4 événements pour les amateurs d’art

Envie d’élargir votre vision et de faire le plein de culture? Sabato vous propose quatre événements à ne pas manquer autour de la mode et du corps, en Belgique et chez nos voisins.

L’Afrique, c’est chic

Ce printemps, le calendrier de la mode propose plusieurs expositions passionnantes, dont celle consacrée aux motifs pour textiles créés par Andy Warhol dans les années 50 et 60, rarement montrés (à partir du 31 mars au Fashion and Textile Museum de Londres).

Publicité

La capitale britannique accueille également Africa Fashion, qui explore la scène de la mode sur le continent africain, dont le créateur sud-africain Thebe Magugu. Ci-dessus, une image du backstage de la fashion week de Lagos. C’est la première exposition consacrée à l’Afrique par le Victoria & Albert Museum en 170 ans.

À Paris, rendez-vous à LV Dream, une exploration du passé, du présent et du futur imaginée par Louis Vuitton. Sur le lieu de l’exposition en accès libre, se trouvent également un café, un gift store et une chocolaterie.

Un centre Basic-Fit se transforme en galerie

C’est dans la nouvelle galerie d’Office Baroque à Anvers que se déroulera la prochaine exposition, “Basic Fit”, en hommage au passé des lieux, où est accroché un tirage photo en noir et blanc grandeur nature d’une salle de fitness. L’exposition présente des œuvres de dix-sept artistes, dont ce “Untitled, 2021 (Runners)” de l’Américain Sam Contis. Également présentés: Virginia Overton (repérée à la Biennale de Venise) et Sofia Hultén.

Publicité
Publicité
©Office Baroque / Sam Contis

| Quand | Jusqu’au 8 avril.

Les six d’Anvers deviennent les Cyber-Six

Une exposition qui fait rimer mode avec métavers s’ouvre aujourd’hui à Anvers et catapulte les six d’Anvers dans le Web3. En effet, cette exposition de mode numérique présente des vêtements que l’on ne peut porter que virtuellement.

“La mode numérique offre le plaisir, la rébellion et l’excitation qui me manquaient dans l’univers de la mode. Grâce à ses possibilités illimitées, c’est l’expression de soi à l’état pur”, déclare Shayli Harrison, qui fait partie des nouveaux “six d’Anvers” à avoir réalisé une création pour cette exposition, comme le directeur de l’académie de la mode Brandon Wen.

Les six pièces uniques, en vente sous forme de NFT, sont de la couture numérique aux détails raffinés. En visitant l’expo, on découvre les silhouettes via des animations sur des écrans géants.

On peut également découvrir la collection chez soi grâce à la réalité augmentée sur Instagram. Comme ça se présente? Sur l’image de votre appareil photo (un selfie, par exemple) est déposée l’animation des six silhouettes (photo ci-dessus). Elles explosent et les différents éléments se mettent à flotter. Cette initiative vient de Mutani, une plateforme qui met en relation des créateurs de mode et des programmeurs pour leur permettre de créer ensemble.

| Quand | Jusqu’au 20 mars
| Où | Léon Stynenstraat 21, à Anvers

Déshabillez-les

Après avoir travaillé pendant des années comme mannequin, Eva Rossie fait désormais carrière en tant que photographe. Sa première exposition solo, “Les (Dés)Habilleuses”, ouvre ses portes aujourd’hui au Château de Laarne.

Comme le suggère le titre, la Belge photographie essentiellement des corps nus. Le genre, l’intimité et la corporalité sont les thèmes de sa recherche artistique. Et, en réaction à son ancien travail de mannequin, elle souhaite mettre en scène tous les types de morphologies.

La photographe a réalisé cette série dans le château même. Chacune des dix pièces est consacrée à un thème différent: les modèles interprètent des châtelaines, des femmes de chambre et des cuisinières. Un rôle de premier plan est réservé à l’habilleuse, avec qui tous ces personnages se dénudent, au sens propre comme au figuré. Un œil attentif repèrera Rossie sur l’un ou l’autre cliché.

| Quand | Jusqu’au 26 mars

Publicité