sabato

Mannequin à 72 ans, grâce à son fils

Avec ses 44 ans, ses temples grisonnantes et sa barbe poivre et sel, Remco mérite bien de faire partie des silver fox. Aad, son père, tient plutôt du white fox: sa longue barbe et ses cheveux sont blancs comme neige. ©rv

Un fils qui suit les traces de son père, tout le monde en connaît un. Mais, il y a deux ans, Aad van der Linden a décidé d'avoir le même job que son fils Remco: être mannequin. Au fait, il aura 72 ans cette semaine...

"Fais tes valises, papa, on part en Afrique du Sud vendredi." Cadeau de luxe pour son père? Non, ce n'est pas pour le plaisir, mais pour le boulot que Remco van der Linden emmène son père de l'autre côté de l'équateur. "Il y a quatre prises de vue au programme", explique-t-il à son père. On l'aura compris: les deux Néerlandais ne sont pas photographes mais mannequins. Et ils n'ont pas 15 et 35 ans: avec ses 44 ans, ses temples grisonnantes et sa barbe poivre et sel, Remco a tout du 'silver fox'. Aad, son père de près de 72 ans, tient plutôt du vieux loup: aussi bien sa longue barbe que ses cheveux sont blancs comme neige. Et ils ont en commun le doux regard de leurs yeux bleus. Ensemble, père et fils font le tour du monde, de l'Afrique du Sud à l'Australie, en passant par l'Italie, pour des productions de mode, des campagnes publicitaires et des défilés.

©rv

Cette situation est aussi inhabituelle que récente. Il y a deux ans, Aad van der Linden était encore un retraité comme les autres qui aimait nager et faire du vélo. Mais le jour où Remco a publié quelques photos d'eux deux sur Facebook, tout a changé. Dès que son agent londonien les a vues, il les a directement choisis pour faire une prise de vue ensemble, père et fils. Ou plutôt, fils et père.

Vie bouleversée

©rv

Tout a commencé avec une vieille Volkswagen Golf décapotable qu'Aad gardait dans son garage et que Remco rêvait de pouvoir conduire à Ibiza. Son père finit par être d'accord. Et voilà comment, en février 2015, père et fils quittent Noordwijkerhout, village natal de Remco, pour se rendre à Ibiza pour déposer la voiture et passer quelques jours ensemble. "Pendant le séjour, j'avais une prise de vue de prévue et j'en ai profité pour demander au photographe s'il acceptait de prendre quelques photos de mon père et moi", explique Remco. "C'était juste un cadeau pour ma mère, mais les conséquences nous ont dépassés: ces photos ont complètement bouleversé la vie de mon père."

Quelques mois plus tard, ils s'envolaient tous les deux pour l'Afrique du Sud, où devait se dérouler leur premier job: un shooting par gros temps sur un bateau de pêche. "Emporte tes rollers, m'avait conseillé Remco avant notre départ", explique Aad. "Je me suis demandé ce que j'allais bien pouvoir en faire sur un bateau. Mais Remco avait organisé un deuxième tournage pour notre portfolio en duo."

Nous nous demandons souvent comment nous allons expliquer ça à la maison. Je n'arrive pas à croire ce que je vis!

Depuis, le bateau a largué les amarres. Et Aad est affilié aux neuf agences avec lesquelles Remco travaille. Ces deux dernières années, il figure sur une soixantaine de shootings. La plupart avec son fils. "Nous nous sommes beaucoup rapprochés au cours de ces deux dernières années. Avant, il venait à la maison deux fois par an. Maintenant, je le vois beaucoup plus souvent. On s'amuse bien tous les deux. Nous nous demandons souvent comment nous allons expliquer ça à la maison. Je n'arrive pas à croire que je vis ce que je vis!"

Nel, son épouse depuis 50 ans, s'exclame en riant: "J'aimerais parfois être une petite souris pour voir comment ça se passe réellement sur un plateau. C'est sûrement de la folie! Remco est un véritable boute-en-train. Enfant, il était déjà un animateur-né. Et Aad apporte le calme et l'équilibre."

Ses parents n'auraient jamais pensé que Remco serait mannequin: il rêvait de devenir joueur de foot. Il était pourtant en bonne voie, mais il a fini par étudier le tourisme. Au cours d'un stage à Aruba, il est couronné Mister Aruba et repéré par un talent scout. À 24 ans, il commencé à travailler comme mannequin et, vingt ans plus tard, il l'est encore. Pour mener sa carrière, il s'est très vite installé à Londres, qui est aujourd'hui encore son port d'attache. "Pour le travail, c'est idéal, mais dès que je peux, je vais me ressourcer dans le calme et la nature d'Ibiza."

L'énergie et l'enthousiasme

Contrairement au concept 'tel père, tel fils', c'est ici le fils qui enseigne à son père les ficelles du métier et corrige ses erreurs de débutant. "Au début, il m'arrivait de faire des suggestions, genre "Et si je me tenais comme ça?" ou "Ce pantalon ne serait-il pas mieux assorti?" Remco me recadrait discrètement et, depuis lors, je me contente de suivre les ordres du photographe et du styliste." Ce qu'il fait de son plein gré. Poser en costume de Père Noël? Faire des grimaces? Trafiquer ses cheveux et son visage? Tout est bon: il est le mannequin idéal! Sait-il pourquoi il est aussi demandé? "Apparemment, ce sont mes cheveux et ma barbe tout blancs! Une combinaison rare, visiblement", sourit Aad.

©rv

Des cheveux qu'il a laissés pousser spécialement pour le job, mais pour le reste, il n'a pratiquement pas changé son style de vie. Il ne s'est pas mis à surveiller sa ligne ou à recourir à toutes sortes de soins. "Pour les shootings, je porte souvent un costume, mais, à la maison, je préfère porter un polo et un bermuda. C'est beaucoup plus confortable!" explique Aad, qui a été durant toute sa carrière planificateur de matériaux pour une grande entreprise de construction.

Outre un nouveau job, ce long trajet en voiture de Noordwijkerhout à Ibiza lui a également apporté autre chose. "Au début, on parlait de la pluie et du beau temps, mais, au bout d'un certain temps, nos conversations sont devenues plus intimes", explique Aad. "On a parlé de l'accident de voiture qui m'est arrivé il y a 35 ans, lors duquel une jeune fille de 17 ans a perdu la vie. Même si je n'étais pas en tort, cela m'a fait souffrir pendant des années." Remco lui conseille alors d'essayer l'EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), une thérapie destinée au traitement des traumatismes. "Il faut suivre des yeux le doigt du thérapeute. Au début, j'étais sceptique, mais ce traitement a changé ma vie. Au bout de neuf séances, je suis allé sur la tombe de la jeune fille et je lui ai dit adieu." Remco aussi est enthousiaste. "J'ai l'impression de redécouvrir mon père. La dépression qui le tourmentait a fait place à l'énergie et l'enthousiasme. Et le fait que nous fassions le même job est un très beau cadeau."

Instagram: @remcoanddad




Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content