sabato

Shopping: les plus beaux accessoires avec une touche de Lady Di

Gants couleur camel, Natan Couture, prix sur demande. ©Natan Couture

Jamais le Royaume-Uni n’avait été à la fois aussi proche et aussi éloigné. Alors que nous lui faisons nos adieux pour cause de coronavirus et de Brexit, la famille royale fait un tabac sur Netflix et ses looks deviennent source d'inspiration.

Longs gants

Jadis, quand Internet relevait encore de la science-fiction, aucun homme ne sortait sans chapeau, ni aucune femme sans gants. Les plus impressionnants étaient les gants de soirée jusqu’au coude ou les gants d’opéra qui recouvraient presque le bras entier, comme en porte Audrey Hepburn dans "Diamants sur canapé".

Gants imprimés à fleurs, Giambattista Valli. Haute couture, prix sur demande.

 Au Royaume-Uni, si Lady Di préférait serrer la main sans porter de gants, on ne verra jamais Elizabeth II sortir mains nues -et elle n’est d’ailleurs pas la seule actuellement.

En effet, au printemps, les actrices Margot Robbie et Zoë Kravitz ont fait impression sur le tapis rouge grâce à l’accessoire préféré de la Reine. Et cet automne, on l’a aussi repéré dans les collections hiver de Sportmax, Fendi, Marine Serre et Valentino.

Argument supplémentaire: les gants sont non seulement incroyablement élégants, mais aussi très pratiques en cette période de pandémie. Bref, pourquoi opterions-nous pour le plastique jetable alors qu’il y a du cuir (vegan)?

Gants en cuir nappa marine, Max Mara, 175 euros

Gants imprimés zèbre, MM6 de Maison Margiela, 220 euros

Gants en cuir d’agneau bicolores, Burberry, 370 euros

Longs gants noir en cuir, Marni, 480 euros

2. Lady bags

Les interlocuteurs de Margaret Thatcher appréhendaient le moment où la Première ministre britannique saisissait son sac à main. Des documents top-secret y disparaissaient et des arguments tranchants en sortaient sous forme de mystérieuses notes. Depuis lors, être "handbagged" signifie être durement malmené.

"Black Traviata", Launer, prix sur demande.

Grâce à la série "The Crown" sur Netflix, l’arme secrète de Thatcher vit son heure de gloire : malgré la froideur de leurs relations, la Dame de fer et la Reine partageaient un même amour pour Launer, l’équivalent britannique de Delvaux, qui façonne des sacs à main de qualité et minimalistes, mais raffinés.

Ce style "ladylike" est tendance : le "Lady Dior", ainsi nommé en hommage à la princesse Diana, a toujours autant de succès. Et Gucci vient de rebaptiser "Jackie 1961" son iconique hobo bag, en hommage à la célèbre first lady Jackie Onassis Kennedy.

"Jackie 1961", Gucci, prix sur demande.

"St. Honoré", Dior, prix sur demande.

"Twin Frame", Ratio et Motus, 1.300 euros.

"Georgia", Wandler, 790 euros.

3. Broches

La broche est au glamour ce que le pin’s est au punk : une façon d’afficher sa personnalité. Que ce soit une pièce historique comme en porte la Reine ou une vanité pour Vivienne Westwood. La broche date de l’âge du bronze (3.000 - 500 avant J.-C.) et servait à attacher les vêtements. 

Insecte en métal et cuir, JW Anderson, 350 euros.

Depuis, ces épingles décoratives sont devenues des symboles et même des partis-pris, comme la biographie complète affichée sous forme de broches par l’ancienne secrétaire d’État américaine Madeleine Albright. Après Lady Hale, présidente de la Cour suprême britannique, qui a effrayé ses collègues en portant une broche-araignée géante, une nouvelle génération prend le relais.

Billie Eilish s’affiche avec des broches pavées de diamants, tout comme l’acteur et icône de style Timothée Chalamet.

Broche en Strass, Louis Vuitton, prix sur demande.

"Jean Schlumberger Bird on a Rock clip", Tiffany & Co, prix sur demande.

Brin de gui, Ole Lynggaard Copenhagen, prix sur demande.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité