La vie et la peine de Benedict(us)

Une centaine de milliers de places vendues en quelques minutes. Pour une pièce de Shakespeare ! Ce prodige n’est possible que parce que Benedict Cumberbatch tient le premier rôle. Il y a cinq ans, son interprétation de Sherlock Holmes l’a propulsé au firmament du star system. Aujourd'hui, sa statue en cire trône chez Madame Tussauds et sa première nomination aux Oscars est à portée de main. L’acteur britannique est tout sauf impressionné. "La plupart du temps, je me trouve ennuyeux."

Le spectacle de l’automne prochain pour lequel la salle sera remplie de filles hystériques ? Non, pas le concert de One Direction ou Miley Cyrus mais le très classique ‘Hamlet’, dans lequel Benedict Cumberbatch (38) tient le rôle-titre. Les 100.000 billets pour la représentation ont été vendus en quelques minutes. "J'espère que ça prendra le chemin qu’on voit parfois dans les émissions télévisées !", s’exclame l'acteur britannique. "Que nous allons attirer des gens qui veulent me voir, mais qui n'ont jamais vu une pièce de Shakespeare."

Publicité
©Photo News

Pourtant, ce genre de célébrité a aussi ses inconvénients. À peine sommes-nous assis dans la très chic brasserie londonienne Gin Joint que Cumberbatch maugrée déjà: "Oh God, c’est là qu’on va!" Il montre deux femmes d'âge mûr assises à une table de l'autre côté de la salle. "Ces deux-là, avec leurs robes à fleurs, elles m’ont repéré. Ça commence", dit-il en détournant le regard. Le Britannique n’est-il donc pas encore habitué à cette attention ? Il hoche la tête. "Qu’on le veuille ou non, votre vie devient publique. Dans les bons jours, ça va. Mais on a tous nos jours off, quand on préfère ne pas se montrer. Parce qu’on a la gueule de bois ou qu’on veut se mettre en retrait. Ces jours-là, c’est dur."

Publicité

Entrée au top 100
Et dire que, jusque récemment, il ne jouait que dans des policiers anglais insignifiants du samedi soir et des drames en costumes comme Small Island, sur les immigrants jamaïcains en Grande-Bretagne des années 40. Et puis, il y a cinq ans, la BBC a diffusé une version contemporaine de ‘Sherlock Holmes’ avec Cumberbatch dans le rôle du détective. La série de trois épisodes seulement par saison est un succès: aujourd'hui, elle est diffusée dans 180 pays. Après trois nominations, Cumberbatch a enfin reçu un Emmy Award. Et il a déjà été nominé pour un Golden Globe. Après Sherlock, ont suivi des rôles dans des films comme ‘Cheval de guerre, ‘Star Trek’, ‘12 Years A Slave’ et la série TV ‘Parade’s End’. Cumberbatch est omniprésent, tant et si bien que Time Magazine l’a repris en 2014 dans le top 100 des artistes les plus influents du monde.

Publicité
Cumberbatch interprête Khan dans le 2ème volet de Star Trek.
©ImageGlobe

Dire que la carrière de Benedict Cumberbatch s’accélère est un euphémisme. Quand les fans viennent le féliciter pour sa performance, il les interrompt: "Désolé, mais de quel film ou série parlez-vous exactement ?" Le pauvre a mené à bien tellement de choses ces dernières années - et en a au moins autant dans le pipeline - qu’il ne sait plus. Il est actuellement en plein tournage de Richard III pour la BBC et en pré-production de la saison 4 de ‘Sherlock Holmes’. D’ici Noël, trois films où il apparaît seront en salle. Il a prêté sa voix pour ‘Les pingouins de Madagascar’ et ‘Le Hobbit: La bataille des cinq armées’. Son troisième film, ‘Imitation Game’, sera diffusé dans les salles anglaises dès ce week-end. À l’agenda: les voix de Shere Khan dans ‘Le Livre de la Jungle’ et de Percy Fawcett dans ‘The Lost City of Z’.

Loutres et concombres
La renommée de Cumberbatch prend des proportions hallucinantes. Non seulement il a sa statue de cire au musée de Madame Tussauds, mais une recherche rapide sur Google nous apprend plus de faits anecdotiques sur Cumberbatch qu’il n’en faut. Il préfère les chiens aux chats, mais n’a ni l’un ni l’autre. Il a enseigné dans un monastère bouddhiste tibétain en Inde. Il fait de la méditation et se considère bouddhiste light. Il ne sait pas prononcer le mot "pingouin". Ses parents sont acteurs et ont joué ensemble en guest stars dans ‘Sherlock Holmes’. En continuant à scroller, on arrive sur une page entièrement consacrée à des photos de "loutres ressemblant à Benedict Cumberbatch". Il trouve que son nom sonne comme "a fart in a bath", d'autres pensent plutôt à "tas de concombres".

Publicité
Publicité
Il y a cinq ans, il était un acteur relativement connu pour ses rôles dans les policiers du dimanche soir sur la BBC. Aujourd’hui, Benedict Cumberbatch a sa statue en cire chez Madame Tussauds.
©RV

Et il y a aussi cette vidéo de compilation sur YouTube, avec toutes sortes d'extraits de films romantiques de l'acteur. La bande-son: ‘Let’s get it on’ de Marvin Gaye. Le compteur affiche déjà plus de 600.000 vues. Ce chiffre est dû à sa base de fans enragées, connues sous le nom de Cumberbitches. Non que Cumberbatch ait l’apparence du beau gosse made in Hollywood ou qu’il ait une beauté classique. Lui, il se compare à Sid, le paresseux du film d’animation ‘L’âge de glace’. "Moi, l'homme le plus sexy ?", disait-il récemment au Telegraph. "Il y a dix ans, j’avais déjà ce visage. C’est une simple histoire de projection." Surtout la projection du sex-appeal de Sherlock, affirme l'acteur. "Je sais que beaucoup de gens ne m’apprécient pas du tout et disent que j’ai tout simplement d’excellentes RP. Ils pensent que je ferais mieux de me taire. Mais pour être honnête, mon équipe de RP est juste là pour me tenir à l'écart des médias."

La réaction de l’acteur à ces légers dérapages de la presse explique peut-être sa popularité. Il sait se moquer de lui-même. Si vous lui demandez s’il ne trouve pas toute cette attention ennuyeuse, il répond: "C’est surtout moi que je trouve ennuyeux." Peut-être est-ce parce qu'il est comme une flèche, comme s'il n'avait pas eu le temps de se lasser de sa propre célébrité. Le New York Times l’a qualifié de superstar accidentelle, comme s’il était devenu célèbre sans vraiment le vouloir ou essayer.

Alan Turing était un mathématicien homosexuel, ce qui ne l’a pas empêché de tomber amoureux de sa collègue Joan Clarke (interprêté par Keira Knightley).
©Photo News

Gardes du corps
Cumberbatch reste peu impressionné par toutes ces histoires de sex-symbol. "Je n’y prête aucune attention", déclare-t-il. Peut-être que le fait de n’être devenu célèbre qu'à la trentaine y est pour quelque chose ? "On aborde les choses de manière un peu plus adulte. Je dois aussi apprendre à dire non. J’ai fait des progrès, mais pas assez."

Juste à ce moment de la conversation, l’une des "dames à fleurs" saisit sa chance d'approcher la table. "Pourriez-vous faire un selfie avec moi pour mes filles ?"
Poliment mais fermement, Cumberbatch décline la proposition. "Ce ne sera pas possible, mais je suis enchanté de faire votre connaissance." La dame s’en va, l’oreille basse, tandis que le manager arrive en proposant d’intervenir si un autre incident similaire devait se produire. Cumberbatch refuse. "C’est ça le pire: quand les gens jouent les chiens de garde. Ils deviennent alors une extension de vous-même."

Il a déjà vécu ça récemment, explique-t-il. En tournée à San Diego, les gardes du corps devaient tenir le public à distance afin qu'il puisse filer directement de la sortie à la voiture qui l'attendait. "Les gens ont été littéralement chassés de la rue. Certains pleuraient parce qu'ils voulaient un autographe", se souvient-il. "C’est horrible. Je me revois, planqué sur la banquette arrière de cette grande jeep et j'entends une fille, les larmes aux yeux, me dire ‘whatever’. Je ne suis pas du tout comme ça. Le garde du corps ne pouvait pas faire grand-chose, il en avait probablement soupé de cette hystérie et il pensait qu'il allait perdre son job s’il ne repoussait pas cette adolescente pour me donner ce petit peu d'espace en plus."

Benedict Cumberbatch et Martin Freeman formant le duo Watson Sherlock pour la troisième saison. L’un comme l’autre ont obtenu un Emmy Award.  
©BBC/Hartswood Films

Mathématicien prodige
Personne ne peut imaginer ce que ça va donner quand le dernier film de Cumberbatch, The Imitation Game, sortira dans les salles américaines en novembre. Dans ce biopic, Cumberbatch campe le personnage du mathématicien gay Alan Turing et du rôle qu’il a joué dans le décryptage du code Enigma, que les Allemands utilisaient pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce rôle, qui a failli revenir à Leonardo DiCaprio, pourrait lui valoir un Oscar. En effet, en termes de drames, la vie de Turing a toutes ses chances de séduire aux Oscars. Son génie mathématique a été crucial dans la victoire des Alliés. Mais à 41 ans, il s’est suicidé en croquant une pomme contenant du cyanure après avoir été arrêté pour "indécence manifeste" avec un jeune homme de dix-neuf ans et les années de traitement aux œstrogènes qui ont suivi, pour le débarrasser de ces "tendances". Cumberbatch a été particulièrement touché par la "tragédie déchirante de la vie de Turing", explique-t-il. "Même si son corps était en train de changer, il a décrypté ce code Enigma et a sauvé des millions de vies. Il devrait être aussi célèbre que Bill Gates."

Bien que le film relève un drame historique, il y voit une histoire sur l'intolérance. "C’est un avertissement: cela pourrait se reproduire. Dans certains pays, on décapite aujourd’hui encore des gens en raison de leurs croyances ou de leur orientation sexuelle. C’est le Moyen Âge. Une décapitation, c’est horrible. À un moment donné, il faut oser dire que le fondamentalisme religieux est une horreur à bannir."

Dans certains pays, on décapite aujourd’hui encore des gens en raison de leurs croyances ou de leur orientation sexuelle. C’est le MOYEN ÂGE !
Benedict Cumberbatch

Bien qu'il soit hétérosexuel, Cumberbatch est connu pour parler très ouvertement d'homosexualité, ce qui lui a valut les félicitations des organisations des droits des homosexuels. Par exemple, il a déclaré au sujet de la culture sexuelle chez les garçons de son pensionnat anglais que "nous avons certes expérimenté, mais y avons accordé peu de signification". Dans le théâtre de l'école, Cumberbatch a joué plusieurs rôles féminins, comme Titania dans ‘Le Songe d'une Nuit d’été’. Ce passé au pensionnat - il est allé à Harlow, une école dont sont issus huit premiers ministres britanniques - lui a d’ailleurs valu l’image de posh boy. Et, vous l'aurez deviné, ce n’est tout simplement pas son truc. Imperturbable, il continue: "Les organisations des droits de l'homme et des homosexuels ont fait d'énormes progrès, mais il reste encore beaucoup à faire", affirme Cumberbatch. Être gay à Hollywood est encore un obstacle. "Aujourd’hui, celui qui se proclame gay et veut devenir un homme de premier plan se heurte encore à de nombreux problèmes. Nous connaissons tous les acteurs homosexuels, mais ils n’en parlent pas ou le nient."

Soixante ans après la mort de Turing Cumberbatch, il est surprenant que ce soit 'toujours un problème. "Je trouve étonnant que, dans notre société, les groupes minoritaires soient toujours les boucs émissaires lors de périodes comme celle que nous traversons actuellement, difficile sur le plan politique ou économique."

Autant Cumberbatch est discret sur sa vie privée, autant il aime parler de la société. L’année dernière, quand il a été harcelé sur le plateau par un paparazzo, il a mis un pull à capuche et tenu une pancarte disant: "Allez photographier l’Égypte et montrez au monde quelque chose d'important".
Dans les interviews, comme aujourd'hui, il a l’inspiration des ses plaidoiries. Rien d'étonnant quand on sait qu'il voulait être avocat. Il se voyait bien: "Argumenter, debout dans une salle d'audience". Cet enthousiasme fait aussi de Cumberbatch l’homme convaincant et l’acteur fascinant qu’il est aujourd’hui. "C’est le travail qui me motive le plus, pas les aspects secondaires", affirme-t-il. En véritable bouddhiste lignt, il n’est pas intéressé par la gloire, l'argent ou la célébrité. "En général, je les ignore."

Benedict Cumberbatch joue jusqu'au 31 octobre Hamlet au Barbican Theater de Londres. Toutes les représentations sont sold out. www.hamlet.barbican.org.uk
Le film The Imitation Game sort en salles en Belgique le 14 janvier 2015.

Bande annonce The Imitation Game


Service Sponsorisée

Lire Plus