sabato

Conversations avec 3 addicts de Converse

©We Are Oskar

L'iconique marque de sneakers Converse et le prince du luxe Jonathan Anderson ont-ils lancé une offensive décisive? Sabato a cherché et trouvé trois fans de Converse qui n'ont jamais lâché leur paire favorite. "Quand je porte d'autres chaussures, j'emporte toujours une paire de Converse de rechange."

Theresa May en All Star blanches. Le service marketing de Converse, la marque américaine de baskets, a certainement été perplexe en apercevant l'été dernier la Première ministre britannique âgée de 60 ans apparaître en All Star lors d'une visite officielle au Woodlands Outdoor Education Centre. Lors de la conférence de presse, May a déclaré être "une grande fan de Converse depuis de longues années". Un enthousiasme bien intentionné et d'autant plus maladroit. Sans la réaliser, May a ainsi incarné le dilemme le plus cruel de Converse: si vous vieillissez avec vos clients, que reste-t-il de votre pertinence?

La marque américaine existe depuis 1908 et sa 'Chuck Taylor All Star' est devenue une icône dans les années 1970 et 1990 grâce à des groupes de rock rebelles comme les Sex Pistols et Nirvana. À l'époque, des générations de jeunes, filles et garçons, portaient des Converse. Mais, au cours de ces dernières décennies, le succès n'a plus été au rendez-vous: aujourd'hui, la marque américaine est devancée par des concurrents comme Nike, Adidas et Vans. Les générations X, Y et Z ne semblent plus vouloir que des Stan Smith et autres Nike Air Force.

Golden boy
Après une quasi-faillite en 2001, l'entreprise américaine est rachetée par son concurrent, Nike Inc., deux ans plus tard. Le géant du sport a bricolé le logo, confié la marque de baskets à ses principaux managers et élargi considérablement la gamme: hélas, tout cela n'a pas conduit à des pics de ventes sonnants et trébuchants. Jusqu'à ce qu'au début de l'année, Converse a commencé à buzzer sur les réseaux sociaux. Que se passait-il? Le label avait réussi à convaincre Jonathan Anderson, chouchou de la fashion et wonderboy du monde de la mode, à participer à une collab'. Le créateur nord-irlandais doit sa réputation au label J. W. Anderson qu'il a fondé en 2008. C'est lui également que le groupe de luxe LVMH a invité à prendre la direction artistique de la maison de mode Loewe. Résultat: un vent de créativité sans précédent souffle sur cette vénérable maison espagnole au point d'en faire le label de luxe le plus désirable du moment.

Anderson et Converse ont engagé une collaboration à long terme, dont les premiers pas ont été présentés avec succès en juin, lors du défilé d'Anderson à l'événement mode Pitti Uomo à Milan. "Lorsque Converse m'a approché, j'ai eu du mal à dire non, d'autant plus que je porte leurs sneakers", déclare le designer. Voilà déjà un trait qu'il partage avec nos trois fans belges qui, malgré les années et les caprices de la mode, sont restés fidèles à leurs Converse.

Frederic Hooft (38 ans), architecte d'intérieur à Gand.
Fan? Depuis l'âge de 12 ans.
Paires en circulation? Six.
Modèle favori? Chuck Taylor All Star Hi.

©We Are Oskar

"Je devais avoir 12 ans quand j'ai reçu ma première paire de Converse. Et je la porte encore aujourd'hui, à 38 ans! Mieux encore: je crois que depuis mes 18 ans, j'ai toujours porté des Converse, même quand elles étaient 'out'. J'achète parfois des chaussures plus chères, mais je ne les porte pratiquement pas. Si je dois assister à un mariage ou à des funérailles et que je me dis "OK, je ne peux pas y aller en baskets", j'emporte une paire de Converse dans ma voiture. Et dès que je peux, je change. Je me sens tout de suite plus à l'aise! Je porte toujours mes Converse, même pour aller voir des clients. Je suis architecte d'intérieur et, même dans mes projets, je fais rarement des choix tendance: je préfère les classiques. Ça peut sembler fou, mais c'est la même chose avec les chaussures: les All Star sont le basique parfait."

"Ma copine me dit depuis dix ans que je porte toujours les mêmes chaussures. Elle a raison, mais j'alterne. J'ai six paires en circulation, généralement le même modèle: la All Star montantes en blanc. Et je les porte jusqu'à ce qu'on vienne me dire qu'elles sont sales. Alors, j'en achète de nouvelles. Pour moi, mes All Star doivent être un peu patinées: sur la paire que je porte pour le moment, il y a des taches de vin!"

Il y a toujours une paire dans ma voiture.
Frederic Hooft

"La mode ne compte pas tant que ça dans ma vie. Je porte presque toujours la même chose: en été, un T-shirt blanc et, en hiver, une chemise blanche. Je les combine avec un jeans et, quelle que soit la saison, des All Star. Bon, d'accord, j'ai toujours froid aux pieds en hiver."

"Très exceptionnellement, je m'écarte de ce principe de ne porter que des All Star blanches. Je me souviens d'un jour, au concept store parisien Colette, quand j'ai acheté une paire du créateur de mode britannique Alexander McQueen. Elles étaient vert foncé, avec des carreaux écossais. Si je porterais le nouveau modèle d'Anderson? Un modèle trendy n'est pas tout: il doit être beau. Pour moi, les All Star sont tout simplement confortables, ce sont de bonnes chaussures. Elles sont classiques et ont amplement prouvé leur utilité. Surtout quand on voit depuis combien de temps elles existent!"

Jan Hoet Junior (48 ans), créatif polyvalent, vit et travaille à Gand et dans les Pouilles avec son épouse Delphine (38 ans) et leur fille Lucy (6 ans).
Fan? Depuis l'âge de 20 ans.
Paires en circulation? Dix.
Modèle favori? Les Chuck Taylor All Star hautes et basses.

©We Are Oskar

"Nous portions tous les deux des All Star le jour où nous nous sommes rencontrés, mon épouse et moi. Le sujet de conversation était tout trouvé! Et pour notre mariage, Delphine portait des Converse avec sa robe de mariée! Aujourd'hui, j'en ai une dizaine dans mon armoire. Le matin, je choisis en fonction de mon humeur. Notre fille Lucy en a deux paires, même si elle n'aime pas trop les lacets en ce moment. Mon épouse en a bien plus que moi: elle a gardé toutes ses paires depuis le début. Quand les miennes sont foutues, je les jette, sauf une très vieille paire pour travailler dans le jardin."

"J'ai acheté mes premières à New York, il y a 28 ans. Il faisait chaud et j'avais besoin de chaussures plus légères. Je les ai mises tout de suite. Avant, je portais surtout des chaussures classiques, mais si on aime alterner et ne pas dépenser trop pour des chaussures, les Converse sont l'idéal. On peut les avoir dans toutes les couleurs et elles sont faciles à customiser. Après cette première fois, j'ai continué à en acheter."

"Je ne sais pas encore si je vais acheter les nouveaux modèles d'Anderson. Il m'arrive de tomber sur des éditions un peu plus spéciales. Lorsque j'étais en transit en Italie, j'en ai acheté une paire totalemen "bleu Yves Klein", même la semelle. Par contre, je ne cherche pas les éditions limitées sur internet. Quand je tombe sur des modèles que je trouve cool, je les achète, c'est tout. Mon modèle préféré est la Chuck Tailor All Star, aussi bien haute que basse. Les deux couleurs constantes de ma collection sont le bleu foncé et le marron, auxquels j'ajoute des variantes. Je les porte toute l'année, été comme hiver, sauf dans le sud de l'Italie, il fait vraiment trop chaud: là, je porte des sandales ou des claquettes."

"Quand je suis invité et que le bristol précise 'smoking', je le porte avec mes Converse. Les chaussures sont rarement spécifiées dans les dresscodes! Mais je ne pense pas non plus qu'il faille rechercher l'originalité pour l'originalité: j'opte alors pour une paire d'All Star classique,plutôt qu'un modèle vert ou fuchsia. J'aime aussi les voir portées par d'autres. L'artiste belge Francis Alÿs est, lui aussi, un fan invétéré. C'est ça qui est cool: riche ou non, tout le monde porte des Converse."

Carlo Andriani (55 ans), copropriétaire du magasin de vinyles Tune Up à Anvers. Fan? Depuis 1975.
Paires en circulation? Entre 25 et 30.
Modèle préféré? Chuck Taylor All Star, made in U.S.A.

©We Are Oskar

"Converse, Levi's vintage et vinyles: voilà mes biens les plus précieux. J'ai acheté ma première paire en 1975, pas parce qu'elles étaient branchées, mais parce qu'elles étaient abordables. Quand j'étais ado, mon père m'emmenait à Maastricht pour acheter mes jeans et mes Converse. Je me suis intéressé à la musique très tôt. Tant dans les magazines de musique que sur les posters, toutes mes idoles portaient des All Star. Du coup, j'en voulais aussi! Un amour qui ne s'est jamais démenti."

"En général, je porte des All Star et toujours des modèles montants. Noir, vert, bleu, blanc: je les ai dans toutes les couleurs. J'ai même trois paires 'made in U. S. A.': on n'en trouve plus aujourd'hui car elles sont toutes fabriquées en Chine. Un jour, j'ai reçu en cadeau une paire vert-blanc-rouge, les couleurs du drapeau italien. Comme je suis disquaire, mes amis et ma famille savent qu'il est impossible de trouver des disques que je n'ai pas encore. Pour me faire plaisir, ils m'offrent donc des All Star spéciales. Par exemple, ma soeur m'en a ramené une paire de L. A. Comme je suis collectionneur de Frank Zappa, elle les a faites customiser à son effigie, avec sa moustache et sa barbichette sur la languette."

"J'ai aussi une paire sur lesquelles l'artiste belge Dennis Tyfus, un ami à moi, a fait un dessin. Il y a dix ans, dans mon magasin de disques, quand il a vu mes All Star, il m'a dit "Attends, on va faire quelque chose". Il a pris un stylo, dessiné sur le bout de la chaussure et créé un nouveau logo sur le côté. Je les ai beaucoup portées. Ces baskets ont peut-être de la valeur mais je ne les vendrai pas: elles sont liées à trop de bons souvenirs."

"Quand on entre chez moi, on tombe sur une pile de trois caisses de fruits dans lesquelles je range mes Converse. Il y a aussi une paire du créateur de mode John Varvatos, avec une semelle transparente dans laquelle transparaît le logo. Il va bientôt sortir un nouveau modèle. Il me le faut absolument! Celles d'Anderson? Je m'abstiendrai: les paillettes, ce n'est pas mon truc, je suis un peu trop vieux pour ça! Quelles chaussures je sauverais si ma maison était en feu? Une paire de All Star américaines. Je les sortirais de la caisse de fruits, je les mettrais et je m'enfuirais à toutes jambes."

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité