sabato

La face cachée de la Moonwatch de Neil Armstrong

Ryan Gosling incarne Neil Armstrong dans ‘First Man’. ©rv

Ryan Gosling porte-t-il l'authentique Omega Moonwatch de Neil Armstrong, premier homme à avoir marché sur la lune, dans 'First Man'? Les tests qu'elle a dû passer pour être du voyage étaient-ils aussi impitoyables que ceux des cosmonautes? Vous saurez tout sur cette première montre sur la lune.

La 'Moonwatch' a été spécialement conçue pour les voyages dans l'espace.

C'est inexact: même si elle est connue sous le nom de 'Moonwatch', l'Omega Speedmaster faisait déjà partie de la ligne Professional d'Omega en 1957, comme la Seamaster 300 et la Railmaster. La Speedmaster, qui embarque un chronographe, était parfaite pour mesurer la durée des courses automobiles et autres. Elle était un bel ajout à la position de chronographe officiel des Jeux Olympiques occupée par Omega.

©rv

Omega a gagné la compétition pour aller sur la lune.

Omega pourrait fournir une montre à combinaison analogique-numérique pour les voyages vers Mars.

Ce n'est pas correct. La Speedmaster a été repérée par la NASA en 1962. Le 3 octobre, l'astronaute Wally Schirra portait sa Speedmaster personnelle lors du vol Mercury MA-8, le premier programme de voyage dans l'espace habité. La NASA, se rendant compte qu'un équipement privé impliquait des risques, met au point en 1964 une procédure de tests dirigée par le jeune ingénieur James H. Ragan. Parmi les marques contactées, quatre ont finalement participé: Longines, Rolex et Hamilton et Omega. Hamilton a été immédiatement disqualifiée car elle a présenté une montre gousset.

Le programme-test de la montre lunaire a duré trois ans.

Encore une fois, faux. Pour chaque modèle, James H. Ragan a testé trois ou quatre exemplaires au cours de ces légendaires 'Qualification Test Procedures' qui ont commencé le 21 octobre 1964 jusqu'au 1er mars 1965. Suite à ces six mois de tests intensifs, seule l'Omega Speedmaster a été jugée apte aux missions spatiales.

Een halfjaar lang werd de Speedmaster aan zware tests onderworpen. ©rv

Les montres ont été testées à hautes températures (48 heures à 71°C, suivies de 30 minutes à 93°C) et basses températures (4 heures à -18°C). Elles ont également été soumises à des températures comprises entre 20 et 71°C avec une humidité relative d'au moins 95 %, pendant 240 heures. Elles ont été exposées à l'oxygène pur pendant 48 heures à une pression de 0,35 atm et reçu 6 chocs de 40 g d'une durée de 11 millisecondes chacun, dans 6 directions. Elles ont été soumises à une pression élevée (1,6 atm pendant au moins une heure), à trois cycles de 30 minutes de vibrations de 5 à 2.000 Hz ainsi qu'à une exposition directe à 130 dB avec une gamme de fréquences de 40 à 10.000 Hz.

Les montres testées ayant été acquises par l'intermédiaire de l'agent de New York, Omega Suisse n'a appris qu'en juin 1965 que ses montres avaient été choisies. Ed White a porté une Speedmaster pour la première sortie spatiale US.

Neil Armstrong portait cette montre quand il a posé le pied sur la lune.

Inexact. Neil Armstrong, commandant d'Apollo 11, fut le premier homme à poser le pied sur la lune certes, mais, en raison d'une panne de l'ordinateur de bord, il a dû laisser sa Speedmaster à bord du module. Par contre, son compagnon de voyage, Buzz Aldrin, deuxième homme sur la lune et passionné de montres, portait bien sa Speedmaster le 21 juillet 1969. Ce n'est donc pas Armstrong qui portait la première montre sur la lune, mais Aldrin.

Dans 'First Man', Ryan Gosling porte la montre originale de la première mission lunaire.

L’astronaute Buzz Aldrin à bord du module lunaire en juillet 1969. ©rv

Hélas non. Les montres que l'on voit dans 'First Man' sont 'period correct', ont été restaurées et fonctionnent, mais la montre de Buzz Aldrin a mystérieusement disparu. Une fois rentré sur terre, il a envoyé sa montre à la Smithsonian Institution à Washington, où elle n'est jamais arrivée. À ce jour, cette disparition reste un mystère. Régulièrement quelqu'un prétend avoir la montre ou savoir où elle se trouve, ce qui donne lieu à des recherches, sans résultat. C'est un peu la même histoire que le tableau des frères Van Eyck, 'Les juges intègres'.

La Speedmaster Professional Omega est la seule montre certifiée par la NASA.

Pas tout à fait. Si, aujourd'hui encore, l'Omega Speedmaster fait partie des équipements certifiés par la NASA, d'autres montres le sont également, comme la Casio G-Shock et la Timex Ironman Datalink, même si ce ne sont pas des montres mécaniques.

La Moonwatch qui est en vente aujourd'hui a le même mécanisme que celle qui a participé à Apollo 11.

L'année prochaine, cela fera exactement cinquante ans que le premier homme a marché sur la lune. Pour célébrer cet anniversaire, Omega lance la Speedmaster Moonwatch Dark Side of the Moon. ©rv

Presque vrai. Les Speedmaster qui sont allées sur la lune avaient le calibre 321 'pre moon' de 1967. À partir de 1968, ce mécanisme a été remplacé par le calibre 861. En 1997, il a fait place au calibre 1861, mécaniquement très proche de l'original et encore utilisé aujourd'hui. Les horlogers appellent la Moonwatch calibre 1861 'le tracteur' car cette montre mécanique à remontage manuel et chronographe intégré de conception très simple peut fonctionner dans les conditions les plus extrêmes.

Pour fêter les cinquante ans des premiers pas de l'homme sur la lune, Omega sort la 'Speedmaster Moonwatch Dark Side of the Moon': une montre à remontage manuel, waterproof jusqu'à une pression de 5 bar, avec fonction chrono et tachymètre et boîtier en céramique. Il est même question que ce soit Omega qui fournisse la montre à combinaison analogique-numérique pour les expéditions vers la planète Mars...

Bande-Annonce 'First Man'

'First Man', actuellement en salle. Montre 'Omega Speedmaster Moonwatch Dark Side of the Moon', 9.800 euros. www.omegawatches.com




Lire également

Publicité
Publicité