sabato

La cuisine tout en contraste de la chef étoilée Stéphanie Thunus

La jeune Stéphanie découvre le monde de l'hôtellerie lors d'escapades en famille dans les Ardennes. C'est alors qu'elle prend cette décision: quand elle sera grande, elle travaillera dans la restauration.

Après l'école hôtelière de Namur, elle fait ses premières gammes au piano de la Maison du Cygne, sur la Grand- Place de Bruxelles, mais c'est au Gril aux herbes d'Evan à Wemmel, que la jeune chef prend son envol. Elle y travaille six ans avant d'ouvrir, avec son époux Sébastien Guchet, son propre restaurant à proximité de la ferme familiale, Au Gré du Vent. Assez vite, Michelin lui accorde une première étoile et, cette année, c'est elle qui a été choisie par Brussels Airlines pour les repas en business sur les longs courriers.

La belle demeure de la campagne hennuyère où le restaurant a pris ses quartiers a été aménagée dans un esprit résolument contemporain. Une vaste terrasse, où l'on peut s'attabler si la météo y est favorable, donne sur un grand jardin. Devant une flûte de champagne Jacquesson (cuvée 740), nous consultons la carte et arrêtons notre choix sur le menu 'Coup de Coeur'.

En attendant la première entrée, nous avons droit à un festival de mises en bouche: sucette de foie gras et cassis, guimauve à la cacahuète, maquereau mariné avec avocat et concombre, king crabe au curry et coco, oeuf de caille et espuma aux pois cassés et amandes grillées, petite croquette à la joue de veau et pickles. Pas mal avant de débuter le repas...

Adresse?
Rue de Soudromont 67 à 7180 Seneffe. Tél. 064/33.66.01. Fermé samedi midi, dimanche et lundi. Parking privé. www.resto-augreduvent.be
Sommelier?
Carte exceptionnelle de 800 vins présentée par un sommelier compétent et sympathique. Références pointues, cuvées rares en rouges et blancs (La grange des Pères et sept millésimes du Domaine de Trévallon). Bluffant.
Décibels?
Musique variée et discrète.
Addition?
Deux flûtes de champagne (28 euros), deux menus quatre services avec sélection de quatre vins (196 euros). Total: 224 euros.
On y retourne?
Pour une soirée gourmande en terrasse, suivie d'une nuit dans le petit hôtel Au Fil de l'Eau, juste à côté.

L'entrée est une assiette de dés de bar de ligne crus façon sushi, crème de fleur sakura (cerisier du Japon) et pak choï (chou chinois). Une préparation en harmonie et en zénitude. Suivent des asperges vertes de Jurbise présentées cuites, crues et en bavarois, fines tranches de boeuf légèrement fumé, ail des ours et crumble de fruits secs. Ici aussi, on reste dans la cohérence équilibrée qui est la signature des créations de la chef. Pour suivre, du veau du Limousin, laitue cuite et petits pois. À noter, le choix très sûr des produits: langoustines de Guilvinec, agneau du Pays basque, boeuf de l'Aubrac, beurre et fromages de la ferme familiale, ... Le dessert est une palette d'ingrédients très contrastés en saveurs: mousse au chocolat, caramel, lime, maïs et une touche de whisky irlandais! C'est surprenant de prime abord, mais on se laisse séduire par l'harmonie de l'assiette. Pour ce qu'il en est des vins, le sommelier nous a proposé un muscadet de Sèvre-et-Maine sur lie, un blanc du Portugal (région du Dao), un Côtes de Duras rouge (qui aurait pu être servi à 2-3 degrés de moins) et, avec le dessert, un muscat australien des Brown Brothers.

Voilà un repas digne de ses étoiles. Le plus? Le service en salle, jeune, relax, pas guindé et très pro. Et aussi la quiétude du lieu. Que demander de plus?

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content