Logo
Ce contenu est une initiative de Sabato Connect, excluant la responsabilité de la rédaction de Sabato.

"Autrefois, j’allais à vélo tous les soirs d’été jusqu’à la mer pour admirer le coucher de soleil"

Benoît De Clerck chez Marie-Sika à Knokke-Heist.

Benoit De Clerck, qui entretient une relation particulière avec l’eau, a gardé de beaux souvenirs de Knokke-Heist. La ville a généreusement soutenu son enthousiasme de jeune réalisateur. L’endroit idéal pour grandir, en quelque sorte… Par amour pour sa compagne et par esprit d’entreprise, il s’est toutefois résolu à changer de cap, en matière de lieu de vie – il réside aujourd’hui dans les Ardennes flamandes – comme d’activité professionnelle.

Les parents de Benoit vivent toujours à Knokke-Heist. Il s’y rend avec plaisir lorsque son agenda le lui permet. “Autrefois, j’allais à vélo tous les soirs d’été jusqu’à la mer pour contempler le coucher de soleil. C’est tellement exceptionnel d’avoir pu grandir ici! Je suis parti étudier l’art cinématographique au RITCS à Bruxelles, mais Knokke-Heist m’a aidé à développer ma créativité et ma personnalité. Je remercie feu Maxim Willems et le centre culturel Scharpoord, alors échevin de la culture, pour plusieurs beaux courts métrages. De Honger se déroule dans le Zwin et a vu le jour en partie grâce à Knokke-Heist. Après mes études, le film surréaliste The Importance of Sweet and Salt est également sorti, un homme et un poisson doué de parole se réfugient dans l’eau.”

Les grandes agences belges de communication ont vite reconnu le talent de Benoît, qui a réalisé de superbes publicités pour la Province de Flandre-Occidentale, des bières, des stations de radio, etc. Il suit aussi de près son copain Rik Verheye. “J’ai failli me lancer dans un long métrage mais cela prend souvent plusieurs années et c’est difficile à combiner avec une vie de famille… Je crains aussi d’avoir un regard trop nostalgique sur la profession. Mes fils ne s'appellent pas seulement Luís, comme le grand Buñuel, et Gaspar, comme le réalisateur Gaspar Noé. Et puis, il y a eu ce rêve d’entrepreneur qui m’a appelé.”

Après sept années passées dans l’univers de la publicité et une formation en marketing digital à la VIVES Business School de Bruges, le temps était en effet venu de passer à autre chose. “Ce n’est pas différent à 100% car j’utilise toujours des techniques de l’industrie cinématographique. Mais avec DSTRCT F, nous sommes vraiment novateurs. En compagnie d’une équipe de freelances belges et étrangers, je crée des jumeaux numériques de vêtements en me concentrant sur les marques innovantes qui appliquent les principes de la circularité. Nous contribuons ainsi à la démarche du secteur de la mode pour plus de durabilité. Les nombreux retours via les webshops constituent un réel problème. En offrant aux clients de bons outils de visualisation animée et interactive, nous les aidons à mieux choisir. Nous y parvenons grâce à une installation de photographies optométriques, des simulations de tissus et des mannequins imprimés en 3D pour un ajustement parfait. En outre, le système est évolutif, ce qui permet de traiter de gros volumes.”

Le Knokke-Heist de Benoit

“L’une de mes activités préférées: me rendre au Zwin à vélo avec ma famille et prendre un bol d’air sur la digue. Pour l’hébergement, je recommande chaleureusement Ensō, le boutique-hôtel tenu par des amis très chers. Une autre grande dame: Hannah Van Ongevalle, aujourd’hui tenu par sa sœur  – nous adorons déguster un cocktail surprenant dans son magnifique bar The Pharmacy. Et enfin, j'apprécie toujours les gaufres nostalgiques de Marie-Siska.”

Lire également

Logo
Ce contenu est une initiative de Sabato Connect, excluant la responsabilité de la rédaction de Sabato.