sabato

Le label belge Objet Singulier lance du mobilier avec une laque ultra luxueuse

©Frederik Vercruysse

Le Bruxellois Raphaël Van Gend multiplie les métiers et les succès. Après avoir été danseur, peintre, mannequin, agent de photographe, producteur de musique et créateur de bijoux, le voilà qui se lance dans le design de mobilier. "Je n'ai pas de frontières en matière de création."

Dans le monde de la danse, on se souvient de lui comme d'un talent prometteur passé chez Maurice Béjart, mais contraint d'abandonner en raison d'une vilaine blessure au pied. À La Cambre, à Bruxelles, on l'a repéré dans l'atelier de peinture. Ceux qui fréquentaient le monde new-yorkais de la mode dans les années 90 l'ont spotté en tant que mannequin. Les Parisiens amateurs d'art l'associent à Bureau Central, son agence pour photographes, illustrateurs et créateurs de mode. Les amateurs de musique ont entendu son nom circuler en tant que producteur d'électro. Les clients du Bon Marché, du Printemps Hausmann et de MatchesFashion connaissent sa marque de bijoux, Objet Singulier. Et il apparaîtra bientôt dans l'annuaire des architectes d'intérieur. En effet, ce créatif polyvalent qu'est Raphaël Van Gend (44 ans) lance aujourd'hui sa première collection de meubles.

De juwelen van Raphaël Van Gend balanceren op de grens van sculpturaal en functioneel. Als je ze niet draagt, kan je ze neerzetten als object. ©Frederik Vercruysse

Lorsqu'il nous accueille dans son impressionnant hôtel de maître de la place Brugmann, à Ixelles, il faut chercher un siège... tellement il en a peu. Sur les six étages (soit 600 mètres carrés), il combine bureaux, Airbnb et espaces de vie -à l'atmosphère quelque peu clinique, que l'on se demande s'ils sont habitables et habités. Il y a deux ans, le Bruxellois a acheté cette demeure, construite en 1912 par l'architecte belge Fernand Lefever, et en a assuré la rénovation complète -comment pourrait-il en être autrement?

Créations singulières

"J'aime la sobriété", commente le créateur, qui se sentirait presque coupable en nous voyant scruter l'espace blanc à la recherche d'un siège. Son allure est un savant mélange entre le designer Rick Owens et l'architecte Pierre Yovanovitch. Yeux bleu pâle, cheveux noirs mi-longs, tempes grisonnantes. Jeans skinny, boots, workwear Margiela et briquet Dupont logé dans un five-pockets. Il nous sert un verre d'eau dans un gobelet en cristal de la maison Baccarat. Rock'n'chic.

Nous rencontrons Raphaël Van Gend à l'occasion de l'un de ses passages éclair en Belgique. Ces derniers temps, il est principalement à Paris, où il a un bureau et un showroom rue Royale, très certainement aussi épurés que ceux de Bruxelles. Cet espace vide et blanc est peut-être là pour compenser le chaos que, supposons-nous doit régner dans son esprit, lorsqu'il nous demande pour la troisième fois ce que nous voulons boire. "Désolé, j'ai beaucoup de choses en tête en ce moment."

Technique ancestrale

C'est bien compréhensible. Objet Singulier, la marque de bijoux qu'il a fondée il y a trois ans, marche du tonnerre de Zeus. Et il vient d'ajouter à cette collection divers objets de table comme un cendrier, un porte-plume et un presse-papiers, mais aussi des serre-livres et des plateaux. Aujourd'hui, un premier meuble: un buffet de plus de trois mètres de long, composé de trois parties étagées, réalisé en onyx blanc, laiton et laque bleu nuit. "Pour le lancement, je voulais une pièce statement", explique-t-il. "Ce buffet est un modèle modulaire, composé de trois parties distinctes. Mon intention est de, progressivement, étendre la collection."

Raphaël Van Gend propose une première pièce de mobilier sous le label Objet Singulier: un buffet en onyx blanc, laiton et laque bleu nuit de 3 mètres de long. ©Frederik Vercruysse

 Nous sommes assis sur le canapé 'Osaka' crème de Pierre Paulin. Une petite table (le modèle de salon de la 'Tulip' de Saarinen) et une authentique cheminée décorative en marbre vert menthe sont les seuls éléments qui font référence à une époque où ce lieu avait une décoration plus chargée. Malgré son agenda chargé, l'homme prend son temps. Avec soin et fierté, il nous montre ses bijoux et ses objets, qu'il a éparpillés sur le sol. La pièce phare est une manchette "chunky" en laiton, sertie de pierres semi-précieuses comme le jaspe et le jade, combinées à de la laque de couleur.

La laque, une technique asiatique ancestrale, est à la base d'Objet Singulier. Le créateur l'a choisie pour ses bijoux, ses objets et son mobilier. "C'est une technique d'une noblesse incroyable. La surface est comme un miroir; on se noierait presque dans la profondeur de la couleur. Plus on applique de couches, plus cet effet est intense. La norme est de sept couches, mais je préfère qu'il y en ait dix-huit", précise-t-il. À cette fin, il collabore avec l'un des meilleurs ateliers du monde, qui travaille pour de grands clients. "C'est un atelier artisanal, situé dans la périphérie de Ho Chi Minh Ville, au Vietnam, et qui emploie 200 personnes. Avec une patience infinie, les artisans appliquent les multiples couches de laque chinoise, qui doivent sécher à température ambiante pendant des jours, voire des semaines. L'ensemble du processus dure au minimum deux mois."

Bijoux singuliers

Si ses bijoux ne sont pas inabordables, c'est parce que Raphaël Van Gend se contente de marges modestes pour l'instant. "Cela faisait des années que je voulais avoir ma propre marque", souligne-t-il. "J'avais des piles de croquis. Mon projet? Créer une version moderne d'Hermès. Le même savoir-faire, mais avec un look plus avant-gardiste. Tout a commencé quand j'ai rencontré le directeur de l'atelier de laque. Vous pouvez avoir toutes les idées du monde, si vous n'avez personne pour les concrétiser, vous n'irez nulle part."

Chez Maurice Béjart, j'ai appris la discipline, quelque chose que l'on ne m'avait pas enseigné à la maison.
Raphaël Van Gend

Bien qu'il ait lancé Objet Singulier avec une collection de 65 pièces, son intention n'était pas de faire une marque de bijoux. "Sur le plan créatif, je ne veux pas avoir de limites. Ce n'est pas parce que j'ai commencé avec des bijoux que je dois m'y tenir; j'ai trop d'idées pour ça. J'aime jouer avec la frontière entre sculptural et fonctionnel. Le presse-papiers, par exemple, a été créé en tant que forme et ce n'est que dans un deuxième temps qu'il a trouvé sa fonction. De même, mes bijoux peuvent être exposés en tant qu'objets lorsqu'on ne les porte pas."

Quand nous lui avouons qu'ils nous font penser à ce que faisait le sculpteur Constantin Brancusi, un sourire se dessine sur son visage: il s'avère que c'est l'un de ses héros. Concernant l'ADN de sa marque, il est philosophe: "Mon objectif est d'unir les contraires de manière harmonieuse: lignes droites et courbes, rigueur et douceur. Dans la vie et la nature, on trouve aussi des formes douces et des arêtes tranchantes. C'est ce symbolisme que je veux matérialiser".

L’ex-danseur, ex-mannequin et créateur Raphaël Van Gend a acquis ce superbe hôtel de maître il y a deux ans et l’a rénové de la cave au grenier. ©Frederik Vercruysse

Vulgaires logos

Cette position centrale qu'occupent les contrastes dans son travail se manifeste également dans la manière dont il utilise les matériaux: il associe la noble technique de la laque avec le laiton, nettement plus industriel, comme un clash entre artisanat et modernité. Il évoque des concepts comme sculpturalité, élégance, architecturalité, (a)symétrie et, bien sûr, minimalisme. "Je trouve les logos vulgaires. Je crée des bijoux pour les personnes au goût raffiné et, bien que le luxe ne soit pas une fin en soi, la perfection est quelque chose qui a un prix." Or le minimalisme exige justement cette perfection-là. Quand il y a si peu à voir, tous les détails (et donc, la moindre erreur également) attirent l'oeil.

Mon projet? Créer une version moderne d'Hermès. Le même savoir-faire, mais avec un look plus avant-gardiste.
Raphaël Van Gend

Le perfectionnisme n'est donc pas étranger au Bruxellois, constatons-nous lorsqu'il nous parle de ses objets. "Les pieds du buffet sont en laiton légèrement brossé que je laisse s'oxyder pendant environ un mois. Ce n'est qu'une fois que la patine est parfaite que je les fais vernir. Passez donc le doigt sur ce cendrier! Il n'y a aucune différence de niveau entre les couches de bois verni et de laiton." En effet. En termes de packaging également, il va très loin: pour chaque bijou et pour chaque objet, il a conçu une boîte sur mesure. Et, dans le droit fil de son style minimaliste, chaque création porte un numéro plutôt qu'un nom.

Pierre Bergé

Pourquoi a-t-il fait mis Bureau Central en sourdine pour se consacrer à une carrière de designer, et à un avenir peut-être incertain? "J'ai un bon feeling pour ce qui plaît, ainsi que pour les jeunes talents. J'ai gagné énormément d'argent, mais j'en avais assez de cette vie: je voulais créer quelque chose."
La rencontre avec le directeur de l'atelier de laque est donc tombée à pic. Pour le lancement d'Objet Singulier, il s'est associé à Arnaud Gestin. "Oui, c'est un partenaire d'affaires mais c'est surtout un ami. C'est quelqu'un qui a beaucoup de moyens, ce qui lui a permis d'investir dans ma marque. De plus, il a une grande expérience du luxe, forgée chez Cartier et Boucheron. Grâce à lui, je peux me consacrer à la création. C'est un peu mon Pierre Bergé."

Il était prédestiné à un avenir créatif: il a grandi entouré d'art et de culture. Dans les années 70, sa mère était actrice et mannequin, notamment pour Chanel et Cardin. "Elle adorait les bijoux extravagants. Son style m'a influencé", explique celui qui, enfant, a étudié le ballet chez Maurice Béjart. "C'est là que j'ai appris la discipline, quelque chose que l'on ne m'avait pas enseigné à la maison."
Ce cocktail de travail acharné, de bons gènes et d'idées intelligentes l'a déjà mené de la danse à la mode, en passant par la photographie, la musique et le design. Et il y a fort à parier que sa curiosité continuera de le propulser vers de nouveaux horizons créatifs. Son projet suivant? Nous misons sur une collection de mode.

Le buffet est présenté chez Objet Singulier (Rue Royale 8 à 75008 Paris), disponible uniquement sur commande au travers de quelques galeries. www.objetsingulierparis.com, @objetsingulierparis




Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content