sabato

Pas touche aux animaux: votre maison est-elle cruelty free?

Suszi Saunders a conçu une maison 100% 'cruelty free'. ©rv

Votre alimentation est vegan, mais votre garde-robe et votre tablette de salle de bain le sont aussi? Si c'est le cas, n'hésitez pas à rendre le reste de votre maison "cruelty free"! Le design vegan sera bientôt un hit global. Prêts pour les couettes sans plumes et la peinture sans caséine?

Le sofa 'Volage Ex-s' de Philippe Starck dans une version vegan, avec un cuir en 'Apple Ten Lork (à base de pommes) pour Cassina. ©rv

Cette année, le designer français Philippe Starck a présenté certains de ses classiques édités par Cassina dans un nouveau revêtement végétal fabriqué à partir de pommes et qui ressemble fortement à du cuir, l'Apple Ten Lork. Au Salone del Mobile début avril à Milan, Cassina a également présenté la chaise 'Back-Wing' de la designer espagnole Patricia Urquiola dans ce même revêtement. "Nous étudions cette matière et espérons la mettre prochainement en production", affirme la marque italienne de design.

Aujourd'hui, le véganisme est incontournable. Après la cuisine, la mode et la beauté, il s'étend à d'autres domaines. Le design ne fait pas exception: dans le beau livre 'Vegan Interiors', on découvre une série de maisons stylées pour lesquelles aucun être vivant n'a dû être sacrifié. L'auteur, la décoratrice américaine Deborah Rosenberg, est la fondatrice de DiMare Design et du site d'information Vegandesign.org, une vitrine pour 'healthy & humane interiors'.

La suite vegan du Hilton Bankside, Londres. ©rv

Et à Londres, le Hilton Bankside a inauguré la première chambre d'hôtel vegan, créée par le tandem Bompas & Parr. "C'est la preuve que le véganisme n'est plus seulement alimentaire, mais qu'il influence l'ensemble de notre mode de vie."

Un mode de vie dont Londres semble être le terreau fertile. Le bureau 2LG Studio vient de lancer une collection de mobilier vegan et Chloe Bullock de Materialise Interiors et Emily Turnbull de Studio Can Can sont toutes deux spécialisées dans les projets d'intérieurs vegan. Turnbull est convaincue que si l'alimentation est la locomotive de la mode vegan, le design suivra: dans deux ans, il sera aussi important, sinon plus.

'Cruelty free'

Selon la branche britannique de l'organisation de défense des droits des animaux PETA, l'intérêt pour le mode de vie vegan est exponentiel. Elle a créé les PETA Vegan Homeware Awards, un prix qui récompense dix catégories de produits, comme la meilleure bougie vegan, la meilleure parure de lit vegan, le meilleur canapé vegan ou le meilleur accessoire vegan pour animal de compagnie.

La fausse peau de mouton Ikea a décroché deux années de suite le prix du meilleur tapis vegan (en fausse peau de mouton). L'enseigne Habitat a également été récompensée pour la meilleure couette sans duvet et l'espagnol Zara Home pour la meilleure couverture sans laine. Tout cela est bien la preuve que le 'cruelty free' ne doit pas nécessairement être onéreux.

PETA espère que cet award va convaincre les nombreux adeptes du véganisme (au Royaume-Uni, entre 2014 et 2018, leur nombre est passé de 150.000 à 600.000) de l'étendre à toute l'habitation. Selon l'organisation, les abattoirs ne sont pas les seuls théâtres de l'horreur.

Les tondeurs de moutons travaillent avec une telle violence que les animaux ont parfois le cou brisé, tandis que les oies et les canards sont bien souvent plumés vivants. Un plaid requiert la laine de sept moutons et un tapis en laine, celle de quinze moutons. Les plumes de 88 oies sont nécessaires pour fabriquer deux oreillers et une couette double. Et pour un fauteuil en cuir, huit vaches sont sacrifiées.

Pourtant, il existe de nombreuses alternatives: par exemple, le duvet et les plumes peuvent facilement être remplacés par du sarrasin, des fibres de bambou, du chanvre ou du Tencel, une nouvelle fibre durable obtenue à partir des fibres d'eucalyptus.

Réchauffé

Suszi Saunders a conçu une maison 100% 'cruelty free'. ©rv

L'an dernier, la blogueuse londonienne Suszi Saunders, la Stella McCartney de l'univers de la décoration, a décroché un de ces PETA Awards. Tout comme cette dernière a inspiré d'autres labels de mode à adopter les matières vegan et donc à ne pas utiliser de cuir, de soie ou de fourrure dans leurs collections, Saunders montre la voie à suivre à ses 38.000 abonnés sur Instagram pour vivre 100% vegan.

"Il y a trois ans, j'ai décidé de devenir vegan. Peu après, mon mari et moi avons acheté une maison et il m'a semblé évident de la rénover en accord avec ce choix de vie. J'ai donc recherché des produits sans substances animales, comme des fauteuils en faux cuir et des tapis en coton. Qui étaient souvent moins chers", explique-t-elle. "Avec le boom du véganisme, il devient de plus en plus facile de trouver des articles d'aménagement intérieur éthiques, même dans les grandes chaînes."

©Maurizio Montalti

Ce qui soulève la question de la nouveauté du design vegan. L'habitat 'cruelty free' n'est-il pas juste du réchauffé? Ce que l'on appelait autrefois 'tapis de coton' ou 'chaise en tissu' est aujourd'hui estampillé 'vegan'. Alors, s'agit-il du même produit dans un nouvel emballage Ou est-ce plus que ça?

Pinceau vegan

Se loger de manière vegan ne se limite pas à bannir les tapis de laine ou les canapés en cuir: il y a des substances d'origine animale dans de nombreux matériaux de décoration. La peinture, par exemple, contient souvent de la caséine, une protéine du lait de vache. Le colorant rouge carmin et la gomme proviennent de la cochenille, un petit insecte.

Un pinceau est fait de soies d'origine animale. Peu de gens savent que les stratifiés et les moquettes sont parfois fabriqués avec de la colle de poisson ou du feutre de laine. Et les bougies (parfumées) sont à base de cire d'abeille et de stéarine extraite de graisse animale.

Si le design vegan a le vent en poupe, il lui reste à faire le grand bond en avant. En effet, cela demande un changement de mentalité total. Pour l'instant, les matériaux naturels restent plus prisés que leur équivalent synthétique. Et pourtant, cette image favorable n'est pas toujours exacte, déplore Deborah Rosenberg, auteur de 'Vegan Interiors'.

"Les produits d'origine animale ne sont pas le choix le plus durable. Si les gens en prennent conscience, les choses peuvent changer."

Le designer Don Yaw Kwaning partage aussi cet avis. Il a décroché son diplôme avec distinction l'an dernier à Eindhoven en présentant un matériau semblable à du cuir de selle, mais dérivé du linoléum. Pour lui, nous sommes tous responsables."Les producteurs pensent business et, tant que le vegan reste plus cher, ils ne bougeront pas. Le pouvoir est entre nos mains: dès que la demande augmentera, les producteurs suivront."

Le livre 'Vegan Interiors' est disponible sur Amazon, 149 dollars, www.vegandesign.org






Lire également

Publicité
Publicité