Publicité
sabato

Carte sur table | Le restaurant Miranda, à Ixelles: “Produits originaux et combinaisons inhabituelles”

Le chef Alessandro Miranda et sa sœur Maria Concetta présentent des plats vivants et créatifs inspirés par la cuisine simple et franche de leur Basilicata natale. ©Louchébem

Le critique culinaire Jan Scheidtweiler s’attable au Miranda, à Ixelles: un restaurant italien “où l’on peut déguster autre chose que la caprese et la panna cotta.”

Vitello tonnato. Spaghetti alle vongole. Osso buco. Sans oublier, l’incontournable tiramisù. En Belgique, la carte d’un restaurant italien lambda est aussi excitante que la liste des codes postaux. La cuisine italienne doit-elle donc toujours être aussi prévisible?

Heureusement, il y a des adresses qui prouvent que la cuisine italienne ne se résume pas à l’éternelle caprese et à la panna cotta. Une de ces authentiques exceptions est le Miranda. Son chef, Alessandro Miranda, et sa sœur, Maria Concetta, présentent des plats vivants et créatifs avec de nombreuses références à la cuisine simple de la Basilicata, leur région natale.

©Louchébem

L’intérieur sobre est dynamisé par les couleurs gaies des banquettes et de la vaisselle. Aussi authentique qu’elle soit, l’enseigne est aussi très calme: alors que les restaurants environnants de l’épicentre culinaire d’Ixelles font le plein, ce petit établissement a encore de la place. La Basilicata ne serait-elle pas assez connue? En tout cas, cela ne peut pas être dû aux prix, très raisonnables: 45 euros pour un menu trois services et 58 euros pour quatre services.

Avec une combinaison inhabituelle, mais savoureuse, d’aubergine, chocolat et menthe, le chef commence fort. C’est une version salée d’un ancien dessert de la côte amalfitaine, au sud de Naples. L’aubergine fondue fait merveille avec les cercles de chocolat légèrement amer: voilà qui change de la parmigiana!

Le carpaccio de bonite (un poisson de la famille du maquereau) est tout aussi original: les dés de pêche déposés sur le poisson font craindre le pire, mais grâce à la mayonnaise à la poutargue (œufs de poisson salés et séchés), le plat a un bel équilibre et il tient la route.

©Louchébem

Chez Miranda, les fruits accompagnent d’autres plats salés: par exemple, la figue s’invite dans une préparation d’onglet – mais ici, l’équilibre est rompu. Par contre, l’audace et l’harmonie sont à nouveau au rendez-vous dans les raviolis fourrés au parmesan nappés de sauce à l’estragon, poudre de cardamome et réglisse.

Les fussiloni à la saucisse ‘nduja et aux poivrons séchés de Senise, un produit typique de la Basilicata sont accompagnés d’une douce crème d’ail qui, hélas, n’apporte pas suffisamment de cohésion au plat.

Zéro doute: Miranda envoie des plats qui ont du caractère. Bien que cela ne soit pas toujours une garantie de profondeur dans l’assiette, l’expérience est aussi intéressante que gourmande.

Adresse

Rue du Page 38, 1050 Ixelles
Tél. 02/544.00.08 | mirandacucinaitaliana.be
Fermé le lundi et le mardi

Addition

152 euros pour deux couverts.

Sommelier

Petite carte de quilles italiennes. Intéressant accord menu-vins à 32 euros les quatre verres. Nous avons dégusté un bon nerello mascalese blanc, un cépage de Sicile (7,50 euros le verre).

Décibels

En cette soirée tranquille, l’ambiance était extrêmement calme: à peine 63 dB.

On y retourne?

Produits originaux et combinaisons inhabituelles: même si tout n’était pas parfaitement réussi, je retenterai volontiers l’expérience.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité