Le design italien de Molteni&C s’empare des terrasses et des jardins

L’entreprise italienne Molteni&C sort sa première ligne de mobilier outdoor, en partie conçue par le Belge Vincent Van Duysen. Des pièces à la fois glamour et techniques qui donneront à votre jardin un air de salon d’extérieur.

En ce début de printemps, le design s'invite dans nos espaces extérieurs. L’entreprise italienne Molteni&C ne fait pas exception avec sa superbe ligne de mobilier outdoor.

Vincent Van Duysen mise sur le fil de polypropylène

Publicité

Les matériaux les plus fréquemment utilisés pour le mobilier outdoor sont le bois, le bambou, la fonte, l’aluminium et le plastique. Au niveau des techniques, c’est le tissage qui l’emporte; une chaise dont l’assise et le dossier sont tissés est souple, durable et confortable. C’est pour cette raison que le designer Vincent Van Duysen a misé sur cette technique: la chaise "Green Point" et le fauteuil "Phoenix" sont constitués d’un cadre en acier d’allure moderniste et d’une assise et d’un dossier finement tissés.

©Molteni

"Cette technique existe depuis toujours; c’est notre façon de l’utiliser qui est nouvelle", précise Ambrogio Mauri, qui dirige la section outdoor et le département rembourrage chez Molteni&C. "Nous travaillons avec un fil de polypropylène très fin, ce qui donne un tissu beaucoup plus souple. Pour vous donner une idée, une chaise représente 300 mètres de corde et 15 heures de travail manuel."

Pour la production, Molteni&C s’est adressé à des artisans en Bosnie. Pourquoi renoncer à la philosophie made in Italy qui était celle de l’entreprise? "Jusqu’au XIXe siècle, on trouvait facilement des vanniers en Italie, surtout dans les campagnes, où ils fabriquaient des paniers pour le transport et le stockage des denrées alimentaires. Cet artisanat a aujourd’hui disparu dans la péninsule, contrairement aux Balkans", poursuit Mauri. "Cette technique est pratiquée à domicile et non dans des centres de production: les hommes et les femmes tissent chez eux, en famille. Comme nous avons besoin de grandes quantités, nous avons réuni plusieurs familles dans le même atelier."

Vincent Van Duysen, directeur de la création de Molteni&C, a créé les chaises "Green Point", dont l’assise et le dossier représentent 300 mètres de corde tissée.
©Molteni
Publicité
Publicité

Malgré ce savoir-faire, le résultat souhaité n’a été obtenu qu’au prix de mille difficultés. "Quand nous leur avons décrit ce que nous voulions, les artisans nous ont répondu que c’était mission impossible. Après des négociations intenses, nous avons finalement été sur la même longueur d’onde et ils nous ont proposé de faire des essais, qui se sont avérés concluants. Voilà comment nous avons obtenu le tissage parfait."

Le comeback d’un designer discret, Luca Meda

Giò Ponti, Ettore Sottsass, Achille Castiglioni, Carlo Scarpa: quand les labels de design italiens lancent une réédition, c’est via un nom retentissant. Mais, pour sa collection outdoor, Molteni&C a choisi Luca Meda. Cet illustre inconnu fut le directeur artistique du label pendant 30 ans. On a choisi une de ses créations qui n’a jamais été mise en production. "Dans les années 80, Luca Meda a conçu un banc de jardin inspiré d’un panier. Nous l’avons retrouvé et Van Duysen l’a un peu adapté", a déclaré Carlo Molteni lors d’une interview accordée au quotidien italien le Corriere della Sera.

Dans les années 1980, Luca Meda a conçu un banc de jardin inspiré par la vannerie. 
©Molteni

"En 1984, deux prototypes en cerisier ont été exposés au Salone, mais comme aucun distributeur n’avait marqué son intérêt, ce banc n’a pas été mis en production. En faire un remake a été un défi, car les prototypes avaient été perdus. Ils ont peut-être été brûlés, qui sait? En effet, autrefois, quand l’entrepôt était plein, on jetait au feu les vieilles pièces. Aujourd’hui, on n’y toucherait pas; les temps changent. Bref, nous n’avions que deux photos pour mener ce travail", explique Peter Hefti, spécialiste du marketing chez Molteni&C, qui a étroitement collaboré avec Luca Meda pendant des années.

Ce designer est arrivé chez Molteni&C en tant que directeur artistique en 1968, l’année où l’entreprise est passée du classique au contemporain, et y est resté jusqu’à sa mort, en 1998. "C’était quelqu’un de très discret qui fuyait la célébrité", confie Hefti. "Il venait d’une grande famille milanaise. Son père était industriel et son oncle, politicien. Il était très fortuné et vivait dans la très prisée via Monte Napoleone: c’est sans doute pour cela qu’il préférait ne pas se faire remarquer."

L’année dernière, Molteni&C a publié un bel ouvrage consacré au travail de Luca Meda. Cette première monographie du designer semble motivée par l’envie de mettre son travail en lumière. "C’était un proche d’Aldo Rossi", précise Hefti. "Ils partageaient la même vision du monde et travaillaient régulièrement ensemble. Entre nous, Meda n’était pas un designer très innovant: il préférait la tradition et les archétypes historiques."

Giò Ponti a dessiné cette chaise longue en 1952 pour le paquebot de croisière Andrea Doria.
©Molteni

La collection outdoor compte une deuxième réédition, également une création inédite, mais, dans ce cas, signée Giò Ponti: une chaise longue conçue en 1952 pour le paquebot de croisière Andrea Doria. Avec l’artiste Piero Fornasetti, Ponti avait créé tout l’intérieur de ce navire transatlantique, dont cette chaise longue destinée au pont. Une pièce qui fait revivre le glamour des voyages au long cours.

De la mode au design, avec la créatrice Marta Ferri

Marta Ferri, connue pour ses robes couture conçues dans son atelier milanais.
©MOLTENI

Marta Ferri, retenez bien ce nom. La créatrice de mode, dont les remarquables robes couture qu’elle confectionne dans son atelier du quartier Cinque Vie à Milan ont fait le succès, a conçu pour la collection outdoor de Molteni&C un tapis d’extérieur, décliné en deux formats, rectangulaire ou rond. "Je suis entrée dans le monde du design avec appréhension, curiosité et admiration, jusqu’à ce que je réalise que la mode et le design sont la même chose: habiller une personne ou un espace, c’est parler de beauté et de bien-être: c’est faire en sorte que les gens se sentent bien", explique la créatrice.

"Habiller une personne ou un espace, c’est parler de beauté et de bien-être."
Marta Ferri
Créatrice

Ce tournant dans sa carrière était écrit dans les étoiles: Marta Ferri est la fille de la célèbre décoratrice d’intérieur Barbara Frua De Angeli, qui a également créé des tapis. En 2016, elle a rejoint Molteni&C en tant que consultante textile. À cette fin, elle s’est plongée dans les archives de tissus du label et a conçu une collection de vêtements pour les walk-in dressings des showrooms. "The Styling Closet" est un ensemble d’élégantes tenues en tissus d’ameublement. "Pour moi, le tissu est essentiel, car il est le point de départ de toute création. Et j’utilise régulièrement des tissus d’ameublement pour ma mode."

Marta Ferri a conçu ce tapis d’extérieur. Il est disponible en deux formats, rectangulaire ou rond.
©Molteni

Ferri n’est pas du genre à s’endormir sur ses lauriers. Avant de fonder sa marque, en 2011, elle était set designer au studio new-yorkais de son père, le photographe Fabrizio Ferri. Ensuite, elle a été visual merchandiser pour Prada et a même envisagé de lancer sa marque de bijoux en Argentine. "Honnêtement, je ne me vois pas comme une créatrice de mode. Les tendances ne signifient pas grand-chose pour moi. J’aborde chaque projet de la même manière. Je me concentre sur les couleurs, les atmosphères, les textures et la lumière."

Publicité