sabato

"C'était la première fois que je voyais un appartement pour lequel je ne voulais rien changer"

©Annick Vernimmen

Bienvenue dans le duplex de l'artiste floral Mark Colle.

"Avant, j'habitais sur la Nationalestraat, au coeur du quartier de la mode, à Anvers, et je ne cherchais pas particulièrement à déménager. Je n'avais pas non plus envie d'acheter, mais mon comptable insistait. L'ami de Tim Van Steenbergen, un médecin, est l'associé de mon meilleur ami et c'est lui qui m'a signalé que le duplex années 70 de Tim était à vendre. Quand j'ai vu les photos sur Facebook, j'ai été surpris: c'était la première fois que je voyais un appartement pour lequel je ne voulais rien changer", se souvient Mark Colle, un artiste dont les installations florales pour Dior et Jil Sander, deux commandes de Raf Simons, ont fait la réputation internationale.

Tim Van Steenbergen a rénové ce duplex penthouse d'un immeuble à appartements du XIXème siècle pour en faire un espace ouvert et lumineux. Il a abattu des murs, remplacé le carrelage démodé par un sol coulé et intégré la véranda à la cuisine. "Le lambris d'origine me donnait l'impression que cet appartement était un bateau", sourit Colle. "Le mur en briques, la double cheminée et les éléments en béton du coin salon sont d'époque et je ne voulais surtout pas y toucher.

Tim l'a aménagé dans un esprit un peu plus 'Mad Men', alors que, en ce qui me concerne, je préfère les couleurs et les plantes."

En détail

Souvenirs professionnels 

©Annick Vernimmen

"Appuyée contre la discothèque se trouve l'affiche encadrée de 'Polyester', un film de 1981 du réalisateur culte John Waters, un de mes amis. Je l'ai rencontré à Baltimore où il tourne habituellement ses films, je travaillais dans la ville chez un fleuriste. J'adore ses films, mais ses derniers projets ne trouvant pas de financement, il se consacre à l'art, à l'écriture et au stand-up, ce qui n'est pas mon truc."

"La chaise Bertoia et son repose-pieds sont d'époque. Les coussins, sur le sol, sont recouverts de tissus achetés dans une vente de stocks. Ils viennent de chez Raf Simons, pour qui j'ai régulièrement travaillé."

Feeling blue

©Annick Vernimmen

"J'aime bien m'asseoir par terre. En fait, mon canapé bleu n'est pas confortable, mais je ne parviens pas à m'en séparer car j'adore sa couleur. Je l'ai chiné pour 50 euros dans le gigantesque marché aux puces qui se tient chaque week-end au Mauerpark, à Berlin."

"Dans le passé, j'ai été DJ, mais, aujourd'hui, je n'ai plus le temps, même si j'aimerais bien m'y remettre. Dans cette discothèque en MDF, que j'ai fabriquée moi-même, se trouve ma collection de vinyles, du jazz à la techno. Même si elle commence à s'affaisser sous leur poids, je continue à en acheter."

Bouquets en plastique

©Annick Vernimmen

"Sur le mur est accrochée une installation d'un ami artiste: des bouquets en plastique et des canettes de bière polonaise écrasées."

"Même quand il fait gris, il y a de la lumière dès le matin, ce qui est bon pour mes plantes. J'ai trouvé cette jardinière à Berlin, ville que j'ai beaucoup fréquentée un certain temps pour raisons sentimentales. J'y allais en voiture et je revenais le coffre rempli de trouvailles."

"J'ai placé devant la cheminée l'ouvrage reprenant toutes les natures mortes florales du photographe américain Robert Mapplethorpe, 'Flora'. Une belle série, et une source d'inspiration. Ma préférée? Le dahlia, une des rares fleurs dont la floraison s'étend jusqu'à la fin de l'été. Je l'utilise beaucoup: j'aime son côté rétro et japonais."

Lire également

Publicité
Publicité