sabato

Le week-end de la Youtubeuse Heleen Keustermans: étudier encore et toujours

Heleen Keustermans a surmonté sa procrastination en diffusant en direct ses séances d'étude. Aujourd'hui, plus de 200.000 abonnés suivent "Study Vibes", sa chaîne YouTube. ©Alexander D'Hiet

Son samedi, l’éternelle étudiante et Youtubeuse Heleen Keustermans le passe à étudier, streamer et faire du stretching.

Pendant la semaine, elle travaille comme ingénieur R&D chez Rewah Zonhoven. Le weekend, elle bosse aussi, différemment. "En raison des restrictions liées au Covid-19, je passe mes week-ends à étudier: un hobby comme un autre", explique Heleen Keustermans (23 ans).

En 2015, elle n’obtient pas les notes nécessaires pour entreprendre des études d’ingénieur industriel, mais, depuis qu’elle a décidé de diffuser ses séances d’étude en livestream sur la chaîne YouTube, Study Vibes, elle est plus régulière, ce qui lui a permis de développer sa confiance en elle et de décrocher son diplôme d’ingénieur industriel avec grande distinction.

Sa chaîne compte aujourd’hui plus de 200.000 abonnés. Par la force des choses, Study With Me est devenu une section distincte sur YouTube, avec des centaines de chaînes et des millions de vues.

" J’adore étudier: que ce soit streamé ou non, je continuerai à apprendre.”
Heleen Keustermans
Éternelle étudiante et phénomène YouTube

©Alexander D'Hiet

7h00: "Je me lève, je prends une douche, je m’habille et je me maquille en mangeant une tartine. Ensuite, je m’assieds devant mon ordinateur, je prends une photo pour le ‘thumbnail’ et je planifie la journée."

8h00 – "Je suis en ligne. Des centaines d’étudiants participent au stream. Ils sont en Suisse, aux États-Unis, en Argentine, en Égypte, en Inde, en Afrique du Sud... Certains sont devenus des amis. Je donne d’abord quelques conseils d’étude, j’explique mon objectif du jour et je les motive. Ensuite, je répète ma leçon précédente et je prépare la nouvelle. Study With Me m’a sauvé la vie: c’est l’environnement le plus motivant que je puisse imaginer. Le fait de pouvoir aider d’autres étudiants est presque addictif. Je voudrais développer ma chaîne au-delà de YouTube, en faire une plateforme soutenue par des universités du monde entier. J’adore étudier: que ce soit streamé ou non, je continuerai à apprendre."

"J’ai décidé d’apprendre à programmer avec Python, toujours en autoapprentissage. C’était étonnamment amusant."

8h30 – "Le cours en ligne sur les sites web interactifs commence. Bien sûr, mes abonnés ne peuvent pas entendre le professeur. Pour eux, l’effet est le même que lorsque j’étudie. En 2019, après ma formation d’ingénieur industriel, j’avais cessé d’utiliser YouTube, mais j’ai découvert qu’étudier sans la pression des examens et des délais peut être très relaxant et, au début de la pandémie, je m’y suis remise. Grâce à l’autoétude, je me suis lancée dans le marketing et l’allemand: j’ai réalisé qu’on n’avait pas besoin d’école pour continuer à apprendre."

"En février, j’ai eu l’idée d’une nouvelle plateforme en ligne permettant de rapprocher les étudiants. Pour que ce ne soit pas trop cher, j’ai décidé d’apprendre à programmer avec Python, toujours en autoapprentissage. C’était étonnamment amusant. Depuis, je me suis inscrite à l’école supérieure Thomas More pour passer un graduat en programmation."

9h00 – "Une première pause: je parle aux abonnés et les encourage, je caresse mon chat Ella, je fais un peu de stretching ou je vais me promener."

Si Keustermans ne joue pas avec le chat Ella, une petite séance d'entraînement est la pause d'étude idéale. ©Shutterstock

12h30 – "Le cours est terminé. Pendant le lunch, je regarde une série. J’adore la série policière ‘The Serpent’ ou je revois ma série préférée, ‘Flikken Maastricht’."

13h30 – "J’étudie aussi seule, toujours avec le même planning: cinquante minutes d’étude, dix minutes de pause. Ensuite, je fais une sieste ou bien je joue à Minecraft ou Pocket Academy sur ma Nintendo Switch."

17h30 – "J’ai étudié pendant huit heures: ça me suffit. Une dernière discussion et j’éteins mon ordinateur. Je suis satisfaite: je n’aurais pas pu employer plus utilement ma journée. C’est ce sentiment-là que je cherche à atteindre tous les week-ends. Maintenant, je suis libre, sans avoir une montagne de travail qui m’attend ni le sentiment de culpabilité qui va malheureusement de pair. Une journée sans rien faire peut aussi être utile: me reposer me permet de mettre les bouchées doubles le lendemain. Mais si je dois faire quelque chose que j’ai remis à plus tard, ma journée est ratée."

Guilty pleasure? "Un très long bain avec une quantité excessive de produits de bain." ©Shutterstock

18h30 – "Je ne suis plus si sévère envers moi-même. Après le repas du soir en famille, je n’ai plus besoin de faire des choses spectaculaires pour me changer les idées: je vais chez une amie ou chez ma mère. Dans ma tête, je continue à réfléchir à la manière de davantage faire connaître Study With Me."

20h00 – "De temps en temps, j’achète du nouveau matériel technique et des vêtements pour le livestream, où je ne m’habille pas comme d’habitude -je porte des pyjamas ou des vêtements de yoga. Uniqlo est un excellent label japonais de vêtements confortables et cool."

22h30 – "Si je ne suis pas en pyjama, j’en mets un. Je nettoie de mon appareil dentaire, je me démaquille et je vais me coucher. Le dimanche, huit ou dix heures d’étude m’attendent."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité