Logo
Ce contenu est une initiative de Sabato Connect, excluant la responsabilité de la rédaction de Sabato.

“Knokke-Heist, c’est le flux et le reflux, à l’image de la mer. Et j’adore y faire du surf”

Frank Vanleenhove ©Thomas De Boever

C’est par Knokke-Heist que le surf a fait son entrée en Belgique. Frank Vanleenhove fut l’un des premiers à tenter sa chance sur une planche en teck de 25 kg. Il n’avait que 13 ans. En véritable globe-trotteur, il gère depuis 30 ans Surfers Paradise. Et Lakeside Paradise depuis 2012.

En 1950, Vanleenhove père est nommé professeur de mathématiques à l’athénée de Knokke-Heist. Le jeune ménage déménage alors d’Ostende pour s’installer dans un appartement à proximité de l’école. Plus tard, ils font construire leur maison au Zegemeer. “Ce fut fantastique pour moi”, confie Frank Vanleenhove. “J’ai grandi au bord de l’eau, en face du célèbre hôtel La Réserve. Un hélicoptère amenait tous les jours les fruits et légumes du marché matinal de Bruxelles. L’hôtel possédait également un bateau à moteur pour les clients qui souhaitaient faire du ski nautique.”

Les premières planches de surf ont fait leur apparition en Belgique en 1975 – à La Réserve – avec un instructeur néerlandais. À l’époque, personne ne connaissait ce sport; il faudra du temps pour convaincre le grand public. “Le moniteur se tournait souvent les pouces. Comme il a vu que j’adorais l’eau, il a commencé à me donner des cours. Pour attirer du monde, je pouvais surfer sur le lac aussi souvent que je le souhaitais. C’est ainsi que ma carrière de windsurfeur a débuté.”

Depuis, Frank a surfé les plus beaux spots du monde, au fil de ses voyages. Hors saison, car l’été, tout le monde est sur le pont à Surfers Paradise et Lakeside Paradise, qui accueillent régulièrement des surfeurs de Californie, d’Hawaï et d’Argentine. “Dès le début du mois d’avril, je suis littéralement accro à l’adrénaline et je travaille entre 15 et 18 heures par jour, avec la ville qui s’anime et les plages qui se remplissent. Hors saison, je profite à fond du calme, de la paix et de la convivialité. Si Knokke-Heist a tout d’une grande ville, l’hiver elle redevient un village où tout le monde se connaît.”

Qu’est-ce qui fait le caractère unique de Knokke-Heist? “Pour moi, Knokke-Heist est la quintessence même de ce qui est normal. Vous y trouvez bien entendu un boulanger et des boutiques, mais surtout une incroyable qualité de vie et une joie de vivre extraordinaire. C’est merveilleux de s’y promener et d’y faire du vélo. Les villages voisins sont tout aussi agréables. J’ai vécu à Westkapelle et à Duinbergen. Et aujourd’hui, je suis de retour dans notre maison bien-aimée au Zegemeer. La boucle est bouclée.”

100% plaisir

Les endroits préférés de Frank à Knokke-Heist? La plage, bien entendu. “Je suis toujours heureux lorsque je vois la mer. J’aime être proche d’elle, y compris pendant mes vacances.” Prendre un bon repas au Boudin Sauvage est un plaisir particulier pour lui: “Dans ce bistro chaleureux et familial, nous commençons par un apéritif au bar et terminons en dansant après le repas. Avec d’autres habitants du coin.” Durant ses rares jours de repos, il s’offre le généreux buffet du restaurant Lebeau. “Les meilleurs sandwiches qui soient, avec une vue imprenable sur la nature sauvage.”

Lire également

Logo
Ce contenu est une initiative de Sabato Connect, excluant la responsabilité de la rédaction de Sabato.