Astérix chez les Belges

Gand serait-il devenu Hollywood-sur-Lys ? Le tout nouveau film d’Astérix a été réalisé en grande partie dans la petite perle flamande par le studio d’animation Grid. "Notre ambition ? Devenir le Pixar belge."

Le Colisée, un camp romain, un village gaulois, une forêt déboisée, le menhir d’Obélix et même un complexe d’appartements de luxe: tout ces éléments apparaissent dans le nouveau film d’Astérix. En plus, tout vient de Belgique: le studio gantois d’animation Grid y a travaillé pendant deux ans. "Astérix est une icône. Enfants, nous avons lu et relu tous les albums. Retrouver les héros du petit village de Gaulois irréductibles après toutes ces années a été super. Et se retrouver dans la même pièce qu’Uderzo était tout simplement incroyable !", s’exclament Jan Goossen et Mark Mertens, le binôme d’administrateurs de Grid. Pour eux, le film est achevé depuis plus d’un mois, mais il n’est pas encore tout à fait digéré. "C’était fantastique, mais par moments, le stress était palpable. Respecter le deadline a été un sacré défi: on a bossé dur jusqu’à la dernière seconde. C'était une production énorme et, surtout, complexe. En moyenne, un film d’animation européen coûte entre 6 et 12 millions d’euros. Astérix en a coûté 33 ! Pas besoin d’en dire plus. En Europe, on réalise un film de cette envergure une fois tous les cinq ans, et encore..."

Publicité
Le Colisée, un camp romain, un village gaulois… Le studio Grid a travaillé pendant deux ans aux décors du nouveau film d’Astérix - Le Domaine des Dieux.
©RV

3 secondes de film par semaine
"Astérix - Le Domaine des Dieux" est basé sur l’album éponyme qui date de 1971 mais n’en sera pas démodé pour autant. C’est le premier film d’Astérix en 3D, un film qu’il faudra donc voir avec les lunettes ad hoc. Et c’est aussi le premier à être entièrement réalisé par ordinateur, avec la même technique que Toy Story et La Reine des Neiges. "Pourtant, le travail à la main ne manquait pas, loin de là. Des kilomètres de dessins sur papier ont été nécessaires pour que les images générées par ordinateur correspondent le mieux possible aux planches originales d’Uderzo", explique Goossen. "Les dessins de conception et les storyboards ont été faits en France. Sur base de ces derniers, nos équipes ont réalisé des modèles 3D. Par exemple, les pierres et les poutres d’une hutte ont été créées une par une sur ordinateur. Une fois que ces éléments sont prêts, ils sont façonnés et peints numériquement. Tout comme un menuisier lambda, nos modeleurs ont des ciseaux, des marteaux et des limes dans leur boîte à outils numérique. Une hutte de village gaulois peut facilement prendre trois semaines de travail."

Publicité

Grid n’a pas seulement réalisé les décors; le studio a aussi participé à l’animation des personnages. "Pour les animer, nos spécialistes se basent sur les enregistrements en vidéo des acteurs qui font la doublure et, souvent, ce sont eux qui jouent le rôle pour trouver la mimique et les expressions justes. Grid s’est également chargé de la simulation des vêtements: il existe un algorithme qui permet aux vêtements des personnages d’épouser leurs mouvements de manière très naturelle", explique Goossen.

Publicité
©Karel Duerinckx

"Il y a peu d’apports personnels", déclare Mertens. "La production de films d’animation suit une structure pyramidale hiérarchisée. Notre boulot consiste à exécuter le mieux possible ce que le réalisateur a prévu. Impossible d’y mettre son grain de sel. "

Les 85 membres de l’équipe de Grid ont tous participé au film, mais pas tous au même stade de la production. Cette dernière, dans le cas d’un film d’animation, prend énormément de temps. Pour donner une idée: il faut une semaine de travail pour 3 secondes de dessin animé. Astérix dure 85 minutes, faites le calcul !

Publicité
Publicité

"Les personnes qui souhaitent travailler pour Grid doivent avoir un profil particulier", explique Goossen. "En général, les artistes sont mal organisés, pas très structurés et mal à l’aise face à un ordinateur. Nous, nous avons besoin de talents artistiques qui soient également forts sur le plan technologique. Voilà pourquoi tous nos collaborateurs sont des oiseaux rares. D’ailleurs, nous formons une équipe internationale. En fait, ce que nous faisons, c’est de la technologie de pointe. Cela passera inaperçu aux yeux des spectateurs, mais il y a dans Astérix des prouesses qui n’avaient jamais été réalisées auparavant."

La société Grid est installée dans d’anciens bâtiments industriels à Gand où elle se consacre à la production, l’édition et la réalisation.
©Karel Duerinckx

Pointures à Gand
Comment le studio gantois a-t-il été embarqué dans cette aventure ? Il y a plus de trois ans, le téléphone sonne dans l’ancien bâtiment industriel qui abrite Grid. C’est M6, une grande chaîne télé française. C’est elle qui produit le nouvel Astérix. Et, par Toutatis, il y a un problème: Mac Guff, le studio d’animation français avec lequel M6 travaillait sur le projet, vient d’être topé par Universal, propriétaire de Mac Guff en 2011. Le studio américain lui rappelle qu’il ne peut collaborer qu’aux productions Universal. Bref, il faut trouver un remplaçant. Mac Guff propose que ce soit Grid, mais M6 recherche un studio plus grand, avec plus de poids financier. Ce studio, elle le trouvera en la personne de Belvision, une société wallonne qui fait partie du groupe Dupuis. Finalement, ce projet comptera trois coproducteurs: M6, Belvision et Grid.

"Grid y a aussi participé financièrement, via le tax shelter notamment", déclare Goossen. "Et nous avons reçu un subside de 300.000 euros via Screen Flanders, une initiative du gouvernement flamand. Du côté wallon, Belvision en a reçu autant via Wallimage, en échange d’une partie des revenus générés par le film. M6 a également dépensé de l’argent en Belgique. Sur le total de 33 millions d’euros, 8 l’ont été en Belgique."

Il faut une semaine de travail pour 3 secondes de dessin animé. Astérix dure 85 minutes, faites le calcul !

Belvision et Grid ont travaillé main dans la main, à Gand et à Charleroi. Ils ont également fait appel à des experts externes, venus de Pixar et de Dreamworks. "Pour nos animateurs, ce fut l’occasion de profiter d’une master class de ces grandes pointures. Cela a aussi été le cas du réalisateur, Louis Clichy, également issu de l’écurie Pixar, et qui avait déjà travaillé sur des films importants comme Ratatouille, Up et Wall-E. Tous les jours, il a organisé des séances avec les animateurs pour diriger leurs travaux. Et il venait tous les quinze jours à Gand pour examiner chaque détail."

Astérix a fait passer des nuits blanches à l’équipe de Grid. Finalement, est-ce une bonne affaire pour le studio ? "Pour commencer, il faudra récupérer 33 millions. Ensuite, il y a beaucoup de monde qui passera avant nous. Mais ça, nous le savions avant de commencer. Ce qui compte, c’est qu’Astérix nous hissera au niveau mondial en tant que studio. C’est ça qui nous a motivés, pas l’argent", affirme Goossen.

Avant Astérix, Grid pouvait déjà s’enorgueillir d’un beau palmarès avec, notamment, Les Triplettes de Belleville et Ooops! Noah is gone. Le studio existe depuis près de vingt ans. Au départ, il faisait de la postproduction et des effets visuels. L’animation numérique n’est arrivée qu’ensuite. L’année passée, Grid a été élu Studio Européen d’Animation de l’Année. Et Les Triplettes leur a valu une nomination aux Oscars. L’histoire se répétera-t-elle avec Astérix ? Ce serait génial ! "Si Grid est le Pixar belge ? Même si c’est notre ambition, nous restons modestes."

Astérix - Le Domaine des Dieux, en salles à partir du 26 novembre.

Astérix - Le Domaine des Dieux


Service Sponsorisée

Lire Plus