sabato

Les meilleures terrasses de l'été: chez Cwart

©rv

Sabato vous emmène à la découverte des terrasses où se régaler au soleil. Cette semaine: Jan Scheidtweiler s'attable chez Cwart à Knokke. Ferme historique, menu prévisible...

À Knokke, on peut prendre un (très) bon repas dans un bâtiment de l'ancienne gare (Gellius), un hôtel de prestige (La Réserve) ou un établissement surplombant la mer (Bartholomeus), mais le prix du plus bel emplacement revient à Cwart, un nouveau venu dans la périphérie verdoyante de la station balnéaire.

©rv

La carte affiche peu d'ambition. cependant, ce n'est pas pour la cuisine que l'on vient, mais pour le cadre historique et la superbe terrasse

Cwart a établi ses quartiers dans la ferme Ceuvel, qui date du XIVe siècle. La famille Walder-De Kuyper, de l'entreprise chocolatière Baronie, a racheté le domaine et l'a fait rénover en respectant son authenticité. La ferme Ceuvel est tellement grande que Corinne De Kuyper et sa fille, Kiki Walder, y ont aménagé une salle de réception et une galerie d'art principalement dédiée aux jeunes talents. À la fin de l'année dernière, dans une aile de la ferme, la famille a ouvert une brasserie aménagée sous une charpente en bois, entre des murs blanchis à la chaux et une fenêtre donnant sur la cuisine. On y aperçoit un Josper, un four espagnol à charbon de bois, généralement utilisé par les chefs de haut niveau. Ce qui est toujours bon signe.

Pour l'apéritif, on peut s'installer près d'une grande cheminée à côté du bar. Heureusement, il y a aussi une superbe terrasse donnant sur la campagne qui entoure la ferme. Par une belle soirée d'été, celle-ci est vite remplie: le Tout-Knokke a trouvé le chemin de cette ferme historique.

©rv

Adresse?
Kalfstraat, 42
8300 Knokke-Heist
Tél. 050/96.02.44
Ouvert uniquement le soir, fermé les mardis et mercredis.
www.cwart.be
Sommelier?
Une carte avec des noms familiers et des appellations célèbres, de Saint-Estèphe à Saint-Véran, et des découvertes. Quelques vins au verre (environ 7 euros).
Décibels?
La brasserie a des murs épais et un haut plafond: même si les tables sont assez proches, l'acoustique n'est pas mauvaise.
Addition?
157 euros pour deux.
On y retourne?
J'y retournerai volontiers pour prendre un verre de vin, mais pas nécessairement pour un repas: je préfère quand il y a un peu plus de suspense.

Bien que la famille Walder ait équipé la cuisine de matériel de prestige, la carte affiche peu d'ambition et propose le genre de menu typique des brasseries installées sur la digue. Pour les entrées, impossible d'échapper aux inévitables croquettes de crevettes (18 euros), carpaccio de boeuf (16 euros) et assiette d'huîtres (Gillardeau, 28 euros pour 6). Les plats principaux sont tout aussi peu surprenants: filet pur et pommes frites (34 euros) ou morceau de cabillaud (30 euros).

Les desserts ne sont pas davantage inspirés: que dire d'une courte carte proposant à peine plus qu'une dame blanche et une crème brûlée? Pour rompre l'ennui, il y a bien quelques suggestions, mais celles-ci sont aujourd'hui limitées à deux préparations d'asperges, un oeuf poché et un dessert à base de fraises et de rhubarbe.

Rien à dire sur les préparations d'asperges: elles sont cuites avec précision et, aussi bien la version à la flamande (avec mimosa d'oeuf, 23 euros) que celle avec mousseline et crevettes (26 euros), sont exemplaires. De même, le ris de veau et légumes (haricots verts, mange-tout, champignons, 30 euros) est tout à fait correct. Seul le plat de cabillaud (30 euros) laisse à désirer: le poisson, qui n'est pas de la meilleure qualité, est aqueux et sa croûte de fines herbes est trop salée.

En résumé: la cuisine de l'un des plus beaux restaurants de Knokke n'est pas forcément innovante, mais, dans l'ensemble, tout y est acceptable. Entre nous, ce n'est pas pour la cuisine que l'on vient, mais pour le cadre historique et la superbe terrasse.




Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content