Logo
Ce contenu est une initiative de Sabato Connect, excluant la responsabilité de la rédaction de Sabato.

Le temps de l'amitié

Robert Greubel & Stephen Forsey ©DOC

La haute horlogerie est la longue histoire d’innovateurs audacieux. De nombreuses marques portent le nom d’un pionnier. Et elles sont encore plus nombreuses à porter celui de deux créateurs, témoins silencieux d’une riche histoire dans laquelle un plus un égale trois.

La plupart des marques d’horlogerie contemporaines trouvent leur origine dans le XIXe siècle suisse. C’est le cas de Jaeger-LeCoultre et Patek Philippe, même si cette dernière s’appelait initialement Patek, Czapek & Cie. En 1839, Genève est une ville de commerce florissante qui tire profit de sa proximité de la France. C’est là qu’Antoine Norbert de Patek (1812-1877), un homme d’affaires polonais en fuite, rencontre l’horloger bohémien François Czapek (1811-1869). Ensemble, ils fondent une maison horlogère.

Couronnement

Antoine Norbert de Patek & Jean Adrien Philippe ©DOC

Les chemins des deux “amis d’affaires” se séparent rapidement. Patek poursuit sur sa lancée et rencontre le Français Jean Adrien Philippe (1815-1894) à l’Exposition universelle de Paris de 1844. Ce fils d’horloger, âgé de 18 ans à peine, estime que son père n’a plus rien à lui apprendre. Il quitte donc la maison familiale pour devenir l’un des plus importants horlogers de tous les temps.

Patek et Philippe décident d’unir leurs talents sous le nom de Patek Philippe & Cie. Au cœur de l’entreprise, Jean Adrien Philippe planche sur une de ses idées les plus révolutionnaires: une montre de gousset plus aisée à remonter à l’aide d’une couronne. Il améliore ensuite son invention et sillonne le monde à la recherche de solutions à d’autres problèmes techniques. Avec succès. Il consigne le fruit de ses travaux dans Les Montres sans clef, un ouvrage de référence. Plus tard, il développe le brevet d’un calendrier perpétuel qu’il n’est plus nécessaire d’ajuster manuellement.

Les noms des fondateurs sont conservés, tout comme leur passion pour la qualité et l'innovation.

En 1890, Jean Adrien Philippe obtient la plus grande des distinctions françaises: la Légion d’honneur. S’il décède quatre ans plus tard, ses inventions lui survivent puisqu’elles ont ouvert la voie à la montre-bracelet. En 1932, la famille Stern rachète l’entreprise dont elle est toujours propriétaire. Elle conserve le nom de ses illustres fondateurs, ainsi que leur passion pour la qualité et l’innovation, comme en témoignent les 70 brevets demandés par l’entreprise depuis 1845.

©BELGAIMAGE

À toute vapeur

Un hommage compliqué

Deux montres de Jaeger-LeCoultre rendent hommage à ses principaux fondateurs. En 1949, la société sort une montre rectangulaire avec un calendrier complet et les phase de la lune en hommage à Jacques-David LeCoultre, le petit-fils d’Antoine, décédé en 1948. Il avait dirigé l’entreprise pendant 45 ans.

En 2015, JLC lance, dans la collection Master Minute Repeater, une montre en platine avec une réserve de course de quinze jours. Elle perpétue l’esprit novateur d’Antoine LeCoultre.

 

Patek Philippe n’a pas développé lui-même toutes ces pièces. À l’époque de Jean Adrien Philippe, il fait déjà appel à la fabrique d’instruments fondée par Antoine LeCoultre (1803-1881) dans la mythique vallée du Joux. Ce dernier jouit alors d'une renommée mondiale pour les rouages, axes et autres éléments de grande précision qu’il produit à un rythme industriel, mais avec une qualité extrême. En 1847, Antoine développe lui aussi un système qui permet à l’utilisateur de remonter sa montre sans l’habituelle clé. Quand Élie, le fils d’Antoine, fait son entrée dans l’entreprise, ils décident de réunir l’ensemble des métiers et compétences liés à la fabrication de montres sous un même toit.

Ils y installent même une machine à vapeur pour accélérer la production. La première manufacture de la vallée du Joux constitue une révolution industrielle à une époque où la plupart des horlogers travaillent encore de manière indépendante, dans un atelier. L’entreprise accueille très vite 500 collaborateurs.

La troisième génération prend le relais en 1900. Le Parisien Edmond Jaeger (1850-1922) demande alors à Jacques-David LeCoultre (1875-1948) de concevoir des calibres ultraplats. Avec le calibre 145, Jacques-David relève brillamment le défi grâce à un mécanisme d’à peine 1,38 mm d’épaisseur. Jaeger et LeCoultre ne font pas seulement affaire: ils tissent des liens d’amitié solides. Les deux entreprises fusionnent en 1937.

Jaeger-LeCoultre incarne toujours une manufacture pour presque tous les métiers de l’horlogerie. Elle investit énormément en R&D et a plus de 1.000 inventions mécaniques et plus de 300 brevets à son actif ces dernières années.

Autres amis horlogers

Audemars Piguet
Étudiant en ingénierie, Jules-Louis Audemars rencontre l’étudiant en économie Edward-Auguste Piguet. Pour l’expérience, ils fondent une fabrique de montres en 1855.

Baume & Mercier
Les frères Baume sont des marchands de montres du Jura. Leurs descendants recherchent un partenaire commercial et s’associent à Paul Mercier en 1918.

Greubel Forsey
Depuis 1992, Robert Greubel et Stephen Forsey travaillent ensemble sur les complications horlogères à la manufacture de Renaud & Papi. En 2004, ils sortent la Double Tourbillon 30°.

Vacheron Constantin
Représentant de la troisième génération, Jacques-Barthélemy Vacheron s’associe à François Constantin en 1819 pour amorcer une expansion à l’étranger.

 

Lire également

Logo
Ce contenu est une initiative de Sabato Connect, excluant la responsabilité de la rédaction de Sabato.