Yoka Tomo à Schaerbeek | Un bistro Japonais authentique avec un excellent rapport qualité-prix

Jan Scheidtweiler s’attable chez Tomo, un bistro japonais où le chef concocte un bon repas fait de produits tout simples.

Une soupe et un plat du jour, des prix sympas et un service agréable: c’est tout ce dont un bistro a besoin pour plaire. C’est aussi la philosophie de Tomoyuki Ohara. À l’automne 2022, le chef a ouvert à Schaerbeek un izakaya, la version japonaise du bistro français. Dans la dernière édition du guide Michelin, ses plats conviviaux ont été récompensés par un Bib Gourmand, un label qui distingue les enseignes offrant un bon rapport qualité-prix.

Pour le décor aussi, Tomo a choisi la simplicité. En entrant dans ce petit établissement de coin, on découvre un alignement de tables le long des murs blancs ornés de magnifiques dessins style manga, réalisés par l’artiste bruxellois Krump. Derrière le comptoir en bois, Tomo en personne s’active: sa minuscule cuisine est impeccablement organisée. La plus grande table s’avère être un discret coin japonais, dissimulé par un rideau. Avant de pouvoir s’y installer, il faut se déchausser et ranger ses souliers dans un casier sur le côté.

Publicité
Publicité
Restaurant Les Éleveurs 2.0 | De la qualité à la hauteur de la réputation
Ceux qui souhaitent s’installer à la grande table sont priés de se déchausser.
©Shannon Rowies

Chez Tomo, les prix sont doux: une soupe miso revient à trois euros et une portion de pousses de bambou au poivre Sansho, 6,50 euros. Certains des 14 plats sont repris dans les menus proposés à des prix tout aussi avantageux (33 euros pour deux services; 42 euros pour quatre).

Publicité
Publicité

Ces prix accessibles sont l’indication que le chef travaille aussi avec des produits modestes: légumes, poulet et poissons. Chez Tomo, pas de coûteux thon toro ni de wagyu hors de prix.

Est-ce bon? L’assiette de six dégustations végétariennes (dont des racines de lotus marinées et de l’aubergine tendre) est excellente, malgré la présence quelque peu surprenante d’une salade de pommes de terre, une préparation qu’on n’associe pas directement au Japon.

Nos 5 brunchs préférés à Bruxelles
Derrière le comptoir en bois, Tomo en personne s’active: sa minuscule cuisine est impeccablement organisée.
©Shannon Rowies

Le plat suivant, un chawanmushi surmonté d’une belle crevette, est très savoureux: la texture veloutée du flan salé aux œufs, cuit à la vapeur est une réussite.

La salade de chou, algues et saumon est également une assiette typique de Tomo. Elle ne paie pas de mine, mais le katsu de saumon (le poisson est pané dans du panko) est méticuleusement préparé et d’une grande pureté gustative, ce qui s’applique d’ailleurs à de nombreux autres plats: ils ne feront peut-être pas sensation sur Instagram, mais le curry japonais et l’intense soupe miso nourrissent à la fois le corps et l’esprit.

Cette enseigne a fait l’objet d’une visite anonyme, financée par Sabato.

Yoka Tomo

Avenue Félix Marchal 26, 1030 Schaerbeek.
à partir de 18h30. Fermé dimanche, lundi et mardi.
Tél. 0475/40.99.60
www.yokatomo.brussels

Addition

57 euros le couvert (39 euros les plats; 18 euros les boissons).

Décibels

67,6 dB à la grande table. plus bruyant Au bar.

Publicité

Sommelier

Carte de vins naturels, sakés et six bières. Bière à partir de 4 euros, vin à partir de 6,50 euros le verre.

On y retourne?

Ici, on trouve de la bonne cuisine japonaise toute simple et à prix d’ami: j’y retournerai volontiers.

Publicité