Publicité
sabato

L’actrice Diane Keaton a conçu sa première collection de textiles

L’actrice Diane Keaton est depuis longtemps accro à la décoration intérieure. Elle a conçu sa première collection de textiles pour le fabricant de tissus S. Harris: luxueuse, chaleureuse et accueillante. ©Jesse Stone

Depuis longtemps accro à la décoration d’intérieur, l’actrice et icône de style Diane Keaton lance sa première collection de textiles d’intérieur “Elements by Diane Keaton” pour S. Harris.

Si l’actrice Diane Keaton (76 ans) a brillé ces dernières décennies dans des comédies romantiques (“Love, Weddings & Other Disasters”, “Noël chez les Cooper” ou “Tout peut arriver”), elle entretient avec les maisons et la décoration d’intérieur une relation plus passionnée qu’avec ses partenaires à l’écran – dans la vraie vie, elle ne s’est jamais mariée et elle vit seule depuis 35 ans. De son premier appartement new-yorkais, où elle habitait dans les années 70, elle se souvient que la lumière affluait généreusement de toutes parts. Un endroit qu’elle a dû abandonner le cœur lourd, témoigne-t-elle. Depuis lors, elle a déménagé à de nombreuses reprises au gré de ses achats, ventes, rénovations et constructions de maisons.

En outre, elle est membre du Los Angeles Conservatory, qui restaure et protège des bâtiments historiques et a été impliqué dans la restauration de la Ennis House de l’architecte Frank Lloyd Wright. L’actrice a également exprimé son amour des maisons dans trois livres de décoration d’intérieur, dont “California Romantica” (2007) est un livre de photos consacré aux maisons coloniales espagnoles typiques de Californie.

En effet, Keaton est non seulement actrice, réalisatrice et productrice, mais aussi photographe et collectionneuse. Au printemps dernier, elle a publié le livre de photos “Saved: My Picture World”, une biographie photographique présentant des photos et des collages qu’elle a réunis au fil de sa vie et qui illustrent son esthétique épurée. En 2012, elle a publié “House”, dans lequel elle présente le travail de créateurs qui ont métamorphosé en espaces chaleureux des bâtiments industriels, des fermes, des entrepôts en ruine et des hangars rouillés. Cette prédilection pour l’utilitaire et l’industriel transparaît également dans “The House That Pinterest Built” (2017), consacré à une maison de 1920 qu’elle a restaurée. Elle en a fait un guide de style pratique à l’adresse de celles et ceux qui souhaitent rénover et décorer leur maison. Ce livre est émaillé de photos de ses anciennes maisons et des habitations qu’elle admire, avec des détails tels que des escaliers et luminaires, des photos de films, des couvertures de livres, ses céramiques et ses œuvres d’art.

©Jesse Stone

Style inimitable

Comment décrire le style et l’esthétique de Diane Keaton? Elle possède un remarquable œil cinématographique pour la lumière et l’obscurité, le relief, l’ombre et l’espace. Elle s’habille surtout en noir, blanc, beige et gris, toujours avec la même ceinture, un chapeau à large bord et des bottes noires. En matière de vêtements, sa préférence va à des marques expérimentales telles que Thom Browne et Comme des Garçons. Le côté bizarre et une touche spectaculaire ne l’effraient pas. Elle parvient toujours à mettre en valeur le vêtement le plus ordinaire par sa façon de le combiner. “Effortless cool” est la description la plus appropriée de son style inimitable, même si nous soupçonnons que cet “effortlessness” ne l’est qu’en apparence. Bref, le glamour et les paillettes ne sont pas son truc.

Par contre, elle a l’œil pour les proportions intéressantes et les jeux de textures. “Quand j’étais jeune, je m’intéressais déjà beaucoup à la mode”, explique Keaton sur Instagram. “Ma mère et moi choisissions des patrons, je lui expliquais ce que je voulais et elle le réalisait.” Les pantalons, gilets, cravates et chemises pour homme qu’elle portait dans “Annie Hall” sont aujourd’hui encore une source d’inspiration pour beaucoup, y compris certains créateurs de mode. Ce look androgyne était d’ailleurs la création de Keaton, et non celle d’un costumier: Woody Allen lui avait donné carte blanche pour façonner son personnage, ce qu’elle a fait avec panache et un naturel que peu de femmes à Hollywood possèdent.

©Jesse Stone

Luxe sans chichis

Elle décore ses maisons avec le même feeling. C’est également ainsi qu’elle a initié une collaboration avec le fabricant de textiles de luxe S. Harris, pour concevoir ses propres textiles d’intérieur en se basant sur ses propres archives photographiques. La collection “Elements by Diane Keaton” propose un peu plus de cinquante tissus différents, tous très “sartorial”, soit fabriqués presque sur mesure pour des costumes, pantalons ou vestes d’intérieur pour homme. La collection comprend du coton, du lin, des tissus bouclés et de la laine, luxueusement tissés avec de subtils motifs et textures. Ils n’attirent pas l’attention, mais respirent chaleur, style et classe discrète. À l’image de Diane, ils sont luxueux sans chichis.

Les noms que Keaton a donnés à ses tissus font souvent référence à sa vie ou à sa carrière cinématographique. Elle a ainsi baptisé un tissu “Shoot the Moon” et un autre “Baby Boom”, d’après les titres des films dans lesquels elle a joué. Le lin “La-Di-Da” représente un clin d’œil à sa célèbre réplique dans “Annie Hall” (dans la scène où Woody Allen et elle viennent de terminer une partie de tennis). Un tissu aux formes géométriques porte le nom de “Mrs. Los Angeles”, en hommage à sa mère Dorothy, qui participait à des concours de beauté. C’est d’ailleurs grâce à celle-ci que Keaton a rêvé de devenir actrice. Sa collection n’est donc pas seulement inspirée par ses rôles au cinéma, mais aussi à d’autres épisodes de sa riche carrière, comme le tissu “Ghost Herringbone”, qui fait référence à son rôle dans “Ghost”, le clip de Justin Bieber, sorti l’année dernière.

Coastal grandmother

Si Keaton continue à attirer et retenir l’attention au-delà des générations, c’est grâce aux réseaux sociaux sur lesquels elle est active. Pourtant, elle ne se considère pas comme une icône de style. “Les icônes sont juste des personnes que l’on voit circuler depuis un certain temps déjà, rien de plus. Quant au style, bah...!”

Malgré son allure géniale, Diane Keaton ne se considère pas comme une icône de style.

Elle reste pragmatique et relativise. Elle ne veut pas de chirurgie esthétique, car elle estime que son visage doit refléter son ressenti à chaque moment de sa vie. Ses enfants, qu’elle a adoptés en tant que mère célibataire alors qu’elle avait la cinquantaine, la maintiennent en forme, mais elle a toujours eu un côté agréablement loufoque, ce qui aide aussi à rester jeune.

Ce qui est tout aussi amusant, c’est que, grâce à TikTok, la jeune génération connaît Diane Keaton, mais pas en tant qu’icône de style de “Annie Hall”: pour elle, l’actrice est la figure de proue de la tendance “coastal grandmother” depuis son rôle dans “Tout peut arriver”, où elle porte des pantalons blancs, des robes en lin et des pulls à col roulé. Pour ceux qui auraient raté un épisode, le “coastal grandmother style” est un terme inventé par la TikTokeuse Lex Nicoleta, qui décrit ce style de la manière suivante: “Si vous aimez les films de Nancy Meyers, l’ambiance bord de mer, la cuisine, Ina Garten, les intérieurs cosy et ce genre de choses, il y a de grandes chances que vous soyez une ‘coastal grandmother’, même si vous n’êtes pas grand-mère.”

Tendance ou pas, Diane Keaton ne s’en soucie guère. Elle a plus d’un tour dans son sac: l’année prochaine, elle partagera l’affiche de la comédie romantique “Maybe I Do” avec Richard Gere, William H. Macy et Susan Sarandon, soit la fine fleur des “coastal grandparents”. De grands noms qui, à l’instar de Keaton, restent d’excellents modèles pour d’autres raisons que le style. On ne le dira jamais assez: l’âge n’est qu’un chiffre.

©Jesse Stone

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité