Restaurant Château du Mylord après la reprise | "Affaire à suivre"

Jan Scheidtweiler s’attable au Château du Mylord, à Elzele, où le potentiel du nouveau chef s’exprime encore timidement.

Si la vente du Hof van Cleve a fait couler beaucoup d’encre, la reprise du Château du Mylord, autre temple de la gastronomie belge, s’est déroulée dans une surprenante discrétion. À la fin de l’année dernière, le chef Jean-Baptiste Thomaes a remis les clés de son château de 1861 à Martin Simonart et Nuria Socorro, un couple belgo-espagnol fort d’une expérience dans des restaurants français étoilés. En prenant les rênes, le duo donne une suite à une histoire culinaire de plus de quarante ans: c’est en 2010 que Thomaes avait décroché deux étoiles Michelin.

En ce jeudi soir enneigé, nous sommes les seuls convives, en compagnie d’un feu de bois et d’un excellent sommelier. Fidèle au style de la maison, le chef propose quatre menus de quatre à neuf services et de 110 à 210 euros. À l’instar de Jean-Baptiste Thomaes, le nouveau chef opte pour des produits de luxe et, de la carte au service à café, l’influence de Thomaes demeure, car son nom est imprimé partout.

Publicité
Le chef Martin Simonart affiche sa préférence pour les produits de luxe.

Le menu s’ouvre sur un faux pas: malgré la saison, le chef présente une préparation froide de sole et d’algues qui manque de saveur et le délicieux jus de cresson ne parvient pas à sauver la mise. Ensuite, une élégante préparation de noix de Saint-Jacques poêlées élève à la fois la température et le niveau. Outre le potiron et la pistache, une onctueuse sauce au beurre et à la bergamote sublime ce plat: une telle maîtrise des sauces témoigne d’un réel talent.

Le plat principal se révèle encore plus convaincant. Dans une assiette creuse, deux médaillons de filet de pigeonneau, soigneusement enveloppés dans une feuille de bette baignent dans un savoureux consommé de pigeonneau, flanqués de fines lamelles de rutabaga et de petites touches de coing apportent des notes à la fois terreuses et fruitées. En accompagnement, une croquette de cuisse avec jus réduit offre une riche saveur corsée.

Publicité
Publicité

La préparation autour du bleu d’Achel souligne également le talent du chef: il a confectionné une glace à partir du fromage et l’a associée avec de la poire et de la réglisse, une combinaison harmonieuse. Le Château du Mylord vu par Martin Simonart et Nuria Socorro a un potentiel certain, malgré un petit bémol. Affaire à suivre.

Cette enseigne a fait l’objet d’une visite anonyme, financée par Sabato.

Château du Mylord

Rue Saint-Mortier 35, 7890 Elzele
Fermé lundi et mardi
Tél. 068/54.26.02
www.mylord.be

Addition

231,25 euros par personne (150 euros les plats et 81,25 euros les boissons).

Décibels

61 dB en moyenne, soirée paisible.

Sommelier

95 pages de références classiques, de millésimes anciens et de vins contemporains adaptés au menu. Intéressant forfait vins: 50 euros les 5 verres.

On y retourne?

Volontiers, mais je préfère attendre que les nouveaux propriétaires aient pris leurs marques.

Publicité