Lucie Debay, l'actrice belge qui brille au Festival de Cannes

Le samedi de l’actrice Lucie Debay, qui joue dans deux films présentés au Festival de Cannes: chasse au scorpion, repas dans le noir et "Aftersun" au lit.

Lucie Debay (38 ans)

  • Actrice belge.
  • Sera présente au Festival de Cannes pour deux films.
  • Vit à Bruxelles.

"Je n’ai pas de programme type pour le samedi, et encore moins ces derniers temps." Au Festival de Cannes, qui commence mardi, "Augure", le premier long métrage du rappeur et acteur Baloji où joue Lucie Debay (38 ans), sera présenté dans la section "Un certain regard". Elle joue aussi dans "Le syndrome des amours passées", présenté à la Semaine de la critique. Dans ce film, Rémy et Sandra n’arrivent pas à avoir d’enfant, car ils sont atteints du "syndrome des amours passées". Pour guérir, ils doivent coucher une dernière fois avec tous leurs ex. "Je suis allée à Cannes en 2018 avec 'Nos batailles' et je suis ravie d’y retourner."

Publicité
Publicité

En 2009, l’actrice belge est sortie de l’Institut national supérieur des arts du spectacle et des techniques de diffusion (INSAS). L’année dernière, elle a été nommée aux Magritte pour "Une vie démente". "Jusqu’à la fin du mois de juin, je travaille sur 'Fortune de France', une série française qui se déroule pendant les guerres de religion au XVIe siècle. Pendant le Festival de Cannes, nous faisons une pause."

Lucie Debay sera à cannes pour deux films: "Augure", du rappeur et acteur Baloji, et "Le syndrome des amours passées" d’Ann Sirot et Raphaël Balboni.
©Alexander D'Hiet

8h00 | "Je ne me lève pas dès que je me réveille: il m’arrive de continuer à regarder le film entamé la veille. Récemment, c’était le sublime 'Aftersun'."

Publicité
Publicité

8h30 | "Mon petit déjeuner change tous les jours, soupe au riz japonaise ou couque au chocolat."

9h00 | "J’ai une fille de six ans en garde partagée. Elle est chez moi quand je suis en Belgique et alors, je me consacre à elle. Elle est très douée pour faire des bricolages avec des déchets qu’elle recycle, comme des bouteilles de lait vides."

"J’adore les marchés aux puces."
Lucie Debay
Actrice

10h00 | "Depuis que je me suis installée dans le centre de Bruxelles, j’ai passé mon temps à décorer mon nouvel appartement. J’adore les marchés aux puces. Comme la saison commence, je suis le calendrier de toutes les brocantes de quartier. Récemment, j’ai chiné des rideaux et un scorpion en résine."

L'emblématique marché aux puces de la place du Jeu de Balle, à Bruxelles.
©Shutterstock

12h30 | "Je ne fais pas souvent la cuisine. Comme j’ai changé de quartier, je dois trouver de nouveaux magasins et des restaurants qui me plaisent. Dans le centre, le Café Le Fontainas est sympa. À Ixelles, j’aime aller chez Old Boy, un restaurant qui sert une excellente cuisine fusion asiatique et européenne. J’adore découvrir de nouvelles choses, ce qui est peut-être aussi la raison pour laquelle j’ai choisi ce métier. Récemment, j’ai été au restaurant «Dans Le Noir», où l’on mange dans l’obscurité la plus totale."

Lukas Dhont, réalisateur | “Mon plaisir du samedi? Les couques”

14h00 | "Je travaille souvent le samedi. Dans une salle près du KVS, nous faisons un brainstorming pour 'Le garage inventé' de Claude Schmitz. Nous commencerons les répétitions après Cannes. C’est la suite de 'Lucie perd son cheval' (2021), une pièce filmée qui commence comme un documentaire sur ma famille et se poursuit sous la forme d’un mélange de réalité et de fiction. Ma grand-mère, ma mère et ma fille, qui n’ont aucune expérience en art dramatique, y jouent également. En temps normal, je vois rarement ma famille. Ma grand-mère a 94 ans et vit à Ganges, près de Nîmes. Ma mère habite dans les montagnes près de Béziers, dans le sud de la France. Et mon père vit aux États-Unis."

"Il m’arrive souvent de danser chez moi, en improvisant. C’est ma façon de me défouler."
Lucie Debay
Actrice

16h00 | "Quand je ne travaille pas, je prends des cours de danse contemporaine à l’antenne bruxelloise de Charleroi Danse à La Raffinerie, au Danscentrum Jette ou au Tictac Art Centre. Mais comme je n’ai pas beaucoup de temps à y consacrer, il m’arrive souvent de danser chez moi, en improvisant. C’est ma façon de me défouler."

Le samedi après-midi, pour se détendre, Lucie Debaye improvise des mouvements de danse.
©Alexander D'Hiet

19h00 | "Voir des amis, je trouve que c’est important. Ce soir, il y a une pendaison de crémaillère. Sinon, nous allons souvent voir un spectacle ou assister à un concert. Aux Nuits Botanique, je suis allée voir Judith Kiddo. Et j’épluche l’agenda du Kunstenfestivaldesarts."

2h00 | "Il m’arrive souvent de me coucher tard, à Bruxelles comme à Cannes. Pendant la journée, j’accompagne les projections de nos films, je parle avec la presse et je vais voir les films des autres. Le soir, nous nous rendons à l’une des nombreuses soirées qui y sont organisées et ce n’est pas facile de rentrer se coucher."

Festival de Cannes 2023

Publicité
Service Sponsorisée

Lire Plus