Publicité
sabato

Coup d'œil dans les armoires à baskets de trois jeunes collectionneurs

©Alexander D'Hiet

Les baskets sont en vogue et ont même leur propre dressing chez les plus mordus. Coup d'œil chez trois jeunes collectionneurs.

1/ "Tout le monde trouvait que c’étaient des chaussures de beauf."

Anthony Van den Brant (27 ans), fondateur de Karat sneaker & vintage store

Anthony Van den Brant range ses sneakers dans des vitrines anciennes qui dégagent le même esprit vintage que sa collection. ©Alexander D'Hiet

À quoi ressemble votre placard à baskets?

"Mes modèles sont rangés dans plusieurs armoires vitrées anciennes. Comme ma collection compte beaucoup de modèles vintage, les armoires devaient être raccord. Je les ai achetées d’occasion, à des personnes âgées et je les ai choisies, car elles sont suffisamment neutres pour exposer la collection de manière esthétique. Par contre, ce n’est pas toujours une bonne idée, car elles laissent passer la poussière fine. Je préfère un modèle vitré fermé, et je préfère emballer mes sneakers dans des sacs en plastique pour les protéger ou carrément les mettre dans  des boîtes en plastique."

Quel modèle a déclenché votre passion?

"Des Jordan 14 en daim noir pointure 28. Ma mère les avait ramenées des États-Unis: j’avais quatre ans." À 13 ans, Anthony Van den Brant s’est choisi lui-même sa première paire: des Nike Skateboarding ‘SB’ Dunk. "En même temps, j’ai reçu une paire d’Adidas Shell Toe vintage (aujourd’hui Adidas Superstar), car je craignais que mes Dunk ne s’usent trop vite."

©Alexander D'Hiet

"J’ai vraiment commencé ma collection à 16 ans, avec une paire d’Air Max 1 USA Colorway. Ce modèle me tendait les bras depuis un an dans la vitrine de Street Dreamz, une boutique à Bruxelles qui, à l’époque, avec Fresh Kicks, était la seule adresse pour trouver des baskets. Quand j’ai touché mon premier salaire d’étudiant jobiste, j’ai craqué. À l’école, tout le monde trouvait que c’étaient des chaussures de beauf, mais, moi, je les trouvais superbes."

Combien de paires possédez-vous?

"Un peu moins d’une centaine."

Y a-t-il des baskets que vous ne portez jamais?

"Ma paire d’Asics Gel Lyte Respectors. Je porte des Asics certes, mais plutôt les séries Gel Lyte 3, 5 et Saga. Je ne porte pas non plus les Air Max 1 Kumquat très souvent, car la ‘canvas toe box’ est blanche et c'est difficile de la nettoyer, même avec un steamer. Mes Jordan 11 sont aussi un modèle d’apparat, ce qui les rend moins adaptées à la rue."

Anthony Van den Brant a commencé à collectionner des baskets à 16 ans. Aujourd’hui, il recherche principalement des modèles sortis entre 2000 et 2016. ©Alexander D'Hiet

Quels sont vos critères?

"Je recherche principalement des modèles anciens, sortis entre 2000 à 2016. Quand j’ai commencé à collectionner, je devais aller en boutique, où je faisais la file avec d’autres fans de sneakers pour tenter d’acheter le modèle que je visais. Maintenant, je rachète surtout des modèles à d’autres collectionneurs. Nous nous accordons mutuellement des avantages. J’ai pu racheter une paire d’Air Max 1 pour 25 euros."

"Je rachète surtout des modèles à d’autres collectionneurs."
Anthony Van den Brant
Fondateur de Karat

"En même temps, ma collection compte aussi de nouveaux modèles, que j’essaie d’acheter via l’application SNKRS. Je n’ai pas vraiment de budget défini: tout dépend des sorties et si je les trouve belles."

Portez-vous autre chose que des sneakers?

"Je porte parfois des Dr. Martens ou des Clarks Wallabees, des chaussures qui ont également leur place dans la culture urbaine."

Top 5 de sa collection

1. Air Max 1 OG Red 2010 Valeur de revente: 388 euros. "Elles sont rangées dans des sacs en plastique pour les protéger de l’humidité et des différences de température. Pour la bulle d’air, le designer Tinker Hatfield s’est inspiré de la forme du Centre Pompidou."

2. Air Max 90 Infrared 1990 Valeur de revente: indéterminée. "La bulle d’air est plus grande que ce qui se fait aujourd’hui. l’Air Max la plus iconique après l'Air Max 1."

3. Air Max 1 Atmos Safari 2003 Valeur de revente: 3.297 euros. "Elles n’ont jamais été portées et sont dans leur boîte d’origine, conçue par Koji, le designer d’Atmos. Je les kiffe trop."

4. Tiffany Dunk Low 2003 Valeur de revente: 4.362 euros. "Le terme de Tiffany fait référence à la couleur, le même bleu ciel que la joaillerie new-yorkaise. Il n’y a jamais eu de réédition (ou "Retro") de cette sneaker, ce qui la rend très exclusive."

5. Jordan 11 Columbia 1996 Valeur de revente: 5.839 euros. "Les plus récentes sont entièrement blanches, mais je trouve ce mix plus intéressant."

2/ "117 paires de sneakers achetées en trois ans."

Klaara De Vos (20 ans), influenceuse

©Alexander D'Hiet

À quel moment avez-vous su que vous aviez besoin d’une armoire à sneakers?

"Mon armoire à chaussures est vite devenue trop petite alors je n’ai pas eu d’autre choix que de passer à un système d’étagères. Quand elles aussi n’étaients plus suffisantes, il était temps de trouver une solution: je voulais des bibliothèques ‘Billy’ d’Ikea, mais vu ma collection, ça faisait cher. Ma mère m’a suggéré de demander à mon oncle de réaliser mon armoire à baskets: j’ai conçu ma propre armoire sur mesure, avec des étagères achetées au magasin de bricolage. Le secret d’une bonne armoire à baskets? Qu'elle soit assez neutre pour mettre en valeur les couleurs et les formes des différents modèles."

Comment est née votre passion?

"Il y a trois ans, à l’école secondaire, j’ai rencontré une élève venue des Pays-Bas pour un échange. Elle portait une paire de Jordan 1 Shadow, les plus belles que j’avais jamais vues. Je suis rentrée et je me suis lancée dans le shopping. Depuis lors, je suis à peu près toutes les nouveautés."

©Alexander D'Hiet

Combien de paires possédez-vous?

"En trois ans, je suis passée d’une à 117 paires."

Y a-t-il des sneakers que vous ne portez jamais?

"Non." L'influenceuse nous montre quelques vidéos publiées sur Instagram, dont une à un million et demi de vues! Dans sa dernière vidéo, elle tord quelques baskets, un appel à ne pas seulement les stocker, mais aussi à les porter: #Rockdontstock. "Bien sûr, je tiens compte de ce qui peut les abîmer, comme la pluie: alors je ne mets pas celles qui sont difficiles à nettoyer."

Comment faites-vous vos achats?

"Je suis de près les dernières sorties et je fais une sélection des modèles qui me plaisent et qui correspondent à mon budget. Je participe souvent au tirage au sort sur l’appli Nike SNKRS ou je m’inscris à des tombolas en ligne. Si je ne suis pas tirée au sort, j’achète mes modèles préférés plus tard, sur Vinted."

©Alexander D'Hiet

Quel budget y consacrez-vous par mois?

"Je vise deux ou trois paires par mois, pour un budget de 500 euros. Pour cela je vends régulièrement des modèles que je ne porte plus. La prochaine paire qui sortira de mon armoire sera la Jordan 4 Off-White de Virgil Abloh. Un plaisir pour les yeux, mais très inconfortable: c’est mon plus mauvais achat. Elle devrait me rapporter 1.100 euros."

Portez-vous autre chose que des sneakers?

"Pratiquement pas. En dehors des sneakers, vous ne me verrez qu’en claquettes, comme les Yeezy Slides de Kanye West."

Top 5 de sa collection

1. Jordan 1 Game Royal. Valeur de revente: 599 euros. "Je les ai cherchées pendant deux ans, et c’est ma mère qui me les a offertes."

2. Jordan Union Blue Toes. Valeur de revente: 1.585 euros. "Encore une paire que j’ai reçue pour mon anniversaire."

3. Jordan 3 à Ma Maniére. Valeur de revente: 356 euros. "Une basket passe-partout qui a une belle histoire: Nike a lancé le modèle ‘Raised by Women’ en collaboration avec la boutique ‘A Ma Maniére’ à Atlanta, en hommage aux femmes. Du coup, seules les femmes pouvaient participer à la rafle in-store."

4. Grateful Dead Dunks. Valeur de revente: 1.025 euros. "Je les ai trouvées sur Vinted à un bon prix. Elles ont un look spécial et une pochette zippée."

5. Jordan 1 Shadow. Valeur de revente: 795 euros. "Mon premier flash. Je les adore!"

3/ "Du sol au plafond."

Léa Millekan (22 ans), influenceuse

À quel moment avez-vous su que vous aviez besoin d’une armoire à sneakers?

©Alexander D'Hiet

"Au départ, je les gardais dans les boîtes d’origine, mais je n’aime pas qu’il y ait trop de couleurs dans mon intérieur. Je ne trouve pas non plus qu’une bibliothèque soit élégante et une commode, c’était exclu: la fixer aurait endommagé l’appartement que je loue. Heureusement, sur Amazon, je suis tombée sur ces boîtes transparentes Songmics, très faciles à empiler. Et mes sneakers sont protégées de la poussière et de mon chat, tout en étant suffisamment aérées grâce aux trous de ventilation. Autre avantage: comme elles sont transparentes, je peux admirer mes sneakers. Je voudrais acheter plus de boîtes, pour faire des piles du sol au plafond."

©Alexander D'Hiet

Quand est née votre passion?

"En 2015, avec l’Air Max 90 Safari. Avec ma mère, j’étais allée rendre visite à ma tante à Anvers. À cette époque, je portais des Converse ou des New Balance. Mais, à Anvers, on trouve plus de boutiques avec un large éventail de baskets qu’à Bruxelles. Je suis tombée sur ces Safari noires avec un motif léopard rouge. Ma mère me les a offertes pour mon anniversaire."

Combien de paires possédez-vous?

"Une trentaine. Je m’inscris à des tirages au sort et je suis les nouveautés."

Y a-t-il des baskets que vous ne portez jamais?

"Non, je les porte toutes. Il n’y a que mes Jordan 11s Mid Hot Punch Black qui restent dans la boîte de temps en temps. C’est un beau modèle, mais je ne sais pas trop avec quoi les porter. Ironiquement, la première basket que je vendrais serait la Jordan 4 Loyal Blue, en 38, ce qui est un peu juste pour moi. En plus, j’ai une paire de Dunk bleu foncé que je préfère."

Les baskets de Léa Millekan sont rangées et protégées dans des boîtes empilables et transparentes permettant une aération suffisante. ©Alexander D'Hiet

Comment achetez-vous?

"Au début, quand je ne connaissais pas encore l’appli Nike SNKRS, je me contentais d’aller rue Neuve à Bruxelles. À l’époque, on ne parlait pas encore de paires exclusives. Après mes humanités, j’ai eu la chance de trouver un job dans la boutique de sneakers et de streetwear Snipes, ce qui a encore accru mon intérêt. Aujourd’hui, je continue à suivre les sorties de près. Si une paire me plaît, j’économise pour l’acheter. Ce qui fait deux à trois paires par mois, pour lesquelles je dispose d’un budget de 200 à 450 euros. En même temps, j’en revends beaucoup sur Vinted, pas parce que je ne les aime plus, mais pour faire de la place. Et après coup, j’avoue qu’il m’arrive parfois de le regretter."

Portez-vous autre chose que des sneakers?

"Bien sûr! J’aime les bottes avec des bonnes grosses semelles et beaucoup de détails. Et quand je sors, il m’arrive de porter des talons."

Top 5 de sa collection

1. Nike Sacai Vaporwaffle Burgundy Valeur de revente: 552 euros. "La sneaker la plus ‘confort’ de ma collection. Au départ, je voulais la Sacai Vaporwaffle Tour Yellow Stadium Green, mais quelqu’un m’a dit qu’elle avait une Sacai Burgundy en 38,5. Finalement, je trouve la Burgundy bien plus belle."

2. Balenciaga Track 2 Blue Grey Valeur de revente: 1.100 euros. "J’en suis bleue. J’adore les chaussures chunky. La couleur et le relief sont parfaits, j’ai l’impression de marcher sur les nuages."

3. Nike Dunk High 1985 Black Acid Wash Valeur de revente: 156 euros. "Je les ai achetées le mois dernier. Comme mes tenues ne comptent pas plus de trois couleurs, il me faut toujours des fringues assorties."

4. Nike Dunk High by You Valeur de revente: indéterminée. "Nike a offert la possibilité de concevoir sa Dunk High sur son site web. Comme je n’avais pas de sneakers dans les tons de marron, j’ai donc créé cette paire en daim cognac."

5. Air Jordan 4 White Lemon Pink Valeur de revente: 187 euros. "Un modèle super fresh. Blanc avec des touches de rose flash et de jaune fluo: parfait pour l’été!"

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité