"Paradis Apartment" à Ostende | L'art de mêler vacances et design

Quand un couple doté d'un vaste réseau dans le monde du design aménage un appartement en bord de mer, on découvre un espace où l'on peut tester in situ des pièces de collection.

Connaissez-vous cette sensation de "home away from home" que procurent certaines maisons de vacances à leurs visiteurs? C’est cela qu’Albane Paret et Micha Pycke souhaitaient éviter pour leur seconde résidence en bord de mer. En effet, pourquoi partir en vacances si l’on n’est pas dépaysé? "Ici, cela pouvait être un peu plus pointu que chez nous", explique Micha Pycke. Une déclaration qui suscite des attentes élevées, car le cœur de métier de ce couple actif dans les RP est justement le design et l’art. "Nous voulions créer un lieu inspirant où découvrir de belles choses, qui suscite l’admiration et où l’on peut éventuellement puiser un peu d’inspiration."

"Paradis Apartment" est une destination hybride. "L’appartement sera loué comme lieu de vacances, mais il peut aussi bien accueillir une séance photo, une réunion ou une présentation", précise Albane Paret. Cependant, il ne sera pas toujours disponible, car le couple souhaite également y séjourner de temps à autre — leurs filles adorent les lits superposés. C’est pourquoi ils l’ont aménagé à leur goût. "Nous possédions les livres exposés, et les jumelles sur l’étagère permettent d’observer les bateaux. Si nous venons pour le week-end, il faut que cela nous corresponde", déclare Micha Pycke.

Publicité
Publicité
Albane Paret et Micha Pycke devant une partie d’un quadriptyque de la designer légendaire du groupe Memphis, Nathalie du Pasquier, et un luminaire de Muller Van Severen.
©Frederik Vercruysse
"Instagram et les galeries regorgent de superbes pièces design, mais l’essence même du travail du designer, comme l’ergonomie, ne peut vraiment être appréciée qu’à la lumière de l’expérience personnelle."
Micha Pycke
Co-fondateur du "Paradis Apartement"

Deux adeptes du lifestyle à la plage

L’année dernière, le couple a trouvé à Ostende son paradis, à deux pas de là où s’élèvent les "Rock Strangers" d’Arne Quinze. C’est au huitième étage du Residence, un immeuble années 60, qu’ils ont conçu leur "Paradis Apartment": un peu moins de 100 mètres carrés dans lesquels les sources d’inspiration et les intérêts qui font partie de leur travail et de leur vie sont devenus tangibles. En tant que fondateurs de l’agence de communication et de presse Club Paradis, basée à Gand, Albane et Micha ne sont pas des inconnus dans le monde de l’art, du design et de l’architecture. Avec des clients tels que les galeries d’art Tim Van Laere Gallery et Xavier Hufkens, les designers Muller Van Severen et la galerie Maniera, ils se sont constitué un CV et un réseau solides. Ajoutez à cela qu’ils savent où trouver de belles galeries, de beaux hôtels et de beaux meubles, et voilà le secret de leur appartement dévoilé. "Un excellent hôtel réunit tous les éléments de l’hospitalité que nous apprécions également", commente Micha, qui estime que "décorer quelque chose pour le mettre sur Airbnb" ne correspond pas à leur philosophie.

Publicité
Publicité

Après la surprise de la superbe vue sur mer au bout de la Kapucijnenstraat, la première chose qu’on remarque est le mix coloré de design d’art moderne belge qui, tel un fil rouge, passe du salon à la plus petite chambre de cet appartement conçu pour cinq personnes. "Des contacts et des amis nous ont dit qu’ils aimeraient que nous intégrions leurs pièces à notre projet", explique Albane Paret, qui s’est chargée de l’ameublement en associant de grands noms à d’autres moins connus.

Les tables d’appoint et le prototype de la future lampe Cassina du groupe de designers destroyers/builders côtoient le tapis ludique de Christoph Hefti de Maniera. La table de la salle à manger et les tabourets assortis sont une création unique de Midnight & Alexander et les artworks qui ornent les murs sont des éditions de la plateforme d’art Artlead, fondée par leur ami Thomas Caron.

En optant pour des modèles d’exposition et des prototypes chinés dans leur réseau, ils conservent une dynamique à l’intérieur, explique Albane Paret. "Ainsi, chaque visite est différente et la découverte de nouveautés s’inscrit au cœur de l’expérience."

Comme dans une salle d’exposition, les meubles et les objets du "Paradis Appartement" sont à vendre.
©Frederik Vercruysse

Une affaire de famille

"Instagram et les galeries regorgent de superbes pièces design, mais l’essence même du travail du designer, comme l’ergonomie, ne peut vraiment être appréciée qu’à la lumière de l’expérience personnelle." Ainsi, les visiteurs testent le confort du canapé, fruit de la collaboration entre Muller Van Severen et Kassl Éditions, s’inspirent de la combinaison audacieuse d’œuvres d’art colorées et apprécient les céramiques expérimentales. Comme dans une salle d’exposition, les meubles et les objets sont à vendre, à l’exception des meubles encastrés et de la verrerie ancienne, étonnamment moderne, héritage venu de la grand-mère d’Albane.

Choisir Ostende comme lieu de vacances est également une affaire de famille. Elle a grandi dans un appartement face à la mer à quelques rues de là, mais c’est surtout lui qui voulait à tout prix bénéficier de ce panorama: "C’était impératif!" Après un an et demi de recherches, l’opportunité de leur vie s’est présentée sur Biddit l’été dernier: un appartement mis en vente par Kom op tegen Kanker et la Blauwe Kruis van de Kust. "L’ancienne propriétaire et résidente faisait don de son appartement, et nous l’avons acheté à l’organisation caritative en août de l’année dernière."

Derrière l’îlot de cuisine en acier inoxydable sur mesure se trouve un meuble mural ondulé en placage de sapelli laqué, tous deux produits par l’Atelier Ternier.
©FREDERIK VERCRUYSSE

Pièce majeure

Il n’y a pas de rénovation sans cette question essentielle: quels sont les éléments d’origine qui méritent d’être conservés? Le parquet en chêne motif point de Hongrie a été restauré et la cheminée en marbre, les étagères en verre et l’appui de fenêtre qui suit la baie vitrée ont été conservés.

Ils ont fait appel au célèbre duo de designers Fien Muller et Hannes Van Severen pour officier en tant que "regards supplémentaires", et l’ancienne salle de bains et la cuisine ont disparu. "Lorsqu’ils nous ont demandé pourquoi nous voulions conserver ces meubles de cuisine, j’ai senti que tout devait partir", explique la jeune femme. Ils ont ainsi fait place à ce qui constitue peut-être la pièce de résistance de cet appartement qui n’en manque pas.

L’ondulant meuble mural en placage de sapelli verni "haute brillance" contraste avec l’atmosphère par ailleurs lumineuse de l’espace de vie. Il fait office de présentoir et dissimule le tableau électrique ainsi que d’autres objets pratiques dont on hésite à se débarrasser. Le design est l’œuvre d’Atelier Ternier, un atelier gantois d’artisanat contemporain qui réalise, notamment, les meubles Maniera des architectes d’Office KGDV et de Bernard Dubois. "Son nom revient assez souvent, mais en dehors de ses tabourets LABT, Frank Ternier est relativement peu connu du grand public", explique Micha.

La paroi en bois d’un mètre de long a été construite, peinte et démontée dans l’atelier avant d’être remontée en pièces détachées pendant une tempête! Grâce au travail sur mesure, le bloc-cuisine compact en inox peut accueillir une poubelle, un lave-vaisselle, un four et un réfrigérateur. "Avec un compartiment congélateur", précise-t-il. Outre la vue sur la mer, c’était son deuxième impératif. "Pour les glaçons de l’apéritif, bien sûr!"

L’étagère modulaire "Stack" de Studio accueille la bibliothèque, une lampe signée destroyers/builders et un seau à glace/vase de Stéphane Barbier.
©FREDERIK VERCRUYSSE

Paradis Apartment
Réservations à partir du 1ᵉʳ février
Kapucijnenstraat 58, Ostende
À partir de 280 euros la nuitée (cinq personnes)

Publicité