sabato

Seacuterie, la tendance culinaire de l'été 2020

La seacuterie, la charcuterie de la mer. ©Shutterstock

Le saucisson de poulpe, la saucisse de crustacés et le jambon d’espadon... Selon les observateurs des tendances culinaires, la meilleure charcuterie vient de la mer.

Ce soir, vous pensiez prendre l’apéritif accompagné de quelques tranches de jambon de Parme, d’olives de Kalamata et de rosette de Lyon? Dans ce cas, il faudra actualiser vos petites assiettes… En effet, tout foodie branché qui se respecte proposera une sélection de produits de la mer dans leur version "seacuterie", qu’elle soit saumurée, fumée ou séchée.

Trois mots à retenir pour l’apéritif cet été: seacuterie, partage et champagne.

Quand nous parlons de seacuterie, ou charcuterie de la mer, nous ne pensons pas à une version au poisson de la tartinade à la viande. La classique salade de thon n’est pas de la seacuterie non plus. En effet, la seacuterie est plutôt un produit de luxe, destiné à être dégusté avec une coupe de champagne, de préférence en bonne compagnie.

Originaire des pays scandinaves, la seacuterie n’y est pas servie sous ce nom. Un bon exemple est le "gravad lax", du saumon cru mariné, servi avec une petite sauce à l’aneth ou à la moutarde, accompagné d’un morceau de pain au levain. D’ailleurs, c’est cette préparation qui a inspiré la création de la seacuterie, dans les pays anglo-saxons cette fois.

À la fin des années 1980, David Burke, chef du Park Avenue Café de Brooklyn, à New York, imagine une interprétation de ce "gravad lax": il assaisonne le saumon cru de sel casher, poivre de Cayenne, paprika, graines de coriandre et mélasse. Mais, surtout, Burke traduit "gravad lax" par "salmon pastrami", plus facile à prononcer pour les Américains.

Les Australiens, qui parlent la même langue, s’en inspirent et l’épicentre de la seacuterie se déplace Down Under, où le poisson est un incontournable de l’alimentation.

"Le principe de l’assiette à partager entre convives gagnant en popularité, la seacuterie ne sera plus seulement consommée à l’apéritif"
Les observateurs de Waitrose

Aujourd’hui, cette tendance arrive en Europe, et pas seulement en Scandinavie. "Nous constatons que la consommation de viande baisse de plus en plus et que les techniques de conservation qu’on utilisait auparavant pour la viande (séchage, saumurage, fumage et fermentation) sont désormais abondamment employées pour les produits de la mer", notent les observateurs de tendances du groupe britannique de grands magasins Waitrose. "Résultat: il y a de plus en plus de délicatesses comme le saucisson de poulpe, la saucisse de crustacés et le jambon d’espadon, des produits aussi luxueux que leur équivalent à la viande."

Un autre phénomène se profile derrière ce dernier coup de cœur des foodies: "Le principe de l’assiette à partager entre convives gagnant en popularité, la seacuterie ne sera plus seulement consommée à l’apéritif. Elle pourra aussi faire partie d’un repas tapas, composé de petites assiettes variées", prédit le groupe Waitrose. Bref, trois mots à retenir pour l’apéritif cet été: seacuterie, partage et champagne. Une perspective plutôt réjouissante!

Lire également

Publicité
Publicité