Publicité
sabato

Testés: les plats précis et créatifs du resto Ivresse à Uccle

En proposant une série de plats précis et créatifs, Ivresse offre une expérience passionnante à la clientèle.

Jan Scheidtweiler s’attable chez Ivresse à Uccle: des plats justes et créatifs servis dans une bonne ambiance.

La gastronomie n’est pas nécessairement synonyme de nappes blanches, produits de luxe et garçons obséquieux. Bien que n’affichant aucun de ces trois éléments, Ivresse est un des nouveaux restaurants les plus intéressants de Bruxelles. Ce bistrot gastro illustre de manière rafraîchissante ce qui fait le raffinement culinaire: l’hospitalité, l’attention portée aux fournisseurs et l’amour des bonnes choses.

L’établissement est un projet de l’équipe bien huilée du Dillens, un bistrot de Saint-Gilles. Chez Ivresse, Benjamin Raickman et Thomas Cherdo mettent la barre plus haut, tout en restant accessibles. À l’avant du spacieux bâtiment, ils ont aménagé un bar à vin-traiteur, avec un comptoir et un impressionnant mur de bouteilles. À l’arrière, le restaurant présente des tables simples et un design d’inspiration plutôt industrielle. L’éclairage, les murs blanchis à la chaux et le service de table artisanal lui apportent une atmosphère douce. Ceux qui le souhaitent peuvent s’installer au comptoir avec vue sur la cuisine ouverte.

Chaque plat est un ensemble de détails et de saveurs qui ravissent les papilles.

Le chef, Benjamin Rauwel, propose un seul menu en cinq (55 euros) ou sept (70 euros) services. Le choix est limité. Ce soir-là, une suggestion à base de homard breton (35 euros) est aussi disponible. On a cependant tôt fait d’oublier ce choix limité: avec une série de plats précis et créatifs, la brigade offre une expérience culinaire passionnante.

Le coup d’envoi est donné par une rafraîchissante trilogie d’effilochée de fenouil, pomme verte et concombre, liée par une sauce au petit-lait rehaussée de gouttes d’huile aux herbes. Le maquereau cru mariné qui suit accompagne judicieusement le poivron décliné en version confite et grillée. Les graines de coriandre cuites dans du vinaigre sont un détail réussi. Avec une tomate d’une variété non spécifiée coupée dans le sens de la longueur, le chef parvient également à créer un plat intense: la tomate semble avoir été brièvement grillée au charbon de bois et baigne dans un jus corsé de guanciale, cette charcuterie italienne issue des joues et bajoues de porc. L’huile d’oignon jeune brûlé ainsi que quelques feuilles de basilic rendent un dernier hommage à la tomate.

Que ce soit l’intense jus de crabe nageur accompagnant un morceau de lieu noir ou la délicate salade d’herbes sauvages escortant le veau en cuisson lente, chaque plat est un ensemble de détails qui ravissent les papilles. Bref, nous nous sommes régalés!

Adresse

Rue du Postillon 6, 1180 Uccle
Dîner uniquement, du mercredi au samedi
Tél. 02/520.57.39
www.ivresse-restaurant.be

Addition

183 euros pour deux couverts.

Sommelier

Carte de 400 vins sélectionnés avec Titulus, spécialiste des vins naturels, et proposés par le sommelier Benjamin Raickman. Le vin au verre coûte environ 8 euros.

Décibels

Cuisine ouverte et atmosphère animée font atteindre une moyenne de 70 dB, avec des pics allant jusqu’à 85 dB quand la sorbetière est en marche, ce qui n’est finalement pas très gênant.

On y retourne?

Sans hésiter! Des plats originaux à des prix corrects, concoctés par une équipe qui soigne sa clientèle avec enthousiasme et dévouement.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité