Logo
Ce contenu est une initiative de Sabato Connect, excluant la responsabilité de la rédaction de Sabato.

"Knokke-Heist, mon camp de base idéal"

Cedric est membre du Royal Zoute Golf Club depuis 40 ans

Grâce à sa qualité de vie exceptionnelle, Knokke-Heist est décidément un excellent “camp de base” pour Cédric Dumont. Le célèbre aventurier, entrepreneur et educational speaker laisse parler son cœur: dans son dernier livre, Dare to Jump, il expose combien il est important et libérateur de poser des choix après s’être débarrassé de toutes ses peurs.

En dehors des jours d’école lorsqu’il était petit comme pendant ses études de psychologie du sport à Bruxelles, Cédric Dumont (48 ans) a toujours vécu au bord de la mer. À Knokke-Heist, en Californie, en Espagne, au Brésil et à nouveau à Knokke-Heist. “En 2008, alors que je vivais en Espagne, je me suis dit que je n’y passerais pas le restant de mes jours. J’ai pris une carte du monde et j’ai supprimé tous les endroits où je ne me voyais pas vivre, seul ou en famille. Au final, il ne restait que Knokke-Heist. J’ai opté pour un lieu rempli de magnifiques souvenirs, à une heure de l’aéroport de Bruxelles, et surtout auprès des personnes qui me sont chères. Mes parents, mon frère et mes amis d’enfance.”

Cedric au Royal Zoute Golf Club

À sept ans, Cédric Dumont avait expliqué à sa classe qu’il rêvait de voler. Réponse de l’institutrice: “Les humains ne volent pas.” Un peu plus d’une décennie plus tard, le voilà devenu parachutiste. Suivront le base-jump, le wingsuit et un brevet de pilote d’hélicoptère. “Voler, c’est magique, c’est la liberté à l’état pur. Qu’il s’agisse d’un F16 ou de cigognes que je vois ici chaque matin, cela me fascine. Y compris au sens figuré: oser le grand saut pour arriver là où vous voulez aller et faire ce qui vous rend vraiment heureux.”

Pandémie oblige, Cédric Dumont ne peut pas prendre l’avion pour le moment, et ses conférences internationales ont lieu en ligne. “L’héritage du Covid-19, ce sont d’autres façons de trouver de la satisfaction. Nos vies sont plus que jamais dominées par la peur, le stress, les règlements et les jugements. Or, chercher des certitudes reviendrait à renoncer à nos rêves! En voulant tout contrôler – ce qui est impossible – nous perdons le contact avec le moment présent. Il ne s’agit pas d’atteindre les sommets les plus élevés mais de placer notre échelle du bon côté du mur. Nous devons pour cela nous montrer sélectifs. Bien choisir où nous investissons notre temps et notre énergie. C’est égoïste, certes, mais indispensable. Je préfère la joy of missing out, la joie de manquer quelque chose, à la peur d’en être privé.”

Heureux d’être là

“Chez Frank, au Surfers Paradise, à l’autre bout de la digue, c’est toujours sympa. Mon fils adore y aller pour faire du surf. J’en profite pour manger sainement. Mais pour le repas du soir, je préfère tout de même une bonne entrecôte avec de belles frites dorées et un bon verre de vin rouge. Au grill Más Brasa ou au Royal Zoute Golf Club.”

“Le golf a d’ailleurs été ma toute première passion. J’ai débuté à l’âge de neuf ans. Et, depuis un an, je recommence à jouer régulièrement.” Le contraste n’est-il pas immense par rapport aux sports extrêmes qu’il pratique? “Non, c’est tout aussi mental. Vous devez gérer vos émotions et vos pensées.” Cédric Dumont est un homme hybride. “Rien n’est impossible.”

Lire également

Logo
Ce contenu est une initiative de Sabato Connect, excluant la responsabilité de la rédaction de Sabato.