Publicité
sabato

Bienvenue dans la vie luxueuse des chiens les plus choyés au monde

©Dan Burn-Forti

Des vols privés aux accessoires de créateurs, en passant par les menus dégustation, certains propriétaires de chiens estiment que rien n’est trop beau ni trop cher pour leur toutou.

“On Fridays, we wear Fendi”, poste Billie sur Instagram, prenant la pose avec un clutch et un pull assorti. “Life is good when you’re hot”, lance-t-elle avec un clin d’œil. Dior, Prada, Jacquemus: cette garde-robe de folie appartient à Billie, soit @boobie_billie sur Instagram, un lévrier croisé avec un chihuahua qui est aussi un des “dogfluencers” les plus populaires. Le quart de million de followers de Billie ne se soucie pas de savoir que ses sacs et autres accessoires sont parfois redimensionnés numériquement pour être portés par un chien. Les propriétaires de chiens non diplômés en Photoshop peuvent aussi acheter un vrai sac Hermès (2.148 euros), un panier Gucci (5.768 euros) ou un imperméable Moschino (342 euros): ces dernières années, rares sont les marques de luxe à ne pas avoir sorti des accessoires pour animaux de compagnie, car l’amour (des animaux) n’a pas de prix.

L’amour n’a pas de prix: les Belges dépensent 3,5 milliards d’euros par an pour leurs animaux de compagnie.

“Si autrefois, les gens achetaient un chien pour garder leur maison, leurs motivations sont aujourd’hui très différentes. Pour les jeunes couples qui ne pensent pas (encore) aux enfants, le chien ou le chat fait partie de la famille”, explique l’entrepreneuse Laurence Vander Elstraeten. La cofondatrice de l’agence créative Buro Bonito s’apprête à lancer un nouveau projet: Good Boi Bobbie, une boutique en ligne d’accessoires pour chien (elle sera lancée le 2 décembre). Bien que l’économie des animaux de compagnie ne soit pas encore aussi développée chez nous qu’aux États-Unis, elle a connu un boum ces dernières années, ce que confirme Comeos: selon la fédération professionnelle, les Belges dépensent 3,5 milliards d’euros par an pour leurs animaux de compagnie.

Au cours des quatre dernières années, ces dépenses ont augmenté de onze pour cent par an: nous dépensons aujourd’hui un milliard de plus qu’en 2018. Plus prudent, le cabinet d’études GfK évalue cette croissance à quatre à six pour cent par an. Comeos précise que 53 pour cent des Belges ont un chien, un chat, un perroquet, un poisson rouge ou un autre animal de compagnie. Bien qu’ils soient tous aimés par leurs maîtres, certains animaux mèneraient une vie plus luxueuse que d’autres. Cela fait longtemps que l’expression “Quelle vie de chien!” n’a plus de connotation négative.

Celine, Dior, Prada, Jacquemus: certains chiens ont un dressing qui ferait pâlir d’envie les fashionistas. ©Dan Burn-Forti

Private jet pet

Fourrer son animal dans une cage pour l’abandonner dans la soute d’un avion est un cauchemar pour de nombreux propriétaires. “Si vous optez pour un vol privé, votre animal de compagnie vous accompagnera tout au long du vol”, explique Thomas Van Meerbeeck, CEO de la compagnie aérienne privée The Aviation Factory. “Bien entendu, nous offrons aussi un service de restauration et une surprise à nos passagers à quatre pattes.” La demande de vols privés est en hausse depuis un certain temps, et le bien-être des chiens n’y est pas étranger. “Pendant la pandémie, nous avons ramené un chien d’Afrique du Sud chez lui, en Écosse”, témoigne Van Meerbeeck. “Son maître ne voulait pas le laisser là-bas durant le confinement. Ce n’est pas bon marché, mais certains placent leur animal au centre de leurs préoccupations.”

La compagnie aérienne VistaJet va plus loin: pour les animaux qui ont du mal à supporter l’avion, elle organise un cours d’adaptation au vol. Pendant quatre semaines, on les habitue à l’odeur du kérosène, au bruit des moteurs, à la pressurisation de la cabine et aux turbulences. Coût? Comptez entre 4.000 et 5.000 euros. Septante animaux y ont déjà fait leurs classes.

Les maîtres choisissent des accessoires pour leur animal de compagnie en fonction de leurs goûts. ©Dan Burn-Forti

Boules de poil gourmands

Bouillon de kéfir de chèvre au curcuma, steak bio aux carottes et betteraves fermentées, tartare de filet mignon et œuf de caille... Le menu dégustation de Dogue à San-Francisco, concocté par son chef et propriétaire Rahmi Massarweh, offre aux meilleurs amis de l’homme l’après-midi culinaire de leur vie pour 75 dollars. Cerise sur le gâteau? Les pâtisseries pour chien vendues dans la boutique du Dogue.

De plus en plus de maîtres se mettent aux fourneaux pour préparer des repas sains et frais pour leur animal. Ceux qui n’ont pas le temps de s’y consacrer peuvent s’adresser à Dog Chef, une sorte de HelloFresh belge pour chiens et chats. Rien que l’année dernière, la société fondée par Alexandre Cardon et Alexis d’Oultremont a levé 12,5 millions de fonds d’investissement.

Coiffeurs, toiletteurs, kinés et promeneurs pour chiens: aujourd’hui, on peut sous-traiter la quasi-totalité des soins et ces services connaissent un essor sans précédent.

Les compléments alimentaires font aussi partie d’un régime alimentaire sain. Chez JustRussel, une entreprise basée à Gand, on peut faire établir un programme nutritionnel personnalisé pour son chat ou son chien. “Nous travaillons avec un algorithme qui détermine le régime alimentaire sur base d’un questionnaire”, précise Victor Mortreu, cofondateur de l’entreprise. “Nous ajoutons une quinzaine de suppléments aux aliments secs pour chiens. Les oméga 3, par exemple, sont bons pour la peau et le pelage. Et les probiotiques règlent les problèmes de digestion.”

Qu’ils soient secs ou frais, la plupart des aliments pour chiens et chats contiennent de la viande, ce qui pose un problème à certains maîtres végétariens ou vegan. Pas de panique, on voit de plus en plus de menus vegan pour chiens et chats. Dans le Financial Times, Judy Nadel, cofondatrice de la start-up The Pack, prédit la montée en puissance du régime “flexi-dogian”, principalement composé d’aliments végétariens ou vegan avec parfois une friandise carnée.

Un “pet bed” confortable et qui ne détonne pas avec l’intérieur des maîtres. ©Dan Burn-Forti

(P)awsome stays

“No pets allowed”: cet avertissement figure encore sur le site web de nombreux hôtels. Heureusement, il y en a d’autres, comme l’hôtel bruxellois Steigenberger Wiltcher’s, où les animaux de compagnie sont accueillis à bras ouverts. “Au début de l’année, nous avons lancé un nouveau service pour offrir aux chiens un séjour aussi luxueux que celui de leurs maîtres”, déclare Erik Le Roux, directeur de la communication. L’Iconic Dog Package (60 euros la nuit) comprend un coussin fait main, un bol en porcelaine pour l’eau et la nourriture, des articles de toilettage et des snacks surprise.

Tout animal de compagnie a besoin d’une bonne nuit de sommeil. Non seulement à l’hôtel, mais aussi – et surtout – à la maison. Un “pet bed” confortable, qui ne jure pas dans son intérieur, est un must pour les maîtres les plus stylés. Hermès s’est adressé à des tonneliers pour concevoir un lit pour chien à la fois élégant et rustique, avec un coussin en cuir d’agneau (1.800 euros). Versace propose des lits en tissu imprimé Barocco doré de tous les formats. On peut évidemment préférer la niche, rebaptisée “manoir pour chien”, comme Paris Hilton qui, pour environ 330.000 euros, a fait construire pour ses animaux de compagnie une réplique de sa villa avec climatisation, chauffage et meubles design.

Si vous optez pour un vol privé, votre animal de compagnie restera avec vous tout au long du vol, service de restauration et surprise compris, bien sûr. ©Dan Burn-Forti

Mode pour chien

Les chiens de Paris Hilton appartiennent à l’élite canine. La femme d’affaires/DJ en a plus de dix: Tinkerbell, Peter Pan, Marilyn Monroe, Harajuku Bitch, Slivington, Princess Paris Jr., Prince Hilton, The Pom, Prince Baby Bear, Crypto Hilton, Ether Reum et Diamond Baby. Sur leur chaîne Instagram, @hiltonpets, on peut les voir habillés avec autant de style que leur maîtresse: ils évoluent dans leur “dog mansion” accessoirisés par Prada, Moschino, Louis Vuitton et Chanel.

“De plus en plus, les maîtres recherchent pour leur chien des produits et accessoires qui soient de bonne qualité, mais aussi esthétiques”, explique Laurence Vander Elstraeten. Sa boutique en ligne Good Boi Bobbie proposera notamment des laisses (de 60 à 180 euros) et des paniers (à 450 euros). “J’ai tenu compte de la sensibilité à la mode de leurs maîtres.”

Bouillon de kéfir de chèvre au curcuma, steak bio aux carottes et betteraves fermentées, tartare de filet mignon avec un œuf de caille: ne salivez pas, le menu dégustation du restaurant Dogue à San Francisco est strictement réservé aux chiens.

Coiffeurs, toiletteurs, kinés et promeneurs pour chiens: on peut sous-traiter la quasi-totalité des soins et ces services connaissent un essor sans précédent. La seule chose que l’on ne puisse pas sous-traiter est le rôle de maître, affirme Anouk Covents, une comportementaliste canine diplômée et agréée. Elle aide les maîtres désemparés pour 115 euros de l’heure. “Ces dernières années, j’ai beaucoup de demandes”, confie Covents. “Mon planning des prochaines semaines est complet. Au début de la pandémie, je dressais des chiots, mais aujourd’hui, je me consacre principalement aux troubles du comportement des chiens plus âgés. Certains maîtres pensent qu’ils peuvent me confier leur chien pour le récupérer parfaitement dressé, mais ça ne marche pas comme ça. Ce qui compte, c’est le lien entre le chien et son maître. Un maître doit apprendre à penser comme son chien: si on comprend ce qui se passe entre ses deux oreilles, on peut facilement résoudre de nombreux problèmes.”

Ce n’est pas un mauvais conseil: si nous faisons goûter à nos animaux de compagnie tout le luxe et toutes les délicatesses de notre monde, il est encore plus important de nous transporter dans le leur.

To shop

Les grands noms de la planète mode ne manquent pas d’imagination et révèlent leur savoir-faire au rayon canin. Voici quelques indispensables, en version couture.

Sac À Sacs | Fendi | 300 euros.

Collier pour chien ‘PM’ | Louis Vuitton | 240 euros.

Collier pour chien ‘Médor Feu II’ | Hermès | 560 euros.

Collier pour chien ‘Dior Oblique’ | Dior | 350 euros.

Gamelle hexagonale à motif GG | Gucci | 1.400 euros.

Laisse ‘Lumi’ | Boo Oh via Good Boi Bobbie (la boutique sera en ligne dès le 2 décembre) | 185 euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité