sabato

Edouard Vermeulen: "Je vais construire à Knokke"

Même si Édouard Vermeulen vient régulièrement dans la maison de ses parents, il songe activement aux plans de sa maison, à lui, à Knokke. ©Cici Olsson

Pour les vacances ainsi que lors de certaines occasions spéciales, de nombreuses familles se réunissent, depuis plusieurs générations, dans leur maison à Knokke. Trois d'entre elles nous ont ouvert leur porte. Aujourd'hui on jette un coup d'oeil chez Edouard Vermeulen, le fondateur de Natan.

Edouard Vermeulen

Édouard Vermeulen est le fondateur de la maison de couture Natan.

©Cici Olsson

"C'est la maison de mes parents. J'y ai passé toutes mes vacances. Nous y restions pendant deux mois. La plupart du temps avec ma mère, car mon père travaillait à Ypres mais il nous rejoignait le week-end. J'ai un lien très fort avec la mer, et je vais même y nager. Knokke est un endroit particulièrement inspirant pour moi, même l'hiver. C'est un lieu que j'associe à l'amitié, à la famille et à la tranquillité. Les Vermeulen sont une petite famille, mais nous nous voyons souvent. Knokke y contribue. Mon frère Pierre est notaire à la retraite et son fils est mon filleul. Ma nièce travaille chez Selfridges, le grand magasin de luxe à Londres. Nous nous entendons vraiment bien. Et c'est à Knokke que nous nous retrouvons le plus souvent."

©Cici Olsson

"Mon père m'a fait membre du Royal Zoute Golf Club quand j'avais 18 ans, mais je viens seulement de m'y mettre. Je suis probablement leur membre le plus facile à vivre! Chaque année à Pâques, je décerne le Prix Natan, mais, jusqu'à présent, je n'avais pas encore attrapé le virus du golf. Je suis un débutant absolu, mais je m'amuse! Ça me fait autant de bien que deux heures de promenade dans la nature."

Même si Édouard Vermeulen vient régulièrement dans la maison de ses parents, il songe activement aux plans de sa maison, à lui, à Knokke. ©Cici Olsson

"J'ai dépassé le cap des soixante ans et je continue à me consacrer pleinement à Natan, mais je commence aussi à penser à mon avenir. J'avais envie d'avoir un nouveau projet dans ma vie: une maison à moi à Knokke. Pas pour y vivre à plein-temps, car je suis encore trop lié à Bruxelles et à Natan, mais je voudrais au moins une fois dans ma vie faire construire. Je trouve qu'une maison à l'étranger est une contrainte; je n'en veux pas. Et m'installer dans la maison de mes parents à Knokke, ce n'est pas envisageable non plus: par bonheur, ils sont encore tous les deux en vie. J'ai trouvé un beau terrain. Le projet a été lancé avec l'architecte Stéphane Boens, un ami de jeunesse -quelle coïncidence!-, qui m'a été recommandé par Dominique Desimpel.

Je voudrais m'y installer en 2020. Je sais déjà ce qu'il me faut: une maison typique de Knokke avec un toit de chaume dans le style de Viérin, mais avec un look contemporain à l'intérieur. J'ai déjà tout à l'esprit. Et j'aimerais en faire une maison familiale, comme mes parents. Encore un peu de patience!"



 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content