Un samedi avec le tailleur des plus grands Dominique Vindevogel

Le samedi de Dominique Vindevogel, tailleur de la jetset: commencer la journée par une séance de méditation, éditer des dressings et dîner avec des célébrités.

Publicité

Dominique Vindevogel (59 ans)

  • Tailleur des grands de ce monde.
  • CEO du label Butch Tailors.

"Pour mes clients, je me rends disponible 24/7." Dominique Vindevogel (59 ans), alias Mr Blue ou The Flying Tailor, habille les capitaines d’industrie, les diamantaires indiens et les membres des familles royales du monde entier. L’année dernière, il a ouvert une Experience Room à Knokke après avoir fermé six de ses sept boutiques - seule celle de Courtrai est restée ouverte.

Le tailleur conçoit tous les vêtements et accessoires pour homme et son épouse, Isabelle Adriaenssens, les vêtements pour femme. Ils dessinent également des mini collections pour des marques comme Samuelsohn et Hickey Freeman à New York.

Dominique Vindevogel, CEO du label Butch Tailors.
©Alexander D'Hiet

5h30 | "Je me lève tôt, tous les jours. Quatre ou cinq heures de sommeil me suffisent, ce qui me laisse le temps de faire de la méditation. Chaque matin, je fais des exercices de respiration, une combinaison de différentes techniques."

6h00 | "Je nage pendant une demi-heure: dans la piscine, l’eau doit être fraîche, 22 °C."

Publicité
Publicité

6h30 | "Je prends ma douche."

Dominique Vindevogel pratique la natation en eau fraîche, à 22 °C, un exercice qui a le pouvoir de le mettre en forme pour la journée.

7h00 | "Isabelle et moi prenons toujours un long petit-déjeuner: fruits, yaourts, toasts et croissants. Tous les matins, je mange un œuf sur le plat avec du jambon cuit, parfois du bacon. Je prends souvent l’avion: je voyage 200 jours par an. Cet automne, j’irai à New York, en Inde, en Australie, au Mexique, en Argentine, au Brésil, à Dubai. Éventuellement au Qatar et à Bahreïn et peut-être à Miami pour Art Basel. Et à Londres et à Paris. Partout où je vais, j’ai une deuxième maison: je dors toujours dans le même hôtel et si possible, dans la même chambre."

8h30 | "C’est l’heure d’une promenade le long de la mer, un aller-retour vers les Pays-Bas."

10h00 | "Je me rends à l’Experience Room. C’est ici, ou à Courtrai que je reçois mes clients, ‘by appointment only or by chance’. Le samedi matin, ils sont détendus. De plus en plus de capitaines d’industrie me demandent de concevoir des tenues pour leurs collaborateurs, comme pour ceux du conglomérat de luxe turc Dogus. J’ai aussi conçu des uniformes pour Le Bristol à Paris, The Mark Hotel à New York, The Arts Club à Londres et les ‘membres’ (les collectionneurs) de la marque horlogère F.P.Journe."

12h30 | "En général, je ne mange pas à midi. Quand je travaille, je tiens à rester concentré. Et si je mange, je perds tout l’après-midi."

15h00 | "Je me rends chez des clients - ils occupent toute la Sparrendreef pour ainsi dire. En général, j’examine leur dressing pour pouvoir l’éditer et voir ce qui leur conviendrait."

19h00 | "J’ai faim! Je vais toujours dîner au Si Versailles où je m’assieds toujours près de la fenêtre, pour profiter de la vue sur la mer. Je commence toujours par un carpaccio d’écrevisses suivi d’un cabillaud à l’huile d’olive et aux tomates avec de la purée. Choisir toujours la même chose me procure un sentiment de confort: un beau jour, j’en ai eu assez de prendre à chaque fois quelque chose de différent."

Son restaurant préféré à Knokke est le Si Versailles, où il s’assied toujours à la fenêtre pour profiter de la vue.
©Stefanie Geerts

23h00 | "J’aime trainer à table. Récemment, j’ai dîné avec un groupe de clients venus du Venezuela, de Miami et de Madrid. Nous sommes allés à La Rigue, pour laquelle je conçois également des vêtements. Je voulais leur faire goûter une bonne croquette de crevettes et un bon vol-au-vent. Comme cet établissement avait déjà eu beaucoup de critiques, il devait ouvrir rapidement. Marc Coucke, Bart Versluys et Peter Goossens se sont dit qu’ils y allaient y arriver coûte que coûte. Le service aurait pu être meilleur, mais la cuisine était succulente. Je suis sûr que ce restaurant deviendra une de mes tables de prédilection."

0h00 | "Je lis le Financial Times. Mon rêve, c’est de figurer dans leur supplément week-end HTSI."

1h00 | "Étant donné que je n’ai pas besoin de beaucoup de sommeil, je peux me coucher tard. Et je dors comme un bébé."

Publicité