sabato

Le bel envol de Bertrand Lejoly, protégé de Vincent Van Duysen

Si l’on prend un bon départ, la bataille est à moitié gagnée! Après avoir déployé son talent auprès du grand architecte Vincent Van Duysen, le moment est venu pour Bertrand Lejoly de développer son style et de suivre sa propre voie dans le monde du design.

Bien entendu, Sabato a déjà une première question à lui poser: où cela va-t-il le mener?

Qui? Bertrand Lejoly (41 ans) a ouvert son propre bureau en mars 2021.

Maître: L’architecte Vincent Van Duysen. Lejoly a travaillé chez lui à temps plein pendant plus de huit ans et a quitté l’entreprise en mars pour se consacrer pleinement à sa propre carrière.

Bertrand Lejoly a été le tout premier designer belge à être chargé par Duravit de concevoir une ligne de salles de bain, "D-Neo". ©Mark Seelen

Succès communs: Le designer a été chef du département design de produits chez VVDA. Avec Van Duysen et son équipe, il a conçu des collections pour Molteni&C, Flos, Serax, Paola Lenti et de nombreux autres labels.

Succès personnels: Cette année, Bertrand Lejoly a lancé sa première collection d’accessoires de salle de bain, "Cose", chez Serax. Lejoly a manifestement un faible pour les salles de bain, car pour Duravit, il est le premier designer belge à concevoir une ligne de salles de bain, "D-Neo". Plus tard dans l’année, une collection de mobilier outdoor pour la société belge Vincent Sheppard ainsi que des barbecues pour Bodart & Gonay, belge elle aussi, verront le jour. 

Les différents plats et bols de "Cose" font aussi un bel effet en cuisine. ©Saskia Vandecasteele

Vincent Van Duysen à propos de Bertrand Lejoly: Il y a huit ans, l’équipe de VVDA était composée uniquement d’architectes et d’architectes d’intérieur. Avec sa formation, son expérience et son savoir-faire en tant que développeur de produits pour Matteo Thun, entre autres, Bertrand apportait un enrichissement de taille. Nous nous complétons également sur le plan personnel.

"Je suis plus extraverti et impulsif." Bertrand est plus introverti et réfléchi. "En tant qu’architecte, je vois les choses principalement d’un point de vue spatial", tandis qu’en tant que développeur de produits, Bertrand a une approche détaillée. Il est très conscient de la valeur du design. "Dans cet environnement, nous privilégions l’intemporalité et le respect du savoir-faire", ce qui correspond à sa philosophie: Bertrand aime l’essence et la pureté du design. Il n’est pas un concepteur ‘for the sake of design’, ce qui est une attitude très appréciée dans le monde du design d’aujourd’hui."

"Comme le souligne Vincent, nous sommes très complémentaires, mais nous avons aussi des points communs, comme notre empathie. Je retiendrai de notre entente que l’on peut montrer librement ce que l’on ressent."
Bertrand Lejoly
Développeur de produits

Bertrand Lejoly à propos de Vincent Van Duysen: "Avant de commencer à travailler pour Vincent, j’étais déjà fan de ses créations. Au Bar Basso à Milan, j’avais déclaré à son bras droit que des objets portant la signature Van Duysen pouvaient avoir beaucoup de potentiel et c’est ainsi que tout s’est mis en marche."

"Vincent et l’équipe m’ont accordé une confiance énorme. J’ai pu travailler avec certaines des marques de design les plus prestigieuses du monde, dont Molteni&C et Flos. Comme le souligne Vincent, nous sommes très complémentaires en tant que personnes, mais nous avons aussi des points communs, comme notre empathie. Je retiendrai de notre entente que l’on peut montrer librement ce que l’on ressent. Je l’ai appris avec lui, au fur et à mesure."

Cette année, Bertrand Lejoly a lancé "Cose", sa première ligne d’accessoires de salle de bain pour Serax. ©Siska Vandecasteele

Ses sources d’inspiration: "Vu mon expérience professionnelle dans des bureaux d’architectes, l’architecture est une source d’inspiration importante pour mon travail personnel. De même, les meubles vintage constituent de bons points de départ, mais je suis avant tout stimulé par les restrictions fonctionnelles du design industriel. Par exemple, je ne m’aventurerais pas dans l’art ou le design de collection, des objets uniques entre art et design: pour moi, c’est beaucoup trop libre."

Où cela va-t-il le mener? "J’ai longuement réfléchi à la décision de quitter ou non VVDA, mais je pense que le moment est venu d’écrire mon histoire. C’est un grand changement, mais je suis prêt. Je n’ai peut-être pas un titre ou un nom connu auprès du grand public, mais, dans le petit monde du design, on sait qui je suis et ce dont je suis capable."

"Je reçois des demandes de marques et de producteurs qui veulent travailler avec moi, ce qui est à la fois très agréable et très excitant. Il y a de beaux projets au programme. J’ai aussi très envie de travailler en tant que directeur artistique, un peu comme ce que fait Vincent pour Molteni&C. Je considère Vincent comme un ami et il y a suffisamment de place pour nous deux: il n’est pas question de concurrence."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité