Publicité
sabato

Le samedi de John Noseda

Cofondateur du Kitsch Club, du bar Cicciolina et du restaurant Calypso à Knokke. Un des initiateurs du festival Wecandance à Zeebruges. ©Alexander D'Hiet

Le samedi de John Noseda, DJ et entrepreneur de la night: petit déjeuner comme à l’hôtel, cuisine méditative et soirée dance. 

"Dans un monde idéal, chaque samedi je serais dans une ville différente." Et ça n’a certainement pas été le cas depuis deux ans. "Je n’ai même pas eu un seul samedi normal", déclare John Noseda, DJ et fondateur du Kitsch Club à Knokke. "Pendant la pandémie, notre secteur a été le premier à être paralysé et est le dernier à rouvrir. Nous ne sommes jamais descendus dans la rue, car nous avons toujours été solidaires du secteur des soins de santé. Ce n’est que le week-end du 19 février que, pour la première fois depuis deux ans, j’ai pu refaire ce que j’aime le plus: drôle d’impression."

Le Kitsch Club a ouvert son dance floor en 2009, d’abord sous forme d’un pop-up. Un plus tard, Noseda fait partie du groupe d’initiateurs du festival Wecandance, sur la plage de Zeebruges. Continuant sur sa lancée, il crée le bar à cocktails Cicciolina et le restaurant Calypso à Knokke. "Le corona a tout mis sur pause. Avant, je menais une vie de fou. Ma copine Julie habitait à Anvers et moi, à Gand: aujourd’hui, nous vivons ensemble à Anvers, dans la maison de nos rêves que nous avons rénovée et aménagée."

10h00 – "Quand je ne suis pas aux platines le vendredi soir, je me lève relativement tôt. Le service de livraison de courses Gorillas apporte des pistolets de la boulangerie Dellafaille et nous prenons le temps de savourer notre petit déjeuner et de lire le journal. Du jus de fruits frais, une couque au beurre, un œuf, des toasts au saumon et à l’avocat: c’est comme à l’hôtel!"

11h00 – "Nous habitons dans le centre d’Anvers. Je suis un citadin dans l’âme. Ici, on peut tout faire à pied. Julie et moi allons au marché avec notre chien pour acheter des produits frais pour la semaine. Nous y croisons des connaissances: c’est ça aussi aller au marché!"

Rituel shopping préféré:

«le samedi après-midi, nous écumons les boutiques de vintage et les disquaires.»

©Shutterstock

13h00 – "Nous allons parfois manger un bout chez Sofie’s Place, où, été comme hiver, nous nous installons en terrasse. Mais pas aujourd’hui: je prépare un risotto à la maison pour nous et quatre copains, servi avec un verre de vin et ma playlist ‘Darkness won’t survive after all’ en fond sonore. Pendant la pandémie, je me suis mis à cuisiner et depuis, c’est une activité quotidienne que je fais avec beaucoup de plaisir. Organiser des dîners et cuisiner est devenu une sorte de méditation."

14h30 – "Nous allons écumer les boutiques de vintage et les disquaires, comme Wally’s Groove World. En semaine, nous n’avons pas le temps. Prendre davantage de temps pour visiter des galeries d’art le samedi est sur ma wish-list."

16h00 – "De retour à la maison, je m’isole. Bien que je sois DJ depuis vingt ans, je prends toujours le temps de préparer mon set, car, chaque fois, c’est important que ce soit différent."

17h45 – "Julie et moi faisons un saut à la bijouterie Billion Avenue. C’est elle qui l’a créée, au début des années 2020, et moi, je l’ai aidée à la développer et l’ai soutenue. La responsable nous explique comment s’est passée sa journée."

18h00 – "Nous terminons l’après-midi par un apéro entre copains au café Hopper. Ensuite, je pars, direction Knokke."

"Ma recette préférée:

le risotto. Pendant la pandémie, je me suis mis à la cuisine et, depuis lors, c’est devenu une forme de méditation.»

20h00 – "Pour nous détendre un peu avant la soirée, mon associé Thomas Van Hoof et moi mangeons un bout au Bistro de la Mer."

22h00 – "Nous allons au Kitsch Club pour le briefing de l’équipe. Qu’y a-t-il au programme? Qui sont les clients ce soir et où seront-ils assis? À quoi l’équipe doit-elle être attentive? Quelle promo doit-elle mettre en place plus tard dans la semaine?"

23h00 – "Les personnes qui figurent sur la guest list arrivent et je commence mon set de DJ. Une petite heure plus tard, la foule se défoule sur la piste de danse. Tout comme moi, les gens apprécient cette ambiance post-corona."

4h30 – "Je vais dormir chez mes parents à Knokke. Avant, je dormais là tous les week-ends, mais comme je suis DJ ailleurs, en Belgique et à l’étranger, cela ne m’arrive plus si souvent. J’espère que le temps des soirées va revenir progressivement. Le 11 mars, j’en organise une à Anvers et j’ai déjà des demandes pour faire le DJ à Bruxelles, Paris et Amsterdam."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité