sabato

Trois tendances déco de la rentrée: The Good, the Bad and the Ugly

La décoration aussi se soucie de l'avenir de la planète. Nada et Ecco lancent la paroi acoustique, 'Mossbox' faite de matériaux recyclés et de chutes issues de la production de murs en mousse. ©rv

Le beau est une option. L'écologie rend heureux. Le style belge fait des émules. Voici énoncées les trois principales tendances de la rentrée selon An Bogaerts, journaliste de Sabato et curatrice tendances de la foire Belgium Art & Design, BAD.

The Good

Philosophie. La décoration aussi se soucie de l’avenir de la planète. Les designers et les labels tentent d’apporter leur contribution, mais de manières très différentes. "Certains veulent faire entrer la nature dans la maison pour faciliter la prise de conscience", explique An Bogaerts. "D’autres préfèrent miser sur la production locale, la durée de vie, la production équitable ou le recyclage."

Bien entendu, nous préférons les “bons” objets parce qu’ils contribuent à sauver l’humanité, mais surtout à brosser notre conscience dans le sens du poil. "L’indifférence n’a plus la cote", ajoute la curatrice. "En ayant chez nous du design durable, nous avons l’impression de faire quelque chose même si ce problème nous semble insaisissable." L’université de Groningue a mené une étude dirigée par la psychologue comportementaliste Leonie Venhoeven: elle conclut qu’une action écologique déclenche une réaction de bonheur dans le cerveau. Naturellement.

©rv

‘In Vitro’ est unphotophore avec une ampoule LED conçue par Philippe Starck pour Flos. 24 heures d’autonomie. Indoor et outdoor.

©Emilie Moors

Les motifs du papier peint ‘Arte’ sont des espèces animales éteintes comme une prise de conscience affichée sur les murs.

©rv

Les lampes ‘Lunair’ de Filip Janssens sont en déchets de bois récupérés dans une scierie des environs.

The Bad

Philosophie. Il y a un style décoratif typiquement belge. Ses traits particuliers? Il est chaleureux et sobre, qualités de plus en plus plébiscitées à l’international ainsi qu’en témoigne ‘Belgian design’s low-key luxe steals the spotlight’, un article paru dans le Financial Times cette année.

"Les pionniers de cette esthétique pragmatique sont Axel Vervoordt et Vincent Van Duysen", ajoute Bogaerts. "Ces deux incontournables de talent ont ouvert la voie à toute une génération de designers qui, modestement, réussissent à élever des objets du quotidien à un niveau supérieur. Sans couleurs ni fioritures superflues, mais avec de l’âme et un sens de l’authenticité."

De plus, ce style peut désormais surfer sur le renouveau des ‘new neutrals’, ces tons beiges neutres qui, après avoir été ignorés pendant des années, sont à nouveau considérés comme rafraîchissants et particulièrement trendy – tant dans les intérieurs que les garde-robes.

©rv

‘Light with A Table’, Keiji Takeuchi pour Living Divani.

©rv

Paniers ‘Lagoa’, Linde Freya Tangelder pour Joias.

©rv

Petit fauteuil 'Ortiga', Flexform.

The Ugly

Philosophie. Après des années de beauté facile, comme l’illustre le succès du design scandinave, la jeune génération change de braquet et passe à la beauté “convulsive”, de nature à faire réfléchir plutôt qu’à se pâmer. "Ce principe rappelle la tendance ‘ugly’ qui a agité l’univers de la mode au cours des dernières saisons", décrypte Bogaerts.

"Le terme ‘ugly’ ne fait pas référence à la laideur, mais plutôt à quelque chose d’étrange, de moins évident et d’un peu provocateur. Les créatifs d’une vingtaine ou d’une trentaine d’années ont une tout autre idée de ce que peut signifier la beauté." Autrement dit: la sobriété, l’harmonie et l’équilibre ne sont plus nécessaires. 

©rv

Céramique, Sofi Van Saltbommel.

©rv

Tables d’appoint en marbre bleu, Christophe Bourg.

©rv

Lit douillet ‘Cipria’, Campana Brothers pour Edra.

Belgium Art & Design, 10-13 octobre, Floraliënhal, Gand.

Lire également

Publicité
Publicité