sabato

Le Rubens de 2018

The Family. ©Athos Burez

Athos Burez a plus en commun avec le baroque que la première lettre de son nom. Le jeune artiste présente plus de 80 photographies à Antwerp Baroque 2018, dévoilant un regard inédit sur la période de Rubens. À partir du 1er juin, on peut admirer sa série sur le boulevard-promenade du MAS à Anvers, en dialogue avec des originaux du XVIIème siècle de l’artiste baroque Michaelina Wautier.

"La série que j’ai réalisée pour le MAS devait constituer un pendant contemporain au baroque ancien et puis, le musée m’a donné carte blanche", explique Athos Burez. Cette série s’inscrit dans le cadre d’Antwerp Baroque, un festival au cours duquel, en plus du MAS, le MuHKA, le musée de la photographie, la Maison Rubens, le musée de Middelheim et le musée Plantin-Moretus se placeront également sous le signe du baroque. Le choix du photographe gantois s’est avéré judicieux: presque toutes ses photos parlent le même langage onirique, surréaliste et ample à la fois, un trait caractéristique du baroque.

Museum of the Future/Past. ©Athos Burez

Athos Burez a suivi une formation en arts plastiques à Saint-Lucas avant d’opter pour la photographie au KASK (Gand). "Le baroque est mon thème stylistique favori", reconnaît-il. "Il se caractérise par énormément de liberté et d’imagination, de superbes couleurs et une douce lumière, même si, pour cette série, je n’ai pas respecté exactement les limites temporelles de cette période. En effet, j’y ai également intégré ses ramifications, comme le néobaroque et le rococo, mais toujours dans l’esprit du baroque car j’ai travaillé sur ses thèmes classiques comme le portrait, la nature morte, l’architecture ou la décoration."

Immersion totale

Pendant huit mois, l’artiste a travaillé sur plus de 80 œuvres photographiques qui seront exposées au MAS (Anvers). "Au départ, on avait prévu d’en faire une petite trentaine!", s’exclame-t-il en riant. "Je me suis tellement laissé immerger par ce projet que j’en ai réalisé beaucoup plus. Rétrospectivement, c’est une bonne chose: comme j’avais décidé de présenter les œuvres sous forme de diptyques, triptyques et polyptyques, il m’en fallait nettement plus que ce qui était prévu au départ."

Fruits frais ou pourris superbes endroits, costumes colorés, fourmis et plastique: l’univers baroque d’Athos Burez est très contemporain.

Le monde baroque de Burez fourmille d’accessoires, de costumes colorés et de fruits frais ou pourris, de lieux magnifiques. "Je me suis rendu dans des lieux inaccessibles au gand public", explique-t-il. "Certaines des sculptures ont été réalisées aux musées Vleeshuis et Brouwershuis, tous deux à Anvers, fermés au public depuis une vingtaine d’années. On y trouve une salle de conseil comme celle qu’il y a dans la maison Rubens, mais d’origine. Comme on ne trouve que du vieux baroque “brun foncé” dans cette ville, je suis aussi allé en chercher ailleurs. Je voulais que le résultat final garde toute sa fraîcheur."

Cosimo. ©Athos Burez

Ainsi, en toile de fond, on peut également deviner le Palais d’Egmont et le Palais de Justice de Bruxelles, ainsi que le Château de Linderhof de Louis II de Bavière, le ‘Roi de contes de fées’, et une des grottes rococo des Pays-Bas.

Qu’est-ce qui l’a le plus marqué? "Le fait d’avoir pu consacrer le temps nécessaire à ce projet", répond-il sans hésiter. "C’est exceptionnel. En général, la pression est très forte, avec le stress qui va de pair, si bien que je ne suis pas toujours satisfait du résultat. Ce projet m’a donné l’occasion de changer d’avis, de modifier une idée et de créer une meilleure version de certaines images. Cela m’a donné une liberté que je n’avais jamais connue auparavant."

‘Baroque Burez’: du 1er juin à janvier 2019
Boulevard-promenade du MAS à Anvers
Entrée gratuite
www.antwerpenbarok2018.be

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content