sabato

Gabriela Hearst, la créatrice qui habillera la prochaine First Lady

Gabriela Hearst habille à la fois Melania Trump et Jill Biden. ©Oliver Mint

Si personne n’ose pronostiquer qui remportera la présidentielle américaine, on peut d’ores et déjà affirmer que Gabriela Hearst aura un poste (dans un dressing) à la Maison-Blanche.

Cette partie du débat fait rarement la une: pratiquement après chaque apparition publique d’un candidat à la présidence aux États-Unis, les supputations vont bon train pour savoir qui portait quoi et comment se procurer ce label? Et que peut-on en déduire?

Cette analyse de la mode n’est pas aussi superficielle qu’elle ne le paraît. En effet, chaque pièce choisie dans notre dressing en dit plus sur nous que mille mots. À l’exception des sneakers ou des hoodies, la garde-robe masculine est assez uniforme, c’est pourquoi, lors de manifestations publiques, on se focalise sur les femmes. Et, à l’approche des élections américaines (mardi prochain), sur les tenues des femmes gravitant autour de la Maison-Blanche.

Le mois dernier, Melania Trump est apparue à une conférence dans une robe à pois de la créatrice. ©Getty Images

En tout cas, s’il y a une personne qui rallie le plus de voix, et même opposées, c’est bien la créatrice Gabriela Hearst: célébrités (Nicole Kidman, Oprah Winfrey), têtes couronnées (Kate Middleton, Meghan Markle) et politiciens américains tant démocrates que républicains, elle habille tout le monde.

"Si Melania Trump veut porter mes vêtements, elle peut se les acheter."
Gabriela Hearst

Quand l’épouse du candidat démocrate à la présidence, Jill Biden, a accompagné son mari lors du premier débat présidentiel en septembre, elle a ressorti une robe de cocktail en soie émeraude créée par Hearst en 2017. Melania Trump et Ivanka Trump, aussi, ont fait des apparitions publiques dans des tailleurs-pantalon et d’élégantes robes signés Hearst. Une "pax moda" s’il en est!

Jill Biden a un seul point commun avec Melania Trump: elle a des vêtements signés Gabriela Hearst dans son dressing. ©Getty Images

Mode écologique

Voir la garde rapprochée de Trump en Gabriela Hearst est étonnant. En effet, la créatrice de 43 ans, New-Yorkaise d’origine uruguayenne, qui a fondé son label de luxe en 2015, a rapidement pris la tête de la mode écologique en choisissant des matériaux naturels et traçables ainsi qu’en affichant une véritable aversion pour les plastiques et les tendances.

Les collections de Gabriela Hearst ont élevé la mode écologiquement responsable au top (des prix).

Elle est ainsi devenue la preuve que luxe et conscience écologique peuvent aller de pair. Le prix international Woolmark (2017) et le Womenswear Designer of The Year Award (2020) ont récompensé ses engagements.

L’Europe n’est pas indifférente à sa patte: depuis 2019, le groupe de luxe LVMH détient une participation dans sa marque, adoubée comme étant l’équivalent américain d’Hermès. Ses collections pour homme et femme ont élevé la mode écologiquement responsable au top (des prix): une chemise coûte 840 euros et un trench-coat fait de tapis upcyclés, près de 13.000 euros.

Fleur à la boutonnière: les boutiques sont sans plastique et les vêtements climatiquement neutres, comme les défilés de cette année, ce qu’elle est la première créatrice à faire. Bref, de son histoire personnelle à sa conscience écologique, tout ce que représente Gabriela Hearst va à l’encontre du discours trumpien.

Les collections sont représentatives de ce vrai chic à l’américaine qui séduit les femmes de pouvoir.

Si sa méthode de travail ne le montre pas clairement, ses sources d’inspiration ne laissent aucun doute sur la question. La première collection qu’elle a présentée officiellement à la Fashion week de New York en 2017 (avant cela, elle organisait des événements indépendants) se lisait comme un pamphlet féministe, avec des pulls à col roulé faisant référence à la militante Angela Davis et aux années 60.

Autres modèles repérés: des tailleurs-pantalon en hommage à des sénatrices fraîchement élues, dont la démocrate Kamala Harris, alors inconnue mais aujourd’hui célébrée comme étant à la fois la première femme et la première Afro-Américaine (elle a également du sang indien), à être candidate à la vice-présidence de l’histoire des élections présidentielles américaines.

Anti-Trump

Dès lors, on comprendra la surprise quand, en 2017, Ivanka Trump se rend à un sommet du G20 en Argentine vêtue d’un costume blanc signé Gabriela Hearst. La même année, la créatrice fait également subtilement comprendre au Wall Street Journal qu’elle n’habillera pas Melania Trump, même si elle le lui demandait. "Si elle veut porter mes vêtements, elle peut se les acheter." Ce qu’a fait la First Lady, et à plusieurs reprises.

Silhouette de la collection d'hiver 2020 de Gabriela Hearst.

Le mois dernier, Melania est apparue à une conférence dans une robe à pois de la créatrice. Ironie de la situation: au début du même mois, après s’être rendue à Paris pour son premier défilé de mode, Gabriela Hearst avait compensé les émissions de carbone de son trajet en avion via une ONG péruvienne de protection de la forêt tropicale.

En même temps, elle avait habillé ses modèles dans des tissus recyclés et était apparue portant un T-shirt de campagne du parti démocrate en batik de couleur verte.

Bref, sa position est claire, mais quand on l’interroge sur Melania Trump, Hearst reste diplomate: "Même si je ne suis pas d’accord avec les convictions politiques de son mari, je suis toujours honorée lorsque quelqu’un porte mes vêtements. C’est la qualité qui, je pense, est attirante. En tant que femme, on se sent forte quand on les porte." Autrement dit, la présence d'une femme forte est assurée à la Maison-Blanche. Reste maintenant à voir qui sera "l’homme fort"…

Lire également

Publicité
Publicité