Logo
Ce contenu est une initiative de Sabato Connect, excluant la responsabilité de la rédaction de Sabato.

Formations, upskilling et reskilling sont désormais incontournables dans le monde des entreprises

Lesley Arens, Experte en RH et fondatrice du magazine ZigZagHR

De nombreuses organisations ont tendance à considérer les formations de leur personnel comme un coût. “Elles ont tort”, estime Lesley Arens, fondatrice de ZigZagHR. “Il s’agit d’un investissement qui améliore la performance des collaborateurs et augmente leur motivation. Et non seulement cela renforce l’attrait de l’entreprise en tant qu’employeur, mais cela rend l’entreprise et son capital humain plus pérennes.”

En raison de l’évolution rapide de notre environnement – avec notamment des changements dans les attentes des clients, des modifications du marché et des développements technologiques accélérés –, les diplômes ne restent pertinents que quelques années tout au plus. C’est pourquoi il est important que les collaborateurs remettent régulièrement à jour leurs connaissances, en acquièrent de nouvelles et élargissent leur horizon. “Beaucoup de gens qualifient cette démarche de ‘développement des talents’: cette expression est horrible!”, estime Lesley Arens, experte en RH et fondatrice de ZigZagHR, un magazine réputé auprès des professionnels des ressources humaines, auquel est associée une vaste communauté. 

Talent nurturing 

Les compétences ne s’acquièrent pas uniquement via des cours formels: l’expertise et les connaissances peuvent parfaitement s’échanger pendant les pauses café.
Lesley Arens
Experte en RH et fondatrice du magazine ZigZagHR

“Je trouve qu’il serait plus adapté de parler de talent nurturing: promouvoir les talents et choyer les collaborateurs”, reprend la spécialiste. Les entreprises doivent aider leur personnel à se développer dans le cadre de leur fonction actuelle, bien sûr, mais aussi de leur employabilité à long terme et de leur développement personnel. Les entreprises ne peuvent se contenter d’organiser des formations pratiques ou de fournir des outils sous la forme de plateformes d’apprentissage numériques: il leur faut investir pour influencer positivement leurs collaborateurs et doper leur envie d’apprendre. “Les employés doivent être encouragés à apprendre de nouvelles choses et à suivre des cours, et pour cela, les employeurs doivent les inspirer et les motiver.” 

Dans la course de plus en plus effrénée aux nouveaux talents, les formations fournissent du carburant supplémentaire aux employeurs. “À cause de la pénurie de personnel, les entreprises peinent à trouver des candidats pour certaines fonctions. Grâce aux formations, elles pourraient former ou reconvertir leur personnel actuel, voire déplacer certaines compétences pour pourvoir des postes précis avec des personnes de qualité.” 

Tout le monde doit avoir accès à des formations et programmes d’apprentissage, des ouvriers au CEO.
Lesley Arens
Experte en RH et fondatrice du magazine ZigZagHR

Une politique de formation équitable et inclusive 

Les formations ne sauraient être réservées aux high potentials et aux managers, souligne Lesley Arens: “Tout le monde doit avoir accès à des formations et programmes d’apprentissage, des ouvriers au CEO!” Cela vaut pour tous les groupes d’âge: certaines entreprises, en effet, focalisent leurs formations sur les jeunes collaborateurs, alors qu’il est tout aussi intéressant de continuer à former les collaborateurs expérimentés de 50 ans ou plus, “qui font aussi partie du capital humain”. 

Les formations, le perfectionnement (upskilling) et la remise à niveau (reskilling) des compétences sont donc nécessaires, voire indispensables, dans le monde actuel de l’entreprise. “Les organisations ont tout intérêt à aborder cette problématique dans son sens le plus large, de façon proactive et sous l’angle d’un processus continu. Les compétences ne s’acquièrent d’ailleurs pas uniquement via des cours formels: l’expertise et les connaissances peuvent parfaitement s’échanger durant des moments informels, par exemple pendant les pauses café.” Aux yeux de Lesley Arens, les entreprises devraient communiquer largement sur les formations qu’elles proposent. Par exemple en présentant aux collaborateurs, une ou deux fois par an, un aperçu des formations suivies et du budget qu’elles représentent. “Ils verront ainsi qu’il s’agit d’un avantage financier supplémentaire qui vient s’ajouter à leurs rémunérations fixe et variable.” 

Lire également

Logo
Ce contenu est une initiative de Sabato Connect, excluant la responsabilité de la rédaction de Sabato.