sabato

Tom Dixon, le king de King's Cross

Le nouveau quartier général de Tom Dixon, The Coal Office, est un ancien entrepôt de charbon. Le site accueille des bureaux, une boutique et un restaurant.

"Nous ne voulions pas juste déménager, nous voulions être chez nous", confie Tom Dixon lors de l’inauguration de son tout nouveau quartier général, The Coal Office. Ces dernières semaines, le designer et son équipe ont travaillé jour et nuit pour transformer cet ancien entrepôt de charbon en un complexe de bureaux contemporain, auquel s’ajoutent une magnifique boutique, un restaurant et des salles de réunion destinées à accueillir clients et créateurs.

"Pour moi, c’est aussi le retour de la production à Londres", explique Dixon. "Un retour à mes racines, car c’est ici que j’ai commencé, en fabriquant des objets de mes propres mains. Dans The Coal Office se trouvera également un atelier où nous commencerons par produire des luminaires. Dans une seconde phase, nous comptons également y fabriquer de la céramique."

Le nouveau hub de Tom Dixon -à l’exception du restaurant qui ouvre ses portes fin juin- a été terminé quelques jours à peine avant que le monde de la décoration intérieure migre à Milan pour le prestigieux Salone del Mobile. "Ce n’est pas que nous snobons Milan: nous sommes juste en train de nous installer dans quelque chose de plus grand", explique-t-il avec fierté. "C’est un environnement exceptionnel". Le designer, célèbre pour son humeur maussade, fait ici allusion au quartier de King’s Cross, à deux pas de la gare de St. Pancras, terminal de l’Eurostar, qui est en train de vivre la rénovation la plus impressionnante qu’ait connue Londres au cours de ces 170 dernières années.

Le Central Saint Martins College of Art and Design est l’un des premiers à donner une chance à ce quartier rénové, suivi par les studios Universal, Louis Vuitton et Google. Facebook va bientôt y construire son quartier général britannique, sans parler des nombreux nouveaux restaurants et hôtels trendy qui s’y sont déjà installés. "Tout ce qui rend la ville intéressante se trouve ici", ajoute Dixon. "J’ai surtout été attiré par la combinaison entre l’ancien délabré et le flambant neuf. Le passé du charbon face à l’avenir high-tech." Tom Dixon a fait appel au collectif italien Arabeschi di Latte pour préparer un repas spécial pour l’occasion. Les mets flirtent avec les frontières entre l’alimentation et le design: le pain, le fromage, les biscuits et même le thé, sont saupoudrés d’une fine couche de charbon. "Jamie Oliver voulait y installer son quartier général, mais ça ne s’est pas concrétisé", ajoute Dixon en dégustant un morceau de fromage “noirci”. 

Ambition et bucket list
Si Dixon fait l’impasse sur Milan, ce n’est pas non plus par manque d’ambition pour l’international: il  lance au même moment un projet de réseau qui lui permettra de voyager dans le monde entier. Son nom: ‘Around the World in 90 Days’. Pendant qu’il déplie devant moi une carte du monde, il ajoute: "This is my ‘anti-Milan’". Ainsi, le Londonien a l’ambition de miser sur des spots moins évidents plutôt que les sempiternels Milan, Paris, Dubaï et autres Shanghai. "La marque Tom Dixon se vend dans 65 pays, mais je ne me suis jamais rendu dans la plupart d’entre eux." Le designer a donc de grands projets. Casablanca se trouve sur sa bucket list, ainsi que Vancouver et Sydney. Son objectif est d’y présenter sa nouvelle collection, ce que d’autres labels ont précisément fait à Milan.

Cette nouvelle collection compte notamment beaucoup de luminaires. On s’étonne de voir que le créateur a renoncé au cuivre et au laiton, alors qu’il a été un pionnier de cette tendance. "Je dois reconnaître que nous avons peut-être un peu exagéré avec tout ce laiton", commente-t-il. Éclat de rire général. Il semble aujourd’hui défendre le chrome avec autant d’ardeur qu’il a défendu le cuivre. "Cela vous étonnera peut-être, mais, même pendant la période ‘laiton’, nous vendions plus d’armatures couleur ‘argent’."  Cette dernière couleur est souvent associée au bleu et au noir. "Avec le noir, on ne peut pas tricher", explique Dixon. "Les formes apparaissent dans leurs contours les plus purs."

La nouvelle collection occupera également une place de choix dans la boutique installée au sein de The Coal Office. Les plafonds de la boutique sont voûtés et chaque arcade accueille une autre partie de l’empire Dixon, des luminaires aux accessoires, en passant par des créations et des senteurs exclusives. "Si j’ai volontairement choisi le nom The Coal Office plutôt que ‘Le grand flagshipstore de Tom Dixon’, c’est pour permettre au bâtiment de respirer et de laisser de la place aux autres." En effet, l’objectif du designer est de collaborer avec des jeunes talents. "Pour tout ce que nous ne faisons pas, comme les planchers et les plantes, j’aimerais collaborer avec des nouveaux venus". Et où les trouvez-vous, Monsieur Dixon? Il murmure: "Ne le dites à personne, mais je vais faire un petit tour à Milan. Tout seul. Et incognito."
Eurostar relie Bruxelles et Londres près de 10 fois parjour en deux heures à peine. À partir de 39 euros l’aller simple. www.eurostar.com

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content