Publicité
sabato

Testé: Le Cocq, la nouvelle enseigne de Frédéric Nicolay

Le Cocq chante dès le petit-déjeuner: au menu, granola aux fruits et yaourt et toast au saumon et labneh. ©Serge Anton

Jan Scheidtweiler a testé Le Cocq, dernier projet de l’entrepreneur Frédéric Nicolay: bonne cuisine et bonne ambiance.

Si quelqu’un sait à quel point une bonne ambiance est décisive pour un café ou un restaurant, c’est bien Frédéric Nicolay! Les Bruxellois lui doivent, entre autres, Bonsoir Clara, le Walvis et le Potemkine, des établissements cool et gourmands. Chaque année, une nouvelle adresse signée de l’entrepreneur fait son apparition dans la capitale. La dernière en date est Le Cocq. Même s’il n’est ouvert que depuis quelques mois, avec ses meubles en bois patiné par le temps, son plafond doré, ses luminaires extravagants et ses jardinières, on a l’impression que ce café-restaurant a toujours été là.

"Surprenant: on passe sa commande au comptoir et on va la chercher au guichet côté rue."
Jan Scheidtweiler
Critique culinaire

Le Cocq, dont le nom fait référence à la place où il est situé et à un ancien café populaire, est un lieu hybride. Il propose des plats à emporter et un menu à consommer sur place. Tout le monde est logé à la même enseigne: même ceux qui sont installés à l’intérieur doivent commander au comptoir puis aller chercher leurs plats au guichet côté rue.

Le code QR sur la table indique que l’on peut s’y installer dès 8 heures du matin pour un granola aux fruits et yaourt (6 euros) ou un toast au saumon et labneh (yaourt égoutté, 8 euros). À partir de midi et jusque tard le soir, la carte affiche hamburgers, salades et quelques plats bien belges - croquettes au fromage et américain (10 euros).

Le nom Le Cocq fait référence à la place où il est situé et à un ancien café populaire. ©Serge Anton

Les connaisseurs recommandent les frites coupées à la main (4 euros, avec sauce), excellentes. Comme un critique culinaire ne peut goûter à tout, j’ai choisi une croquette de crevettes (7,5 euros pièce) et une salade César (8 euros). La salade est un mélange de laitue iceberg et de morceaux de poulet savoureux et croustillants, nappée d’un bon dressing. C’est réussi, mais j’aurais préféré plus de croûtons et de copeaux de parmesan.

La croquette de crevettes a une croûte croustillante, mais la farce aurait pu être meilleure: il y a bien quelques crevettes, mais un roux au fumet de crevettes aurait donné un résultat plus corsé. En revanche, le persil frit est en parfaite adéquation avec ce plat.

Une fois de plus, Frédéric Nicolay a réussi à créer un endroit très réussi. Au Cocq, il fait bon s’asseoir près du poêle, à côté des cactus, pour consommer une cuisine accessible, servie dans une bonne ambiance: que demander de plus?

Adresse
Le Cocq, Place Fernand Cocq 12 1050 Ixelles
Ouvert 7/7, de 7h30 jusque tard le soir.
Addition
Bon rapport qualité-prix: 17,50 euros.
Sommelier
Longue carte de cafés, thés et jus de fruits pressés minute. La carte des vins est courte, contrairement à celle des cocktails. Prix raisonnables.
Décibels
72 dB, l’équivalent d’un sèche-cheveux.
On y retourne?
Avec plaisir. C’est un chouette endroit pour se relaxer ou même travailler, grâce à une bonne offre à toute heure de la journée.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité