sabato

Sauvez l'oldtimer: "Je ne comprends pas qu'on laisse filer un si bel héritage!"

Deux modèles iconiques des années 70 signés Volkswagen parfaitement restaurés. ©Thomas Vanhaute

Visite au fil des garages belges. Cette semaine: l’engagement pour les oldtimers de Jens Anno.

Le combi Volkswagen T2 bleu ciel (1979), au volant duquel il manifeste contre les zones de basses émissions, a fait la réputation d’amateur d’oldtimers qu’est Jens Anno (30 ans). "C’est un des derniers combis construits en Allemagne", souligne-t-il. "Je ne comprends pas qu’on laisse filer un si bel héritage!" Et de nous montrer comment il a aménagé l’intérieur pour en faire un espace convivial.

©Thomas Vanhaute

Anno a fondé l’association Red de Oldtimer (sauvez l’oldtimer NDLR) et, avec sept copains, organise aujourd’hui une réunion de protestation sur le parking de l’entreprise Vegotex International à Saint-Nicolas, où des participants venus de partout arriveront en colonne. Il espère réunir 5.000 voitures.

La simplicité efficace du combi Volkswagen T2 (1979). ©Thomas Vanhaute

"En avril, j’ai organisé un premier cortège dans cinq endroits où j’ai rassemblé 2.000 voitures. Nous sommes passés au JT et à la radio et nous avons engagé le dialogue avec des politiciens. On nous écoute, et certains sont en faveur d’un assouplissement des règles des zones de basses émissions, soit Low Emission Zone.

Je veux bien accepter le principe du pollueur-payeur, mais quand on veut passer la nuit à Anvers avec son oldtimer, ça fait 70 euros de plus – 35 euros par jour", explique Anno. "Nous trouvons ça très cher. Nous craignons également qu’il y ait des zones dans lesquelles les ancêtres ne seront plus autorisés. Toutes ces incertitudes poussent certains collectionneurs à revendre leurs oldtimers."

Red de Oldtimer aspire au modèle bruxellois, qui permet aux voitures de plus de trente ans avec une plaque d’immatriculation d’ancêtre d’entrer gratuitement dans les LEZ. En principe, cette plaque exclut l’utilisation de l’oldtimer pour les trajets domicile-travail. "Malheureusement, il y a des abus. Il faudrait un contrôle plus rigoureux", déclare Anno. En Wallonie, une réglementation simple et claire est en cours d’élaboration: l’introduction progressive d’une LEZ dans toute la région, à l’exception des voitures parcourant moins de 3.000 kilomètres par an. Si de nombreux passionnés d’ancêtres la soutiennent, Anno a des réserves: son père en fait plus du double avec sa Coccinelle Cabriolet (1978).

Jens Anno Agent de sécurité chez Trigion.

Voiture de tous les jours: Opel Corsa (2011). 

La première: Volkswagen Golf Cabriolet (1989). 

La meilleure: Volkswagen Golf Cabriolet (1989). 

La pire: Alfa Romeo 146 1.6 (1997). 

Vendue avec regret: Volkswagen Golf Cabriolet (1989). 

Le rêve: Ferrari Dino.

 

Le père d’Anno, Eddy, est le troisième propriétaire de cette Coccinelle. "Je l’ai achetée à une dame qui l’avait achetée avec son mari. Cependant, il est décédé peu après et la voiture est restée dans le garage pendant des années.

L’année dernière, je l’ai restaurée ‘body off’, nouveau châssis compris. Ce n’était pas prévu, mais ce n’est qu’une fois la restauration entamée, nous avons réalisé ce qui nous attendait. Là il ne lui manque plus qu’un nouveau capot. Elle a été évaluée à 21.000 euros. Elle est entièrement documentée. Le moteur d’origine affiche 204.000 kilomètres au compteur. Je la conduis presque tous les week-ends. Depuis des années, nous organisons l’Oaserondrit au départ de Merelbeke, soit 130 kilomètres à travers les Ardennes flamandes. 140 voitures y participent."

La passion pour les oldtimers du père est due à celle du fils, qui organise des circuits depuis l’âge de 18 ans et, il y a dix ans, son père l’a rejoint. "Avec une Volkswagen Derby!", s’exclame-t-il en riant. "En été, ma compagne se plaignait de la chaleur. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés avec le cabriolet!

La Coccinelle Cabriolet (1978) est prête à reprendre la route. ©Thomas Vanhaute

J’ai acheté ce combi il y a huit ans. Je l’avais depuis deux heures à peine quand quelqu’un m’en a proposé 2.000 euros de plus que ce que je l’avais payé. Maintenant, il faut compter 10.000 à 15.000 euros. Nous l’avons restaurée nous-mêmes. La peinture n’est pas top et j’aimerais bien la faire refaire, mais ma fille ne veut pas: pour elle, c’est le minibus de la série Mega Mindy. Le moteur a été révisé: c’est le même que celui de la Coccinelle."

Anno a également une Volkswagen Polo Club gris argent (1981) - première génération et premier propriétaire. "Elle a fait 72.000 kilomètres. J’ai également la facture d’origine: 129.900 francs - une somme à l’époque. Elle a un toit ouvrant et de jolis sièges en tissu à carreaux. À l’exception de quelques pièces en caoutchouc usées, elle est complète! On ne se débarrasse pas de ce genre de choses, non?"

Sa première voiture était une Golf I Cabriolet de l’année de sa naissance, 1989. "J’avais emprunté de l’argent à ma grand-mère pour me l’offrir, somme que je n’ai d’ailleurs jamais remboursée entièrement. J’ai revendu cette voiture il y a trois ans. Suite à une séparation, j’ai dû choisir entre ma voiture et ma maison. J’ai également dû vendre une autre Coccinelle (1976) et une Golf II GTI (1989) cinq portes, une version rare. Ça m’a fendu le cœur."

Lire également

Publicité
Publicité