sabato

Un membre de la famille Solvay et une ex-entrepreneuse lancent une écoferme

L’attraction principale de l’écoferme: le restaurant bio. ©Marine Gobled

Lui, membre de la famille Solvay, propriétaire d’une pépinière dans la forêt de Soignes. Elle, ex-entrepreneuse de mode, à la recherche d’un lieu pour réaliser son rêve. Bienvenue aux Terres D’ici,

Un jeune homme en veste de chef se promène dans le potager, ses sandwiches à la main. Il cueille quelques fleurs de ciboulette et en garnit son lunch. Difficile de faire plus frais et plus local! Et, à en juger par la progression des “mauvaises” herbes, plus bio.

©Marine Gobled

Nous sommes chez Terres D’ici, un nouveau hotspot bio à La Hulpe, près de Bruxelles. Certains connaissent peut-être ce domaine sous le nom de Pépinière du Long Fond. On peut toujours venir y acheter des arbres qui, aujourd’hui, arborent un label bio. En effet, la pépinière est depuis peu une ‘écoferme’ doublée d’un restaurant, d’une boulangerie, d’une boutique et d’ateliers éducatifs pour les enfants.

Le projet est une initiative de Caroline Christophe, une Bruxelloise qui, il y a quatre ans, a radicalement changé de vie pour se recycler dans l’agriculture biologique. Avant, elle dirigeait une boutique de chaussures et d’accessoires, ‘Après la pluie’, sur la très chic place Brugmann à Ixelles. "Quand mon fils est né, j’ai remis ma carrière en question. J’en avais assez de la mode; je voulais me rendre utile et m’engager dans quelque chose de vraiment motivant."

Ce fut l’agriculture bio. Pendant deux ans, elle a suivi en France des formations en agriculture biologique et en permaculture, une technique qui considère le jardin comme un mini-écosystème qui se maintient tout seul en équilibre. Ensuite, le moment de concrétiser son projet est venu. La seule chose qui lui manquait, c’était une parcelle de terre agricole.

"Nous ne voulons pas faire la morale; nous voulons donner des idées pour faire des meilleurs choix."

C’est alors qu’apparait Jean-Marie Solvay, arrière-arrière-petit-fils de l’industriel Ernest Solvay. Outre son rôle de président des Instituts Internationaux Solvay de Physique et de Chimie (fondés par son arrière-arrière-grand-père en 1912), il dirige depuis 1979 la Pépinière du Long Fond sur son domaine de La Hulpe. Cette dernière s’était détériorée au fil des dix années précédentes, notamment parce que le sol était épuisé suite à la monoculture.

Les deux se sont rencontrés par l’intermédiaire de connaissances communes. "La première fois que je l’ai vu, je n’avais aucune idée de qui il était", se souvient-t-elle. "Ce n’est qu’à notre deuxième rencontre que j’ai réalisé."

Poules en vue

Lors de cette rencontre, il y a environ deux ans et demi, celle qui fut entrepreneuse de mode a su convaincre le descendant Solvay de déployer son projet bio dans son “jardin”. Depuis lors, un important travail a été effectué: le sol appauvri a été nourri, un étang où vivent des poissons et des grenouilles a été aménagé, les serres ont été remises en service et des plantations ont été faites. On a même recruté un boulanger venu de Bretagne, Romain, expert en pain au levain, dont la recette est top secret.

©Marine Gobled

Ce ne sont pas les seuls projets. Ainsi, des poules et des moutons viendront peupler le domaine. Un verger sera planté. "En fait, Les Terres D’ici sont un projet pilote", explique Christophe. "Un lieu d’expérimentation et d’innovation pour rendre l’agriculture sur des petites surfaces aux portes de la ville économiquement rentable.

Honnêtement, ce n’est pas encore le cas pour le moment, mais grâce aux économies d’échelle, ça devrait le devenir à terme. Maintenant que Les Terres D’ici sont en route, je suis en quête de nouveaux endroits. Et Jean-Marie, qui n’était jusqu’à présent que le propriétaire du terrain, va s’investir et reprendre la gestion opérationnelle."

Il est clair qu’ici, on est encore en phase test pour une série de choses. Si certaines parties de la cour sont déjà utilisées, d’autres sont encore négligées. Il y a encore du pain (bio) sur la planche!

Chef’s table

©Marine Gobled

Après une visite guidée le long des tunnels à tomates et des champs en jachère, Christophe nous emmène au restaurant. En cet après-midi ensoleillé, la terrasse affiche complet. Quand notre assiette arrive sur la table, nous comprenons pourquoi il y a foule: la cuisine est originale, fraîche et goûteuse.

Il faut dire que Marine Gobled et Saskia Felix, qui sont aux fourneaux, ne sont pas des inconnues. Pendant plus de six ans, le duo a fait le succès de la table ixelloise Ici néo-cantine. Et c’est en voisine que Christophe les a rencontrées, à l’époque où elle avait sa boutique, avant de les emmener à La Hulpe.

"Nous sommes très heureuses de ce déménagement", déclare Felix. "Ce nouveau lieu nous ouvre énormément de perspectives. Ici, nous sommes près de la production, au sens propre du terme: nous avons planté notre potager et notre jardin d’aromates, et nous cuisinons tous les jours avec ce que nous y cueillons. En ce moment, nous aménageons une nouvelle cuisine où nous installerons également une ‘chef’s table’ pour ceux qui souhaitent manger au milieu des casseroles. Et nous allons également ouvrir le soir. Ici, notre concept peut se développer."

Cheers to bio

©Marine Gobled

"Saviez-vous que 60 % des enfants décident de ce qu’il y a dans le panier de courses de leurs parents?", interroge Christophe. "Si vous voulez changer le comportement d’achat des gens, il est préférable de commencer par leurs enfants. C’est pourquoi nous organisons ici des fêtes d’anniversaire et des sorties scolaires. De manière interactive et ludique, ils apprennent comment les aliments sont cultivés, et combien cela demande de patience et d’efforts. Nous ne voulons pas faire la morale; nous voulons donner des idées pour faire de meilleurs choix."

En plus des stages pour enfants, seront organisés des ateliers pour adultes, par exemple sur la culture biologique des légumes, les plantes sauvages comestibles et les mesures à prendre contre les insectes et autres ravageurs. Elle ne sait pas encore quels seront les prochains emplacements de son concept.

"Ce sera de toute façon près de la ville, c’est indispensable. Je constate que de plus en plus de Bruxellois viennent ici. Pour attirer plus de monde, nous avons lancé des apéros le jeudi, le vendredi et le samedi soir." Envie d’un petit verre de jus de bouleau au curcuma, gingembre, citron et poivre noir?

Lire également

Publicité
Publicité