sabato

Le fruit du jacquier, un substitut de choix à la viande

Analyse d'une nouvelle lame de fond culinaire. ©rv

Pendant des années, le fruit du jacquier a été considéré comme le "fruit du pauvre" dans les pays d'Asie du Sud. Également surnommé "nangka", il ressemble à un ballon de rugby recouvert de picots verts. Son goût rappelle vaguement celui d'une mangue. Sa botte secrète? Si on le consomme avant maturité, il peut devenir un substitut de choix à la viande.

Le fruit du jacquier ou jackfruit est apparenté à la figue et au mûrier. Sa chair s'effiloche en fibres, comme la viande de poulet ou de porc cuite. Or, aux États-Unis et au Royaume-Uni, le 'pulled pork' est une préparation qui agrémente tacos, pizzas et autres hamburgers. En Inde, ce fruit est traditionnellement utilisé dans la cuisine végétarienne.

Ce plus gros fruit au monde pousse sur un arbre et regorge de vitamines A et C, de protéines, de magnésium, de potassium et de fibres. Cette 'green bomb' peut également peser jusqu'à 45 kilos!

Un autre avantage? Le "fruit du pauvre" apporte 33 kilocalories pour 100 grammes. Il faut donc y ajouter beaucoup de lipides et de garnitures -précisément ce que font les foodies végétariens- avant qu'il ne devienne une bombe calorique.

Aussi, un bon assaisonnement compense le goût neutre de ce fruit. La chaîne de restaurants britannique Gourmet Burger Kitchen propose depuis plus d'un an déjà le 'Jack in a bun', un hamburger dont on jurerait qu'il contient de la viande de porc.
À Hollywood, sous le nom de 'Jackfruit Café', un foodtruck populaire prépare à peu près tout avec du jackfruit: burritos, salades, tacos et jus. À Bruxelles, on en trouve dans les boutiques alimentaires exotiques sous différentes formes: en version non transformée, en conserve, ou en version marinée dans une sauce barbecue, présentée sous vide.

Petite remarque à l'attention de ceux qui voudraient se lancer dans la préparation du jackfruit: il n'est pas à confondre avec le durian, un faux ami qui lui ressemble quelque peu. Tous deux sont verts, couverts de picots et dégagent une odeur qui pourrait dissuader de toute dégustation. Mais le durian, c'est d'un autre level, tant son odeur est prenante (il est d'ailleurs interdit dans les lieux publics, les avions et hôtels en du sud-est asiatique). En plus, c'est un fruit plutôt onctueux, très calorique et non fibreux. Pas idéal pour farcir des tacos veganos.

Lire également

Publicité
Publicité