Publicité
Publicité
sabato

Il a fait de U2 et Depeche Mode des groupes cultes

Les photos d’Anton Corbijn ont rendu certains groupes de rock mythiques. "Oui, j’en suis bien conscient, mais ce n’est évidemment pas le cas au moment où je prends les photos." ©Stefan Vanfleteren

Si vous ne connaissez pas Anton Corbijn, vous connaissez sûrement ses images. On doit au photographe et réalisateur d'innombrables pochettes d'albums, clips et photos de groupes comme U2 et Depeche Mode. Il a réalisé des portraits mythiques de David Bowie et de Clint Eastwood, ainsi que le dernier film de Philip Seymour Hoffman. le néerlandais fait l'objet d'une grande rétrospective.

Le voyage d'Anton Corbijn a commencé à Strijen, petit village de la province de Hollande du Sud où il est né en 1955. Enfant, il s'asseyait souvent sous le pont de son village natal. "Pour attraper des têtards et pour me cacher. Je ne sais pas pourquoi, mais je me cachais souvent." Son père était pasteur, ce qui faisait de lui "le fils du pasteur" que l'on montrait du doigt. "Quand il était petit, Anton se sentait seul", raconte sa soeur Aaf. C'est alors qu'il découvre l'effet apaisant de la musique. Il écoute des disques, étudie leurs pochettes et ses héros s'appellent les Beatles et Janis Joplin. C'est cet amour de la musique qui lui donne envie de faire de la photo. Pour se rapprocher de ses héros sur scène, il emprunte un appareil photo à son père. Nous sommes en 1972, Anton Corbijn a dix-sept ans et fait ses premières photos d'un groupe obscur appelé Solution. Il les envoie à un magazine musical hollandais, Music Parade qui, à son grand étonnement, les publie.

©Stefan Vanfleteren

Un homme discret
Très vite, Corbijn se met à photographier la scène rock néerlandaise pour le magazine Oor. En 1974, il rencontre Herman Brood, avec lequel il établit sa première coopération à long terme. Comme Brood le déclare avec fierté, c'est ce modèle que Corbijn reprendra avec U2 et Depeche Mode. En 1979, les Pays-Bas sont trop petits pour Corbijn: il s'installe à Londres. À cette époque déjà, ses photos ont une grande influence sur le portrait, démodant le glamour trop lisse pour faire place à une imperfection brute qui sort les musiciens de leur cadre habituel. La patte Corbijn, c'est le portrait des musiciens dans un endroit où leur personnalité s'exprime plutôt que sur scène. "Anton Corbijn est un style en soi", déclare le photographe Stephan Vanfleteren. "Il a créé quelque chose de totalement nouveau. J'étais étudiant quand il est devenu célèbre et son approche m'a tout de suite interpellé. Son style brut combiné avec le glamour des stars du rock, voilà la clé de son succès. En plus, il travaille très vite, ce qui est toujorus agréable pour les modèles. En général, quand un photographe star travaille, il y a des nuées d'assistants et une ambiance stressée, mais lui, il est toujours là juste avec son Hasselblad, enfin, façon de parler. Pour ces stars, c'est cool." Le photographe belge a eu l'occasion de tirer le portrait de son idole il y a quelques années. "Non, je n'ai pas fait des bonds à l'idée de photographier le grand, l'immense Anton Corbijn. Nous nous connaissions car nous nous envoyons nos livres à leur parution. Nous nous respectons mutuellement. Je me souviens qu'il était très fatigué lors de la prise de vue. Une personne normale aurait dit "Je suis trop fatigué pour le shooting." Mais Anton est un homme sensible. Un artiste qui va jusqu'au bout. Je l'ai trouvé très ouvert: je suis allé chez lui, on a bu un café et nous avons parlé de la musique qui passait. Je me suis dit qu'il fallait faire attention à ne pas trop se laisser aller: il y avait du pain sur la planche."

Le nouveau film de Corbijn, ‘Life’, a été présenté en avant-première mondiale à Berlin le mois dernier. Il relate l’amitié entre le photographe Dennis Stock et l’acteur James Dean (respectivement Robert Pattinson et Dane DeHaan). ©Getty Images

Imperfection brute
Indépendamment du contenu, le style de Corbijn est aussi ce qui le distingue des autres photographes. Des photos en noir et blanc, avec du grain et des ombres noires, qui sont très vite devenues célèbres. L'un des piliers de cette technique est l'appareil photo analogique auquel il est resté fidèle. Alors que d'autres photographes sont passés au numérique, il continue à utiliser un Hasselblad ou un Leica. "L'imperfection est sous-estimée", précise le photographe néerlandais Reinier Van der Aart. "Tout est gommé et lissé, mais ici, il s'agit d'atmosphère. C'est ce qui fait la beauté des photos de Corbijn. Anton Corbijn le dit lui-même: "Je reste fidèle à mon appareil analogique car la perfection coupe le souffle d'une photo. Je pense que les miennes respirent."

Paradoxalement, cette imperfection brute est ce qui a fait son succès, dans la photo de rock ou de mode. "Anton a eu une grande influence, tant sur la photo rock que sur la photo de mode", affirme Benno Tempel, du Gemeentemuseum de La Haye. " La façon dont il sortait les musiciens de leur contexte habituel lui a valu de nombreux fans parmi les photographes, justement parce qu'il montrait simplement la réalité."

Il a beau avoir shooté toutes les stars du rock et d'Hollywood, Anton Corbijn est resté discret. C'est dû à ses racines: il a grandi dans un petit village hollandais au sein d'une famille lambda.

La marque de jeans G-Star est le premier label de mode à avoir demandé à Anton Corbijn de photographier une campagne. C'était juste après la sortie de 'Control' (2007), le premier long métrage réalisé par Corbijn. "Nous étions tous fans des photos rock d'Anton", raconte Shubhankar Ray, global brand director de G-Star. "Il représente les célébrités de manière à ce qu'elles aient l'air à la fois réelles et rock 'n' roll. Le fait de l'avoir choisi à ce moment-là était original parce qu'il n'avait jamais fait de campagnes de mode. Nous pensions qu'il comprendrait bien le caractère brut du denim G-Star."

Bien vu: la campagne de Corbijn, avec les actrices Liv Tyler et Gemma Arterton et le joueur d'échecs et modèle Magnus Carlsen, a fait sensation. Les images étaient différentes, non seulement de toutes celles des campagnes G-Star précédentes, mais aussi de toutes les autres campagnes de mode. "À mon avis, la plupart semblent un peu forcées parce qu'on essaie de réaliser quelque chose d'inoubliable. Les photos d'Anton, par contre, sont juste difficiles à oublier. Quelle que soit la situation, il voit la beauté dans la réalité, plutôt que d'essayer de la changer."

Clips et spots
En plus de faire des photos, Anton Corbijn réalise aussi des clips. Pour U2, bien sûr, et pour Depeche Mode qui, de groupe de pop est passé au statut de groupe culte quand il a pris en main leur direction artistique. Pour Nirvana, il a réalisé le clip de 'Heart-Shaped Box' et lorsque Kurt Cobain a fait appel à lui pour 'Pennyroyal Tea', Anton Corbijn a refusé, affirmant qu'il ne pouvait pas faire mieux. Suite à cela, le leader du groupe de rock a déclaré que Nirvana ne ferait plus de clips si Corbijn ne les réalisait pas. Et ce fut malheureusement le cas.

Pour le printemps, on découvre le nouveau spot Miss Dior avec Natalie Portman. Cette réalisation d'Anton Corbijn se révèle différente des autres spots Miss Dior: c'est une digression sur le thème de 'Runaway Bride', le film avec Julia Roberts et Richard Gere. Natalie Portman joue le rôle d'une mariée qui, une fois devant l'autel, prend la fuite dans une envolée de volants signés Dior. Comme le dit Ray (G-Star): "Anton comprend très bien comment fonctionne la culture visuelle et il a développé au fil des ans une esthétique unique. Il fait des photos qui mériteraient d'être qualifiées d'oeuvres d'art, tout comme ses films d'ailleurs. Il est vraiment une sommité en matière d'esthétique de l'image contemporaine."

The Rolling Stones portant des masques. ©© Anton Corbijn, 1-2-3-4, Fotomuseum Den Haag 2015

Retour au pays
Corbijn a beau compter parmi ses amis des gens comme Bono et Robert De Niro, il reste un homme modeste qui, même lors des fêtes organisées en son honneur, donne l'impression de préférer être invisible. Le photographe est conscient de sa timidité: il a déclaré dans une interview que ce trait de caractère avait été décisif dans sa carrière.

On sait peu de choses sur l'homme. Il est drôle, ainsi que l'explique Ray: "C'est un type génial qui raconte de bonnes blagues, dans le style humour britannique!" Il a été (brièvement) marié, a connu quelques relations et vit depuis cinq ans avec sa seconde épouse, Nini Corbijn.

Après avoir vécu à Londres pendant 30 ans, il est revenu en 2008 aux Pays-Bas, à La Haye. En effet, il a du vendre sa maison au coeur de la capitale britannique suite au succès en demi-teinte de son dernier long-métrage 'Control' pour lequel il avait engagé tous ses avoirs.

Pourtant, il persévère: aujourd'hui, il a trois films à son actif et le quatrième vient d'être présenté en avant-première à Berlin. 'Life' raconte l'amitié entre le photographe Dennis Stock et James Dean (interprétés respectivement par Robert Pattinson et Dane DeHaan). Le film est basé sur une histoire vraie, à laquelle Corbijn peut s'identifier, comme il l'expliquait au Huffington Post: "Je sais ce que c'est que de développer, en tant que photographe, une amitié avec quelqu'un que vous devez photographier." En outre, 'Life' raconte l'éveil de cette amitié, en 1955. Pure coïncidence, c'est aussi l'année de naissance d'Anton Corbijn. "Oui, ce sera un 'life affirming film'", sourit Anton Corbijn.

© Het Financieele Dagblad

Les expos "Hollands Deep" et "1, 2, 3, 4", à voir du 21 mars au 21 juin au Gemeentemuseum et au Musée de la Photographie de La Haye. www.gemeentemuseum.nl

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité