Publicité
sabato

Ironman Resort: bootcamp et restaurant trois étoiles à Rosa Alpina

Nager dans les eaux à 21 degrés du lac Caldaro avec une vue splendide sur les montagnes est un plaisir plus qu’une épreuve. ©Diego @enrosadira

Bienvenue dans les Dolomites. Où l'on peut tester ses limites dans un Ironman suivi d’un dîner trois étoiles dans un palace du groupe Aman.

Les cordes de sécurité et les échelles de la via ferrata serpentent jusqu’au sommet du Col dei Bos, à 2.400 mètres d’altitude. Je mets mon baudrier, jette un rapide coup d’œil aux 500 mètres de roche calcaire presque à la verticale et sens mon courage s’étioler. Alors que son ton léger vient de faire place à un briefing professionnel, Diego Zanesco tente de m’apaiser. Il est agile comme un bouquetin et reste d’un calme olympien en toutes circonstances. Diego est un des guides les plus respectés de l’Alta Badia, dans le Sud-Tyrol italien, une région d’une beauté exceptionnelle. Il compte plus de trente ans d’expérience et cela se sent. Je place mes sangles, attrape le câble et commence mon ascension.

Le tempo du trailrunning est assez élevé pour pouvoir être bouclé en trois petites heures. ©James Mollison

C’est le premier jour d’un séjour de quatre dans les Dolomites, où je suis invité au Rosa Alpina Hotel & Spa à San Cassiano. Un hôtel légendaire fondé en 1850 et dont les chalets de luxe rappellent les refuges de montagne. Et, ce qui ne compte pas pour du beurre, l’hôtel a un restaurant étoilé, le St.-Hubertus. L’année dernière, le Rosa Alpina a rejoint le groupe hôtelier Aman, mais la famille Pizzinini reste très présente. Hugo Pizzinini, représentant de la troisième génération des propriétaires, m’a accueilli avec une assiette de spaghetti à la carbonara lors de mon arrivée, hier soir à 22h30.

Repousser les limites

Le but de mon séjour: tester le nouveau programme Aman, une retraite de plusieurs jours consacrée aux sports extrêmes, conçue pour les clients à la recherche d’aventures très physiques à combiner avec le luxe d’un hôtel de cette catégorie: accompagnement professionnel, cuisine raffinée et spa merveilleux.

La région de l’Alta Badia et ses cols magnifiques est un spot pour les fous de vélo. ©James Mollison

Tous les hôtels Aman proposent un programme sportif élaboré sur mesure à pratiquer dans des paysages fantastiques: rando dans le désert et la montagne du Maroc, triathlon dans la forêt tropicale de Phuket, nage dans l’océan qui entoure son île privée aux Philippines ou aventure dans les Dolomites. Bien que les activités quotidiennes soient relativement hard, tout peut être adapté à vos capacités personnelles, à la durée de votre séjour, aux conditions météorologiques ou à votre forme ce jour-là.

En tout cas, ma prédilection pour les sports d’endurance correspond parfaitement à cet environnement montagneux et aux traditions locales. La course à pied, le vélo et la natation seront donc les piliers de mon séjour. Chaque activité a une intensité et une durée différentes. Certaines sont destinées à repousser les limites, d’autres sont plus agréables, mais toujours avec une bonne dose de "via ferrata" (parcours le long d’une paroi rocheuse à l’aide de câbles d’acier) qui fait jaillir des flots d’adrénaline.

Tour d’Italie

Avec ses superbes cols de montagne, la région de l’Alta Badia est un spot pour les amateurs de cyclisme. Le Giro y est passé plus d’une fois, et le "Marathon des Dolomites" commence et se termine à deux pas de l’hôtel Rosa Alpina. 9.000 cyclistes du monde entier y participent: sur un parcours épique de 138 kilomètres, ils affrontent un dénivelé de 4.230 mètres.

Le ravitaillement atteint ici un autre niveau: pain au levain, bacon et raifort maison.

C’est exactement ce que je dois faire aujourd’hui, sur le vélo de course Pinarello que l’hôtel a préparé pour moi: du matériel italien de pointe, en carbone ultraléger rouge Ferrari. 

Mon guide pour relever ce défi est Franz Wieser, un grand gaillard âgé de 26 ans, doté d’un corps de coureur professionnel. Quelle que soit l’activité choisie, l’hôtel Rosa Alpina dispose d’un coach à même de vous donner les bonnes instructions et, surtout, de vous pousser de manière parfaitement dosée. Ce qui était au départ une conversation se mue rapidement en monologue de Franz. Je suis tellement à court d’haleine que je ne parviens même plus à répondre par monosyllabes, tout en me rendant compte que mes trajets matinaux quotidiens sont ridiculement faciles comparés au défi qui m’attend, avec ces interminables routes sinueuses pointant de plus en plus vers le ciel. Hélas, les exaltantes descentes entre les deux semblent de plus en plus courtes. Après quatre heures et cinq cols, je suis épuisé, aussi parce que je ne suis pas habitué à l’altitude. Mais partout où le regard se porte, le paysage est absolument stupéfiant avec ses pics impressionnants et ses massifs montagneux imposants.

Nous arrivons à un carrefour et Franz me donne deux possibilités. Nous pouvons soit tourner à gauche et raccourcir le trajet d’environ 30 kilomètres, soit tourner à droite et affronter l’impitoyable Passo Giau. Long de 19,9 kilomètres, avec un dénivelé de 9,3% et 29 épingles à cheveux, ce col de montagne est un défi éprouvant pour les cyclistes les plus expérimentés. Je tente le tout pour le tout: "On y va!" Deux heures plus tard, quand mon corps a épuisé toutes ses réserves d’énergie, la mission est accomplie. Mais c’est un des défis les plus impitoyables de mon séjour ici. Cette aventure figurait sur ma bucket list: mission accomplie.

Cool et confiant

Le deuxième jour est consacré au haut du corps, entraîné par la nage en eau libre. À cette fin, nous roulons vers l’ouest, au-delà de Bolzano, capitale de la province du Sud-Tyrol, jusqu’à un jardin privé isolé au bord du lac Caldaro. Diego, toujours aussi cool et confiant, me suit en barque. Avec le soleil qui caresse mon dos et l’eau qui atteint les 21°C, cette baignade de deux kilomètres est l’exercice parfait et revigorant auquel j’aspirais. À chaque inspiration, j’aperçois la verdure luxuriante des arbres fruitiers au bord de l’eau et les montagnes enneigées au-delà. À chaque mouvement, je me rends compte que ce monde est à mille lieues des piscines intérieures de 25 mètres bondées auxquelles je suis habitué.

©James Mollison

Également au programme aujourd’hui, car cette activité est populaire dans cette région: le trail running, soit la course sur des chemins non revêtus et vallonnés. Je suis maintenant accompagné par Pizzinini en personne, mais aussi par Lukas Gerges, le directeur et sommelier en chef du restaurant, dans une course très rapide formant un grand cercle autour de l’hôtel. Avec la fatigue des trois derniers jours dans les jambes (clairement visible à ma façon de marcher), Samuele, notre guide et multiple tenant du titre dans cette discipline, maintient un rythme juste assez élevé pour terminer le trail de trois heures. Après la via ferrata, qui ne pouvait évidemment pas manquer, nous pénétrons dans une vallée cachée, à Scotoni, pour y savourer un lunch au soleil dans l’un des refuges de montagne les plus prisés, le Val Badia: polenta croustillante, saucisses de porc et Kaiserschmarrn, une crêpe légèrement caramélisée accompagnée de compote de prunes et de sucre glace, spécialité régionale. Excellent!

Massages aux herbes

Mais il n’y a pas que les experts qui vous guident ou qui établissent la formation sur mesure pour vous: en effet, l’hôtel Rosa Alpina se distingue également par son espace wellness. Chaque jour apporte une pause bienvenue sous forme d’un long soin: massage alpin à base de plantes anti-inflammatoires pour soulager les douleurs musculaires et massage thaïlandais pour faire disparaître les courbatures. Le "ravitaillement" est ici poussé à l’extrême: après chaque excursion, je suis accueilli avec du pain au levain, du lard et du raifort maison - une spécialité locale simple mais délicieuse, riche en glucides. Cet en-cas est généralement suivi de pâtes fraîches accompagnées d’un vin mousseux local.

Rendez-vous au spa pour un massage alpin anti-inflammatoire suivi d’un massage thaïlandais décontractant. ©Alex Filz

Mais le sommet de la gastronomie est le St-Hubertus, le restaurant haut de gamme de l’hôtel Rosa Alpina. Norbert Niederkofler et sa jeune équipe y servent une cuisine remarquablement épurée, soit un menu onze services accompagnés de vins assortis: une aventure culinaire qui commence à 19 heures et se termine à minuit.

Ce qui rend ces quatre jours si spéciaux, c’est l’équilibre parfait entre le flirt avec la limite physique et le plaisir de se faire dorloter. Effort et détente, répétés encore et encore jusqu’à l’extrême.

Rosa Alpina Hotel & Spa à San Cassiano, Italie. à partir de 595 euros la chambre double. www.rosalpina.it

3 défis pour la saison 2021-2022

Ultra X Mexico

Dans les montagnes de la Sierra Madre, cet ultramarathon de cinq jours couvre une distance de 250 km sur un dénivelé de 11.835 mètres à travers les Barrancas del Cobre.

Du 6 au 13 novembre 2021, 1.770 euros. www.ultra-x.co/Mexico

Birkebeinerrennet

Tous les deux ans, la légendaire course de ski de fond norvégienne de 54 km franchit des chaînes de montagnes et se termine dans le village olympique de Lillehammer.

Du 19 au 21 mars 2022, 150 euros. www.birkebeiner.no

Expedition Africa

Des équipes de deux ou quatre font du VTT, du trekking et du kayak en suivant un itinéraire rural non balisé de 500 kilomètres dans la nature sauvage du Lesotho.

Du 31 mars au 10 avril 2022, 1.780 euros. www.xpafrica.net

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité