sabato

"Un délicat exercice d'équilibre entre architecture contemporaine et matériaux chaleureux"

Les plafonds en béton qui vont de l’intérieur à l’extérieur révèlent un sens du rythme intéressant, créé par trois épaisseurs et largeurs de planches de coffrage. ©Jacques Pépion

Qu'obtient-on lorsqu'on réunit l'architecte gantois Paul Robbrecht et l'architecte d'intérieur parisien Bruno Moinard à Knokke?

Paul Robbrecht a déjà conçu une maison à Knokke, et l'architecte d'intérieur parisien Bruno Moinard a quelques réalisations au Zoute à son actif. Cependant, ils n'avaient pas encore travaillé sur une mission commune.

Le maître d'oeuvre, qui préfère rester anonyme, ne voulait pas d'une maison style anglo-normand avec un toit de chaume et des fenêtres mansardées. Et il n'était pas plus favorable à un intérieur ultra-minimaliste: il voulait une maison au concept architectural fort, dégageant chaleur et confort. Il a voulu relever le défi de réunir le Belge et le Français autour d'un projet.

©Jacques Pépion

Un exercice d'équilibre peu évident, car les deux hommes ont une approche distincte du design. L'architecte gantois, qui a signé le Concertgebouw de Bruges, le bâtiment de la VRT, le centre commercial 'K in Kortrijk', la halle de Gand et la Rubensplein de Knokke, aborde chaque mission de manière philosophique et empathique, dans son contexte. Son système numérique axé sur les nombres premiers 3-5-7, qu'il utilise pour chaque projet, du mobilier aux grandes interventions urbaines, caractérise également les proportions dans ce cas.

Sur mesure

L’architecte d’intérieur parisien Bruno Moinard et sa business partner. ©Jacques Pépion

Avec son agence parisienne 4BI & Associés, Bruno Moinard est connu pour son élégance française rehaussée de détails délicats et de matières expressives.

Il a conçu des boutiques pour Cartier, Thierry Mugler et Karl Lagerfeld, mais aussi le Château Latour pour François Pinault, l'Hôtel Plaza Athénée à Paris, le Morgans Hotel à New York, le Four Seasons à Londres et l'Hôtel du Marc de la maison de champagne Veuve Clicquot à Reims. Il a également créé un concept de cuisine pour Obumex, qui a fait une partie du travail sur mesure pour cette maison.

Quiconque a vu le Français à l'oeuvre sait qu'il ne jure que par son cartable vintage garni de feutres qui lui permettent de dessiner des espaces en un rien de temps, même à l'envers si l'on est assis en face de lui.

Son travail créatif ne se limite pas aux intérieurs. Outre 4BI & Associés, il dirige Bruno Moinard Éditions, sa ligne de mobilier - représentée dans cette maison par des chaises, des canapés, une table de salle à manger et un bureau.

Quartzite argenté

La difficulté était la suivante: le client voulait une maison où intérieur et extérieur se fondent en harmonie. Autrement dit, l'architecture et la décoration devaient être en symbiose.

Les choix architecturaux de Paul Robbrecht ont eu de nombreuses conséquences pour l'intérieur. Par exemple, le toit, les façades, les terrasses, les sols et les marches du jardin sont tous en quartzite argenté, beaucoup plus rare que l'omniprésente variante couleur rouille. À l'échelle mondiale, seul 1% du quartzite a une apparence argentée, due à une couche de mica qui, sous un certain angle, brille.

Un nuancier fait de bronze patiné, noyer américain, pierres naturelles, textiles Oscar de la Renta et panneaux mureaux verts. ©Jacques Pépion

Un autre choix dominant de Robbrecht était le bois d'Accoya, un bois d'épicéa durable qui a été décoloré pour s'harmoniser avec la couleur du quartzite, à l'intérieur comme à l'extérieur. C'est également lui qui a eu l'idée des plafonds en béton avec coffrage en bois apparent. Les planches présentaient des épaisseurs et des longueurs différentes, ce qui a permis de créer un rythme qui domine les espaces intérieurs et extérieurs.

Bruno Moinard a magnifiquement contrebalancé ce choix de matériaux "durs" par des accents chaleureux. Comme dans le hall, où le plafond en béton dialogue avec un parquet en noyer américain, un revêtement mural en tissu couture du label Oscar de la Renta, une porte d'ascenseur en bronze patiné et des marches en pierre naturelle nervurée.

Les panneaux aux délicates teintes vertes ont été réalisés sur mesure par l'artiste coloriste parisien Pierre Bonnefille, qui a également disséminé des murs dans des teintes aquatiques à d'autres endroits de la maison.

Également typique du Parisien: les lignes architecturales ne sont pas accentuées par des spots au plafond, mais par des bandes LED et xénon qui créent une lumière très diffuse et rendent l'intérieur plus graphique.

La piscine intérieure en quarzite d'argent et bois d'accoya se trouve au sous-sol et donne sur une panne dunaire. ©Jacques Pépion

Les LED donnent même l'impression que les marches flottent. Et dans la piscine, la lumière indirecte donne à la fois de la profondeur et une lumière chaude. Finalement, le travail des deux hommes est tout aussi précis; seule la palette de matériaux et de textures diffère.

Dans les dunes

La maison de Knokke est située sur une ancienne dune, qui a été creusée pour pouvoir installer la piscine. Le nouveau bâtiment comprend quatre niveaux. Le dernier étage est une terrasse couverte, orientée à l'ouest. Comme elle se trouve juste au-dessus de la cime des arbres, on a une vue imprenable sur le coucher de soleil.

Dans cette demeure se trouvent aussi du mobilier du label de design de l’architecte, Bruno Moinard Éditions. ©Jacques Pépion

La piscine intérieure est souterraine et s'ouvre sur la panne dunaire. Un puits de lumière trapézoïdal aménagé dans l'espace de vie du rez-de-chaussée offre une vue plongeante sur l'eau. L'artiste britannique Lubna Chowdhary y a créé les dalles sur mesure placées autour du "puits" asymétrique, comme le rappel formel de la ligne cassée de la toiture. La cheminée en bronze à facettes de Bruno Moinard, dans le salon du premier étage, est également un clin d'oeil à ces dalles.

Le jardin n'a rien à envier à l'architecture et à la décoration. Comme la maison est très sculpturale, un jardin à la française n'était pas envisageable, d'autant plus à la mer.

Le maître d'oeuvre avait tout d'abord contacté l'architecte paysagiste néerlandais Piet Oudolf, dont les jardins style 'prairie sauvage' réalisés pour la High Line de New York, l'espace d'art Hauser & Wirth Somerset, le Serpentine Pavilion à Londres et le Museum Voorlinden à Wassenaar sont une merveille.

Le coin télé asymétrique est revêtu de panneaux muraux de l’artiste Pierre Bonnefille. ©Jacques Pépion

Cependant, en raison de son âge canonique, Oudolf a refusé cette mission. Ce sont donc Dominique Eeman et Chris Ghyselen de Beernem qui ont pris le relais et créé un jardin très informel et coloré, qui contraste magnifiquement avec la maison blanche. Avec ses touffes d'herbe aux couleurs changeantes, ses haies de hêtres et ses plantes aussi belles fanées qu'en forme, il est intéressant à toute saison. Comme dans la maison, il y règne une atmosphère de vacances, même si le propriétaire y vit toute l'année.

Lire également

Publicité
Publicité