sabato

"Je voudrais raconter l'histoire des anciens cépages sud-africains"

©rv

Certaines de leurs vignes datent du XVIIème siècle, d'autres sont liées à la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Gavin Bruwer et Jasper Raats, et leur entreprise B-Vintners, sont en quête de vignobles séculaires avec leur propre microclimat. Et ils raflent des prix!

"Nos mères sont soeurs et nos origines remontent aux Huguenots: Bruwer s'écrivait alors 'Bruyère'. Le mot 'Vintners' est synonyme de 'vine exploration': voilà comment nous avons choisi notre nom, B-Vintners." Gavin Bruwer (34 ans) vient de me brosser le passé, le présent et l'avenir de leur entreprise, B-Vintners.

À 18 ans, le Sud-Africain entreprend des études d'économie. Il n'a alors aucun bagage en matière d'oenologie. "Mon cousin, le vigneron Bruwer, a été mon mentor en la matière. Le fait que mon père travaillait dans l'agriculture a été un atout supplémentaire. Après mes études, je n'étais pas satisfait: il me manquait quelque chose et je me suis dit "pourquoi ne pas essayer le rugby?" Je suis donc parti en Nouvelle-Zélande pour jouer et cela s'est bien passé, jusqu'au jour où je me suis blessé. J'ai dû y mettre un terme."

©rv

À cette époque, Jasper Raats, le cousin de Gavin Bruwers, travaillait dans un domaine viticole en Nouvelle-Zélande. "Je l'ai rejoint et j'y suis resté 6 mois: du coup, j'étais convaincu que j'étais fait pour le monde du vin."
Gavin Bruwer retourne en Afrique du Sud et se lance dans des études d'agriculture. Trois ans et un diplôme plus tard, il repart, pour voir ce qui se passe dans ce domaine à l'étranger."
Il se rend en Californie, chez le vigneron français Pierre Seillan, à la Kendall Jackson Winery (Sonoma). "Là-bas, tout est axé sur la qualité à son paroxysme. Nous étions dans une région plus chaude, très différente de la Napa Valley. J'y ai appris ce que c'est de travailler avec des microclimats et des vignobles."

Vieilles vignes

Par hasard, j'ai travaillé dans un domaine viticole: j'ai compris que j'étais fait pour le monde du vin.

Nous sommes en 2010. Le père de Gavin est décédé un an plus tôt. "J'ai donc quitté la Californie pour aller travailler pour la 'Raats Family Wines'." C'est un tout petit domaine, jouissant d'une réputation internationale. Il n'y a que deux cépages: le chenin blanc de Loire en blanc et le cabernet franc en rouge. "L'accent est mis sur ces cépages. Avec une secrétaire et deux collaborateurs de cave, mon cousin Jasper, Bruwer et moi faisons pour ainsi dire tout nous-mêmes. La plus grande leçon que j'ai apprise à l'étranger, c'est que le vin se fait dans le vignoble. Le sol, la recherche des bons pieds de vigne, la plantation, l'entretien, la taille: quand on maîtrise tout ça parfaitement, le vin suit."

Dans sa quête de petits vignobles plantés de chenin blanc et de cabernet franc, Gavin Bruwer en a découvert d'autres. "Ils avaient chacun leur propre microclimat, qui convenait aussi à d'autres cépages, mais, curieusement, l'ancienne génération de vignerons n'était pas vraiment intéressée par cette spécificité. Les raisins étaient traités par des caves coopératives et toute différence était gommée. Ces vieilles vignes, qui étaient souvent des trésors cachés, ont éveillé ma curiosité."

Selon lui, il s'agit d'une redécouverte de précieux vignobles. "Le vin est un art. La beauté réside dans celui qui l'apprécie. On n'achète pas seulement un tableau pour la toile, mais aussi pour l'artiste et la valeur émotionnelle. Avec notre vin, c'est la même chose. Je voudrais raconter l'histoire des anciens cépages sud-africains et de leur terroir. Avec B-Vintners, je veux rappeler aux gens notre histoire, mais aussi montrer ce que peut faire la nouvelle génération."

Cinq étoiles bien méritées

"Notre 'Harlem to Hope', par exemple, raconte l'histoire des premiers Hollandais qui ont débarqué au Cap, alors une étape de la Compagnie des Indes orientales. L'histoire remonte aux premiers pieds de vigne, exportés du nord de la France, le chenin blanc, le sémillon, le muscat d'Alexandrie et le muscat de Frontignan, et arrivés en Afrique du Sud par La Rochelle. Ces lots ont été plantés au milieu du XVIIème siècle. Nous essayons de tracer tous ces cépages."

Harlem to Hope, 2016 Couleur: blanc. Cépages: chenin blanc, sémillon, muscat d'Alexandrie, muscat de Frontignan. Prix: 20,65 euros. Un vin complexe avec des arômes de poire blanche, melon et zeste d'orange sanguine. La palette gustative large et puissante regorge de fraîcheur et de minéralité. En bouche, légère touche boisée bien équilibrée, avec une bonne texture. ©rv

B-Vintners a été lancé en 2012, mais Bruwer n'a pas été satisfait avant deux ans, en 2014. "C'est notre troisième millésime qui est mis en bouteille." Je lui demande ce qu'un petit acteur comme lui peut représenter dans l'univers viticole. "Avec notre production de quelques vins, j'ai l'objectif de donner une première impulsion à une expression très spécifique de notre terroir. J'espère aussi améliorer la qualité du vin et pouvoir expliquer la raison précise pour laquelle le vin présente cette bouche. Je joue avec le porte-greffe, le clone, le sol, l'altitude, la direction du vent... Il est essentiel de bien contrôler tous ces éléments. Parce que c'est de cela que dépend la réussite ou l'échec d'un vin."

Une fois rentré chez moi, le soir même de l'entretien et de la dégustation avec Gavin, un mail m'attend. "Nous venons d'obtenir les notes du fameux Platter Wine Guide (le guide le plus complet des vins sud-africains, NDLR). Pour la première fois depuis la création du guide, un domaine élaborant huit vins décroche le score le plus élevé de cinq étoiles et Raats Family Wines devient aussi 'Winery of the Year'! C'est génial, non?"

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content