sabato

Des glaciers de légende sur la Côte belge

Dès 1945, Le Glacier René au Coq innove en proposant des glaces naturelles.

La mantra des vacances en ces temps de coronavirus: apprendre à profiter des petites choses simples de la vie. Par exemple, une crème glacée turbinée à la main, servie dans un décor magique... Simple et délicieux ! Voici notre sélection de sept glaciers de légende, entre Knokke et La Panne.

La Crèmerie François. Knokke, depuis 1928

La Crèmerie François, fondée dans la ville de Saint-Nicolas, a la réputation d'être le plus ancien glacier du pays. La maison-mère a d'ailleurs été récompensée à trois reprises par le titre de "Meilleur Glacier de Belgique" aux Hospitality Awards, grâce à la recette originale de "Monsieur François".

Un succès qui, l'an dernier, s'est concrétisé par l'ouverture d'une succursale à Knokke, avec une belle palette de parfums, comme pistache-liqueur d'orange et poivre. À Knokke aussi, ce glacier ne propose que de la top qualité: le lait cru pour faire la crème glacée est pasteurisé sur place et les pistaches sont importées de Sicile.

Le Glacier René. Le Coq, depuis 1945

Bio, circuit court, durable … ces éléments qui, aujourd'hui, font partie de l'ADN des marques un peu hipster qui souhaitent cartonner auprès des jeunes, qualifiaient déjà le glacier René. En effet, ce visionnaire a, dès 1945, fait sa renommée sur son choix d'ingrédients naturels et locaux, dont le lait de vache.

Aujourd'hui encore, cette crème glacée bio et sans additifs fait toujours l'orgueil de la maison. Aux colorants et arômes, même naturels, la maison préfère les fruits frais. La glace au lait de chèvre bio, spécialité de la maison depuis des années, est une découverte. Et la déco vintage est une valeur sûre de la station depuis les années 50.

La Crèmerie Georges. La Panne, depuis les années 60

Georges a ouvert sa crèmerie sur la digue de La Panne il y a plus de 50 ans. En 2016, la toute jeune Astrid (24 ans) reprend le commerce et en profite pour faire souffler un vent nouveau sur l'établissement, où les rayures oranges et blanches sont à l'honneur: non seulement le logo, mais aussi la marquise, les parasols, la tenue des serveurs, les chaises et les tables sont dans ces teintes vitaminées.

La crème glacée signature ne pouvait pas faire exception: c'est une glace au pamplemousse avec un trait de gin Tangueray. D'autres parfums "alcoolisés" sont proposés par ce glacier: limoncello maison, mojito à la menthe fraîche et Baileys.

La Crèmerie Sainte-Catherine. Nieuport, depuis 1958

Dans les années cinquante, il y avait déjà ici une crèmerie qui vendait de la crème glacée. Mais ce n'est qu'en 1985 que l'enseigne s'est transformée en véritable glacier, proposant un beau comptoir de différents parfums. Résultat? Les files s'allongent devant la Crèmerie St-Catherine, mais la patience est largement payée par le cornet croquant surmonté  de belles boules crémeuses. La décoration gentiment kitsch, faite d'enseignes néon et de couleurs vives, lui donne un petit charme "congés payés". À goûter: la glace au yaourt aux fruits de la forêt.

Le IJsbeer. Bruges, depuis 1922

Cette entreprise familiale a vu le jour il y a près de cent ans, en tant que glacier ambulant. Aujourd'hui, la quatrième génération "d'ours polaires" est aux commandes du De IJsbeer. Cette enseigne à deux pas du cœur touristique de Bruges, est incarnée par Sabine, qui a suivi une formation à l'école de cuisine Spermalie à Ter Duinen.

En plus de la traditionnelle crème glacée, l'adresse propose également un comptoir à café italien: la propriétaire a suivi une formation de barista professionnelle auprès de Peter Hernou, une référence en la matière. Le détail gourmand: même les biscuits servis avec le café sont faits maison.

Le Glacier de la Poste. Knokke, depuis 1968

Le Glacier de La Poste existe depuis ce fameux été ‘69, une époque où les couples d'adolescents s'y donnaient leur premier rendez-vous. Derrière le comptoir, les serveuses faisaient le show, volant (presque) la vedette aux glaces.

Aujourd'hui, l'enseigne, une institution de la station balnéaire, vient de s'installer sur la digue, où la file des gourmands se répartit sur plusieurs caisses, le temps d'obtenir le précieux cône. Bien que le charme authentique ait un peu disparu (le bar à sandwiches attenant fait un peu fast-food), on salive rien qu'à l'évocation d'une boule noix-figues ou caramel-beurre salé.

Le Gelato Maxzim. Ostende,depuis 2004

Gelato Maxzim est le dernier venu parmi les glacier de cette liste et, pourtant, il est devenu une valeur sûre de la Reine des Plages (et ses environs) en un temps relativement court. Un tour de force, dû, en grande partie, à l'enthousiasme de son fondateur, Maxzim Vansiempsen, lequel a passé six mois en Italie pour apprendre le métier de glacier auprès d'un maître en la matière, le Sicilien Roberto Jacobi. Il commence à pasteuriser dès 6 heures du matin et accueille jusqu'à 22h30 les longues files de gourmands. Des horaires qui, l'année dernière, ont poussé à Maxzim à passer le relais à son fils, Sven.

Lire également

Publicité
Publicité