le vrombissement d’un avion en vol, c’est aussi possible. La Nissan Leaf produit un son bourdonnant, nasal et spacy pas si enthousiasmant, mais la marque n’avait pas d’autre idée.

Et quand Jaguar a développé un son futuriste pour son I-Pace, les testeurs n’ont pas cherché ailleurs qu'en l'air: la voiture fait un bruit de vaisseau spatial. Bref, retour à la case départ.

Sensation d'une voiture de sport

Pendant des décennies, les constructeurs se sont efforcés de rendre leurs voitures aussi silencieuses que possible. Paradoxe: aujourd’hui, ils cherchent à les rendre plus bruyantes, ce qui n’est pas une mince affaire.

Lors du développement de la Taycan électrique, Oliver Blume, CEO de Porsche, a déclaré qu’il ne voulait pas de "grondement artificiel". Blume avait même affirmé que le son n’était pas nécessaire à la sensation offerte par une voiture de sport. Un pari pourtant audacieux: ses partisans sont fans du grondement de ces moteurs à refroidissement à air.

L'electric sound design est à la mode... De plus en plus de constructeurs, dont Tesla et Porsche, sont à la recherche du son parfait pour leurs voitures électriques. ©Inge Rylant ©Inge Rylant

Lors du lancement de la Taycan, en septembre, il s’est avéré qu’elle était équipée d’un grand haut-parleur externe, à l’avant. En option et pour un peu plus de 500 euros, deux haut-parleurs externes peuvent être ajoutés à l’arrière (comme des échappements), ainsi que deux dans l’habitacle. À mesure que la voiture accélère, le doux bourdonnement se transforme graduellement en un sifflement plus soutenu.

Bernard Van Bellingen, porte-parole de Porsche, reste évasif quant à la manière dont ce bruit a été développé. "Nous avons pris les meilleures fréquences pour un plus beau son qui, en plus, correspond à Porsche. Nous attendons les réactions de nos clients. Le son va encore évoluer. Nous pouvons être très créatifs."

Un DJ chez Peugeot

Selon les ingénieurs du son, les basses et les aigus sont particulièrement importants. Plus la voiture roule vite, plus le bruit doit être élevé. De plus, les piétons et les cyclistes doivent pouvoir entendre à quelle distance se trouve la voiture. Et, last but not least, le bruit de la voiture doit également avoir une certaine envergure: il ne doit pas être perçu comme celui d’une voiture-jouet.

"Nous contribuons à façonner le paysage sonore des villes de demain."

"Je considère le son d’une voiture électrique comme de la musique. Il peut vous laisser indifférent ou vous toucher", explique Renzo Vitale, pianiste, compositeur, artiste, ingénieur et professeur en acoustique qui conçoit des sons pour le Groupe BMW (BMW, Mini, Rolls-Royce) depuis 2015. "Les sons permettent de créer des univers émotionnels: excitation, puissance, détente, sécurité, etc. Je dois donc réunir les bons ingrédients. Comme un chef pour son plat."

Ou comme un DJ qui crée son propre son sur base de playlists et d’effets sonores. Ce n’est pas un hasard si Peugeot a fait appel au DJ et artiste sonore brésilien Amon Tobin pour le concept car Fractal, présenté en 2015. En décembre 2019, Volkswagen a également lancé un soundbite caractéristique: pour le sound engineering de l’ID.3, qui sera lancée cette année, il a fait appel au compositeur germano-hongrois Leslie Mándoki.

Hans Zimmer

Concepteur de sons pour voitures: on pourrait y voir une nouvelle profession. Pourtant, le design sonore est loin d’être un nouveau métier dans l’automobile. En effet, le bruit du moteur est propre à une marque, tout comme celui d’une porte qui claque, des clignotants et des icônes qui informent le conducteur. Ils sont évidemment définis avec la plus grande précision et ce depuis longtemps.

Aujourd’hui, les voitures électriques offrent de nouvelles opportunités. "J’ai le privilège de pouvoir déterminer comment doit "sonner" une BMW électrique", sourit Vitale. "On doit immédiatement reconnaître l’identité de BMW. C’est "la voix" de la voiture."

Certains constructeurs automobiles font même appel à des DJ, voire à de grands compositeurs de musique comme Hans Zimmer. ©Inge Rylant ©Inge Rylant

Pour la Vision M Next, Vitale a été jusqu’à collaborer avec Hans Zimmer, célèbre pour les bandes originales de films comme "Da Vinci Code", "Interstellar" et "Le Roi Lion", et qui lui ont valu un Oscar. "Hans est un des plus grands compositeurs de musique de film: il sait raconter une histoire avec du son", déclare Vitale.

"Quand nous allons en studio, j’arrive avec un concept. Alors, il lance des idées sur la façon dont nous pouvons le transformer en son, et nous faisons des essais. Ensuite, je retourne à Munich, où nous convertissons cette première composition en quelque chose de driveable."

Paysage sonore

BMW décrit le son de la Vision M Next comme étant "propulsive, morphing, elevating, visionary, dynamic et embracing". "Quand on accélère de zéro à 150 km/h, on passe par quatre sound rooms. Nous sommes partis du son normal du moteur électrique dont nous avons filtré les composants qui pouvaient servir d’input. Nous avons également utilisé des instruments d’orchestre classique, des synthétiseurs, des logiciels et des algorithmes."

"Pour l’instant, personne ne sait vraiment quel peut être le bruit d’une voiture électrique", conclut Vitale. Par contre, le concepteur sonore de BMW est sûr d’une chose: il ne veut pas d’un son qui effraie ou dérange les gens dans la rue.

"Vous savez, ce genre de rugissement tonitruant que produisent les voitures conduites plein pot par des m’as-tu-vu qui s’imposent dans l’espace public alors qu’il doit être partagé avec tout le monde. En ce sens, j’ai une grande responsabilité: je contribue à façonner le paysage sonore des villes de demain."

Lire également

Publicité
Publicité